Partagez|

Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Avatar : Nanna | Makishima


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
172/500  (172/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Ven 3 Juil - 23:15
Mettons de la couleur dans nos vies

Une Princesse & d'autres peut être & Moi


Encore une fois, hier tu avais fait la fermeture du bar. Ce matin tu es donc épuisée quand tu ouvre les yeux. Tu te rend compte aussi qu'une fois de plus tu as dormis sur le canapé, est-ce bien raisonnable ? Tu souris alors qu'Abu arrive dans la cuisine ouverte qui se trouve juste derrière le canapé. Tu t'étire et tu te lève. Un grondement se laisse alors entendre, il provient de ton ventre, depuis quand n'as-tu pas mangé ? Vilaine fille, ton singe est plus malin que toi ! Assise sur le canapé, tu prends ton temps pour te réveiller. Tu vois alors un paquet de céréales s'avancer vers toi. Il est vraiment plus intelligent que toi ton ami le singe !

Après un bon petit déjeuner, te voilà de nouveau en forme. Tu fais le tour de ton appartement qui te semble étrangement calme. Voilà un certain temps que tu n'as pas ramener d'animal chez toi, ou même que ta petite sœur n'a pas débarquer par surprise. En fait, c'est depuis le soir du bal... Ha le soir du bal, il faut dire qu'elle t'avait habillée d'une bien drôle de manière cette chipie. Et tu avais aussi beaucoup bue pour la première fois. Tu ne te souviens donc pas tellement de cette soirée, par contre le réveil chez le jeune homme, tu ne l'oubliera jamais. Tu frissonne juste en te souvenant de ce moment. Reiner avait semblé aussi choqué que toi. Aviez-vous réellement fait ce que vous pensez ? Ou bien … Enfin, vous n'en savez rien, et vous ne saurez jamais. Et d'ailleurs tu ne souhaite pas tomber sur ta sœur avant qu'elle n'ai put oublier, ainsi elle ne pourra pas te poser mille et une question sur ce que tu as put faire, car tu as forcément du l'abandonner avec cette autre femme. Elles semblaient bien s'entendre toutes les deux, il n'y a donc pas du avoir de soucis.

Tu vas donc passer une journée plutôt tranquille. Tu tu vas en profiter pour ranger un peu ton appartement et lui donner un bon coup de ménage. Avant de retourner faire ton service de ce soir. Tu ne fera pas la fermeture cette fois, et demain est ton jour de repos, c'est plutôt une bonne nouvelle. Tu pourras en profiter pour te promener un peu dans Paris. Les gens te prendront sûrement moins pour une folle si tu vas du côté des quais pieds nus. Mais avant d'être demain, tu dois encore finir cette journée là ! Elle passe relativement vite quand on s'occupe. Surtout au travail, il y a eu pas mal de monde ce soir. Tu quitte ton collègue qui finira le service tout seul, le patron doit encore se trouver dans son bureau à faire les plannings des prochains service. Avant de rentrer chez toi, tu vas donc le voir pour lui demander tes prochaines heures.

En arrivant à ton immeuble, tu t'arrête pour ramasser le courrier, ce que tu ne fais jamais habituellement, tu n'as pas pour habitude de recevoir du courrier. En fait, tu n'en reçoit même pas, car tu ne donne pratiquement jamais ton adresse, alors qu'elle est pas ta surprise de voir qu'il s'y trouve là un petit carton. Il t'annonce que tu as remporté une invitation pour un événement spécial organisé par la ville de Paris.
« Félicitation, vous avez remporté le grand prix ! Une invitation au choix entre une balade dans un champ de fraises, avec le droit de les cueillir et de les manger à volonté, ainsi qu'un cours de cuisine gratuit. Ou bien l'entrée pour une festival haut en couleur, le Holi festival arrive en France, à Paris, venez en profiter, tenue blanche exigée ! Pour cela, il vous suffit de vous rendre à l'adresse indiquée au bas du carton le jour convenu, chaque événement a son propre lieu alors ne vous trompez pas ! Et surtout amusez vous bien ! La mairie de Paris »
Tu lis alors les petits caractères qui se trouve tout en bas du carton. Deux adresses s'y trouve, une semble être dans un coin paumé non loin de Paris, et l'autre se trouve en plein centre ville. Mais ce qu'il te choc le plus, c'est cette histoire de Holi festival, c'est un truc de ton pays ça.

C'est une fête de l'hindouisme célébrée vers l'équinoxe de printemps. Un sacre pour le printemps et la fertilité. La Holi est dédiée à Krishna dans le nord de l'Inde et à Kâma dans le sud. Holi est une des célébrations les plus anciennes en Inde qui existait déjà dans l'antiquité. Cette fête est censée se prolonger sur deux journées entières. La nuit du premier jour de la fête, un feu est allumé pour rappeler la crémation de Holika, une démone brûlée par Vishnu. Le deuxième jour, connu sous le nom de Rangapanchami, les gens, habillés en blanc, circulent avec des pigments de couleurs qu'ils se jettent l'un à l'autre. Les pigments qu'ils se jettent ont une signification bien précise : le vert pour l'harmonie, l'orange pour l'optimisme, le bleu pour la vitalité et le rouge pour la joie et l'amour. C'est un jour où tout le monde se mêle, grand et petit peuple, et ainsi le petit peuple écrasé par le grand peut profiter de cette journée pour renverser la situation et se montrer impoli envers les supérieurs. Petite, tu avais participé à ce festival une fois avec l'orphelinat, dans la cours. Tous les enfants en avaient donc profité pour se venger sur les adultes. Tu souris en te souvenant alors de ton pays. Tu as envie d'y participer. Même si la période et les raisons ne sont pas les bonnes, mais pour toi, c'est bien plus qu'une simple fête, c'est ton pays, c'est tes origines ! Et surtout c'est pour demain ! Ton jour de repos, ça tombe très bien. Et pour une fois, tu vas donc te coucher dans ton lit.

Et voilà que c'est le matin, tu te lève donc assez excitée pour la première fois de ta vie peut être, d'autant plus que personne ne te pousse à participer à ce festival. Tu en as eu envie toi toute seule ! Tu t'habille donc de blanc pour l'occasion, mais pas de n'importe quelle tenue blanche. Au fond de ton placard, tu avais gardé un sari pour une grande occasion comme celle-ci, et par le plus grand des hasard, il se trouve être blanc, bon d'accord, il n'est pas que blanc, mais le principal de la pièce est en blanc, ça fera donc l'affaire. Et puis qui pourrait refuser une hindou en sari dans un festival hindou ? Ce serait un comble, et tu en ferais un scandale. Maintenant habillée, tu te rends donc à l'adresse indiquée. En chemin, tu rencontre beaucoup de personnes habillée de blanc alors que tu approche du lieu. Tu attends ton tour, toute la grande rue a été bloquée à l'occasion, il n'y a donc que par là que les gens peuvent rentrer. Dans cette file d'attente, tu as cette impression que les gens te regarde, il faut dire que tu as fait un effort considérable pour t'habiller pour une fois, les pieds nus, comme trop souvent et ton singe de compagnie sur l'épaule, tu ne passe peut être pas inaperçue.

Une fois ton tour venu, tu attrape donc en échange de ton carton, un petit sac contenant ces petites bombes de couleurs que tu devras balancer aux gens durant la journée. Le monsieur t'apprends qu'une fois que tu sors tu ne pourras plus y revenir, mais aussi qu'à l'intérieur tu auras des stand pour manger et boire tout au long de la journée. Puis il met un petit coup de tampon sur ta main gauche et te voilà entrée. Tu croise des gens qui se trouvent déjà avoir pas mal de couleurs différentes sur eux. Tu souris, regardant ton singe, vous allez passer une bonne journée, tu le sais. Tu te balade donc un petit peu, histoire de voir ce que tu peux trouver dans cette rue close. Les gens se poursuivent, se balancent les bombes, s'amusent. Jusque là, tu ne vois pas de stand avec des spécialités indiennes, ce qui t'aurait bien plus pour ton repas de midi, tant pis. Mais tu croise une tête que tu connais, et que tu ne t'attendais pas à trouver ici. Tu lui balance un pigment au hasard, c'est pour te venger de la séance de shopping dans laquelle elle t'a traînée de force il n'y a pas si longtemps ! Maudite princesse. Tu vas pourvoir lui en faire voir de toutes les couleurs aujourd'hui, ça tombe très bien qu'elle soit ici.
« Je ne pensais pas qu'une princesse ça aimait se salir, mais vue que tu es là, tu vas être servis ! »
Et sur ces bonnes paroles, tu lui balance une deuxième couleur sur son haut blanc. Même si à la base les couleurs ont une signification particulière durant ce festival, tu ne te trouve pas en Inde, alors ici, tant pis.




_________________

 
Hilly Wood ▬ 19 ans
Célibataire et mieux ainsi ?
Indienne d'origine
Barmaid pour gagner ses études
Puddy Puddy!

   
 Rome ▬ 19 ans
une femme, un homme
Compliquée
mannequin pour les affiches royales
aime la lingerie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Anarchy Stocking & Sasori
Age : 21


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
61/500  (61/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Sam 4 Juil - 20:51



Sweet Colours



Ft. Un arc-en-ciel de pigments

La vie d'une princesse commence toujours par des journées de princesse. Sauf en ce qui te concerne : ta vie de princesse commence par aller travailler. Non pas que tu n'apprécies pas ce boulot, vraiment, embellir les gens est quelque chose de très prenant et amusant à faire – que tu ne fais pas qu'au travail d'ailleurs. Cette fois, tu espères juste ne pas croiser ton habitué qu'est Taho, qui te conseille encore et toujours sur de nouveaux fonds de teint alors que tu sais que le tien est parfaitement adapté à ta peau – lui, par contre, devrait prendre une teinte en dessous selon toi, mais tu ne peux pas critiquer un client. L'avantage d'avoir ton boulot le matin, c'est que tu as toute ton après-midi pour toi, et toi seule, et accessoirement Narcisse mais il semble occupé à coudre une chemise en ce moment, mieux vaut ne pas le déranger.

Ton début de journée se passe de manière banale, tellement banale que tu en es presque triste. Tu n'aimes pas que ta vie soit une routine. Il devrait y avoir des dragons et des méchants bandits qui t'enferment dans un donjon pour demander une rançon contre ta vie. Et là, le prince charmant – que tu peux plus ou moins visualiser maintenant, mais chut, c'est un secret – vient te sauver héroïquement, aidé par les instructions de ton frère, en te portant dans ses bras. Ça, ça serait de la vraie vie. Malheureusement, tu n'as pas tout ce que tu veux, sinon le monde serait déjà entièrement violet et vénérerait la personne que tu es. Et pour tes fans, tu donnerais pleins de concerts, même des privés s'il le faut. Les gens t'aiment après tout.

Chantonnant sur le trajet du retour, tu t'empresses de rentrer, parce que tu sais que le repas est prêt. Et tu as vraiment, vraiment très faim. Gambadant en émettant des hypothèses sur ce qui va être dans ton assiette, tu remarques une petite agitation à quelques endroits, rien de bien incroyable à Paris, mais tu évites de t'approcher. T'enlever pour t'enferme dans un donjon, d'accord, mais il ne faut pas que ce soit toi qui t'y précipites !

… …

Ton déjeuner était réellement un délice, tu n'as aucun doute sur les capacités culinaires de ton jumeau, c'est vraiment le meilleur que tu aies pu espérer – il n'égale pas les grands chefs, mais personne ne fait mieux les pâtes que lui ! Alors que tu t'apprêtes à partir chercher le dessert, il te lance un aimable « Va chercher le courrier, je n'ai pas le temps ! » auquel tu réponds d'un magnifique sourire. Tu n'aimes pas, mais pas du tout, lorsqu'il oublie la politesse. Mais soit ! Il n'aura pas de tarte aux myrtilles pour la peine. Dans son dos, tu lui tires la langue et tu acceptes tant bien que mal d'accéder à sa requête. Partant chercher ton trésor de gâteau, tu ignores la boîte aux lettres, pensant lui accorder un minimum d'attention à ton retour. Cependant, c'est le facteur, à vélo – qui te fait une drôle d'impression mais tu la chasses également – qui te tend ton courrier. Ah, apparemment, tu es populaire dans ton quartier ! Le remerciant d'un signe de tête, tu regardes ce qu'il y a, priant de ne pas tomber sur le loyer.

À la place d'une somme exorbitante à dépenser mensuellement, tu lis un « Félicitations » sur une enveloppe. Tu hausses un sourcil clairement interrogateur. Tu ne te souviens pas avoir fait quoi que ce soit qui mérite des félicitations – à part être née mais ça va bientôt faire dix-huit ans, donc cette personne aurait du retard. Intriguée par la nature de ces gratifications, tu ouvres ce bout de papier, en plein milieu de la rue et tu regardes à l'intérieur. Prenant le temps de lire ce carton que tu viens de sortir, il semblerait que la mairie ait décidé de te faire un cadeau – ou bien que le facteur se soit trompé de destinataire, tu n'as vraiment pas participé à un concours... Tes lèvres s'étirent. Il faut croire que la chance est toujours de ton côté, depuis ta naissance, là aussi. Donc c'est comme si on te félicitait d'être née, non ?

Cependant, on te disait de choisir un endroit, sur cette invitation. Les fraises sont tentantes, mais ce ne sont pas des myrtilles. Le bon côté, c'est que tu penses qu'il n'y aura pas trop de monde alors du coup, tu ne passeras pas inaperçue. De l'autre... Ce ne sont toujours pas des myrtilles. À moins qu'un mage de haut niveau ne soit dans les parages, mais tu en doutes fortement. Le festival, que tu ne connais ni d'Eve, ni d'Adam, te tente bien. Uniquement pour le goût du risque puisque tu ne sais absolument pas ce que tu trouveras là-bas, la seule consigne étant de s'habiller en blanc. Ce petit détail te pose un léger problème aussi : ce n'est pas violet. Mais ils parlent d'un festival « coloré » alors il devrait y en avoir sur place, n'est-ce pas ? Ta décision prise, tu prends quand même le temps d'aller chercher ta précieuse pâtisserie. En rentrant, tu files chercher une tenue qui convienne. Et trouver du blanc dans ton immense garde-robe, c'est compliqué. Tu parviens tout de même à t'en sortir avec une petite robe que tu avais oublié jusqu'à présent, ainsi qu'une cape, pour te donner de la prestance. Tu n'oublies pas de prendre un diadème, parce que tu considères, pour cette fois uniquement, que l'argenté sera blanc. Cependant, tes chaussures seront noires, et ils n'ont pas le choix sur ce point ! De toute façon, ça ne commence que le lendemain, si tu en crois ce qui est écrit, donc tu as le temps de peaufiner ta ravissante tenue, en choisissant également un sac, par exemple.

… …

Pour tout dire, tu n'as dormi que peu de temps cette nuit là. Tu étais très perturbée à l'idée de devoir sortir habillée d'une couleur qui n'en est pas une et que tu ne mets pas habituellement – sauf accessoires et occasions. C'est pour ça que tu as décidé d'y aller aux aurores. Moins de gens te verront et si ça ne te plaît pas, tu pourras toujours partir, en toute discrétion. C'est ce que tu pensais jusqu'à voir qu'il y a déjà foule. Tu restes un minimum confiante, personne ne ferait de mal à la princesse que tu es. Tout de même, ça fait tilt dans ta tête. Y a-t-il tant de personnes qui ont gagné à un concours ? Tu fais la moue, tu pensais être plus chanceuse que ça, bien que tu sois déjà exceptionnelle. Une fois entrée, tu reçois des petites billes colorées. Tu sais pertinemment que ce sont des pigments, tu en utilises parfois. Ne trouvant pas de violet, tu es un peu déçue, alors tu décides d'en créer toi même en mélangeant le bleu et le rouge. Ce n'est pas parfait, loin de là, mais ça ressemble plus à quelque chose que tu ferais. Cette année, le violet sera de mise et elle représentera la noblesse oubliée.

Belles pensées qui sont interrompues par du bleu, arrivant sur ta robe. Qui donc a osé ! Tu cherches le ou la responsable de ce carnage et tu as ta réponse dans une phrase cynique. Ton apprentie sur la voie de la féminité. Qui te lance cette fois-ci du orange. Un moment de flottement a lieu dans ton esprit et tu ne sais pas vraiment quoi répondre jusqu'à l'instant où tu réalises quelles sont les couleurs qu'elle t'a lancé. Du bleu et du orange. Sur du blanc. Il va falloir sévir.

« Si tu veux colorer Céleste, fais au moins des bons choix ! C'est un manque de goût horrible et ce n'est pas ce que tu es censée avoir appris ! » tu ponctues cette phrase en lui lançant une partie de ton mélange pas très mélangé, donnant donc du bleu et du rouge, violet par endroits, mais tu n'avais pas encore fini. « Mais tu as fait un effort sur la tenue. Céleste va juste la mettre en valeur sur toi ! »

C'est ainsi que tu continues de lui lancer des pigments, mais uniquement du rouge cette fois-ci. Pour éviter des représailles, tu te mêles à la foule pour tenter de la semer mais une nouvelle idée germe dans ton esprit. Des stands t'apparaissent et tu te précipites pour te ravitailler. Si elle veut jouer à ça, tu auras besoin de beaucoup de choses, les petites bombes de couleurs ne suffiront pas. Alerte, tu regardes tout autour de toi en te fournissant de différents matériaux que tu mets dans ton sac. Quelle bonne idée d'en avoir pris un ! Et dire que tu avais hésité. Tu te tournes et te retournes, tu la cherches jusqu'à la trouver. Et une Hilly en vue ! Tu te dis au passage que son nom sonne très bien avec celui du festival, mais tu ne lui diras pas – pas maintenant. Tu espères qu'elle ne t'a pas vue, pour que ton plan fonctionne. Te cachant à nouveau parmi les gens, tu mets ta cape sur ta tête pour cacher tes cheveux et être plus discrète. Lentement, tu arrives derrière elle et tu lui verses simplement une bouteille d'eau sur la tête, enchaîné d'une part de gâteau sur la joue, puisque tu ne savais pas encore si elle allait se retourner – il ne vaut mieux pas prendre de risques.

« Princesse Céleste accepte ton défi ! Prends tes armes, et battons nous ! »

Qui a dit qu'une princesse n'était qu'une faible personne inutile et sans défense ? Tes jeux ont pu t'aider pour la stratégie. Tu considères que les pigments sont une attaque à distance, alors il est plus surprenant d'arriver près de ton adversaire, comme tu viens de le faire. Mais bien sûr, tu commences immédiatement à t'échapper. Tu as compris que tu recevrais d'autres couleurs sur le corps, mais ce n'est pas une raison pour l'offrir sur un plateau d'argent à Hilly. Si elle veut se venger, qu'elle te trouve !


by liitchy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Alluka Zoldyck (Hunter x Hunter) - Ringo Tsukimiya (Uta no Prince Sama)
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
19/500  (19/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Ven 10 Juil - 4:10
Coraline tournait dans tous les sens, irritant ses parents. La petite était en vacances, elle n'avait rien à faire, elle avait déjà fait des sessions de dix heures de jeu vidéo et elle voulait faire autre chose. Donc, elle sautillait dans tout l'appartement, comme une puce excitée. « Va donc chercher le courrier, si tu n'as rien à faire ! » La voix de sa mère stoppa net Coraline dans sa joyeuse danse, et décida illico presto de descendre les escaliers pour prendre le courrier. Après tout, elle adorait bouger, et prenait toutes les occasions pour monter et descendre les marches. C'était fatiguant, mais amusant. Le courrier, elle s'en moquait un peu. C'était toujours des trucs de grand, du genre des factures, des invitations pour des repas entre adultes... Entre vrais adultes. Coraline ne recevait pas de lettres de ses copains, c'était bien trop démodé. Elle prit donc sans regarder le courrier et remonta les marches deux à deux avant de regagner l'appartement. La jeune fille jeta presque les lettres vers sa mère, en essayant de faire un beau lancer classieux, mais elle fit une grimace désolée quand la paperasse tomba en plein sur la figure de maman.

Coraline retourna à ses occupations, et décida de dépenser son trop-plein d'énergie dans Just Dance. À fond dans son tortillement de hanches, elle s'en claqua presque une. Et son pied s'accrocha deux fois au tapis. Mais Coraline se redressait toujours ! Bien qu'elle se demandait comment elle réussissait à avoir aussi peu de chance. On ne voulait pas qu'elle danse ou quoi ? Eh bien, si c'était comme ça, elle danserait encore plus ! Et c'était donc dans cet état d'esprit que la mère de Coco la retrouva. Arborant un petit sourire, attendrie par la... Joyeuseté de sa fille, elle lui demanda :

« Tiens, j'ai eu une invitation pour un festival des couleurs. Tu voudras y aller ? Tu y vas en blanc, et tu jettes des couleurs sur les vêtements des autres. Je t'y emmène, si tu veux. »

« Quoi ?! Trop cool ! »

Et c'est ainsi que Coco se retrouva à participer à un super festival ! Elle ne savait pas du tout de quoi ça parlait, alors elle chercha sur Google et essaya de se cultiver un peu. Ce qu'elle retint surtout, c'est que le jaune était couleur de l'optimisme, et la fillette décida que c'était sa couleur à elle ! Elle prendrait plein de pigments jaunes et les balancerait joyeusement. Elle avait hâte d'y être.

Le lendemain, dans une bonne humeur, Coraline se réveilla et décida d'aller au festival tôt. Après tout, le plus tôt c'était, le plus on pouvait en profiter ! Elle enfila une petite robe blanche et des ballerines blanches (elles seront relookées, pratique). Par contre, elle enleva son bandeau pour éviter qu'il soit taché. Lui, il devait rester comme ça, sinon les petits smiley ne se verrait plus !

Et hop, Coraline asticota la maman et la dépêcha. Qu'elle était une fille ingrate pour traiter sa mère d'une telle façon... Elle en avait un peu honte, mais sa soif de faire n'importe quoi et de balancer des trucs sur les gens était plus forte que l'amour maternel sur le moment. Heureusement, Couturier senior comprit l'impatience de sa fille et se dépêcha de la déposer à bon port avant qu'elle n'explose carrément. Coraline se retrouva parachutée dans la file. Oh, qu'elle avait l'air longue. Les autres gens avaient eu la même idée qu'elle, dit donc. Bon, pour y arriver plus rapidement, elle allait user d'une technique malhonnête mais efficace : le chat potté ! Avec de tels yeux larmoyants qui suppliait de laisser passer devant, tous les idiots de Paris s'y faisait prendre. Le fait que tout le monde avait l'air de bonne humeur augmentait ses chances de succès. Ça avait du bon parfois, de ressembler à un gosse.

Par contre, Coco se sentait un peu seule, avec ses pigments (principalement jaunes) à la main. Balancer au hasard c'était bien, en balancer sur quelqu'un qu'on connaissait était encore mieux. Ah mais ! N'était-ce pas cette copine de classe qui s'était teint les cheveux en violet, au loin ? Elle semblait s'enfuir. Coraline essaya de la rattraper et lui lança du jaune de toutes ses forces quand elle put enfin lui faire face.

Sauf que... Eh ben c'était pas sa copine de classe, mais une parfaite inconnue. Parfaite inconnue qui ressemblait quand même vaguement à quelqu'un que Coraline avait croisé, un jour. Mais bon. C'était un peu gênant... En fait non. Elle était là pour s'amuser Coraline, c'était normal pour elle de colorer les autres gens. Alors elle lança trois autres pigments de couleur (du rouge, trop beau), qui ratèrent tous sa cible pour se planter sur la personne de derrière. Bon. 0/10 pour compétence de tir. Coraline décida de justifier cette piètre performance, et aussi ce comportement étrange à s'acharner sur cette demoiselle aux cheveux violets.

« Hé hé, ma némésis (mais qu'est-ce que ça voulait dire exactement...?), tu as eu de la chance ! Je t'ai volontairement épargnée et... Hum. Vous sembliez vous enfuir, je ne vais pas vous retentir plus longtemps mademoiselle. »

Coraline se rendait compte qu'elle la gênait peut-être avec ce discours, peut-être qu'elle faisait un repli stratégique après avoir bombardé une personne, et que Coco a tout gâché ! Et puis la pauvre personne de derrière, qui n'a pas du comprendre pourquoi trois pigments rouges lui étaient lâchement atterris sur le dos. La fausse gamine se sentait comme une méchante, qui faisait tomber tous les plans des gentils à l'eau et qui s'attaquait sans raison aux innocents. Donc, pendant une journée, elle sera une grande méchante qui attaquera grâce à ses couleurs magiques tous les gens innocents vêtus de blancs qui passent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
40/500  (40/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Lun 13 Juil - 1:18


Titre de rp (pas trop trop long)
Pseudo & Pseudo

Premier jour de congés depuis un long moment pour le jeune tatoueur, mais comme d’habitude, il était réveillé de bonne heure, l’habitude des jours où il allait au travail. C’est en baillant qu’il se leva pour aller se préparer quelque chose de rapide à manger, ceci avant de descendre pour aller chercher son courrier, sans aucune gêne simplement vêtu d’un pantalon de sport et pour une fois sans ses lentilles. Ce moment devenant l’un des rares où le brun naturel de ses yeux était visible. Sans regarder, il prit juste son courrier et une fois de nouveau dans son petit studio, le jeta sur la table avant de s’installer pour manger tout en regardant un peu le courrier qu’il avait reçue. De la pub, de la pub, une facture, de la pub et une enveloppe qui ne semblait pas contenir de facture ou d’autres papiers officiels. Elle ne semblait pas non plus contenir une lettre de quelqu’un de sa famille ou d’un ami. Il attrapa donc l’enveloppe et l’examina quelques instants avant que la curiosité le pousse à l’ouvrir.

Elle contenait un carton qu’il se mit à lire et ne comprit pas tout de suite. Il n’avait jamais participé à un concours de ce type alors comment il pouvait avoir gagné ? Il fixa le carton de longues secondes en se demandant si c’était un canular ou si c’était sérieux et il finit par choisir. Il allait croire en ce fameux concours et il allait participer au festival de couleur. Il n’avait pas pu aller en Inde lorsqu’il était parti en Asie pour ses études, alors autant en profiter maintenant et espérer que ce soit au niveau de la célèbre fête indienne. Il finit donc rapidement de manger et partit dans sa chambre pour s’habiller pour ce festival, mais quand il eut ouvert son armoire, un problème se posa. Est-ce qu’il avait des vêtements blancs ? Ce serait un vrai problème qu’il n’en ai pas. Mais après réflexion si jamais il n’en avait pas peut-être qu’il pourrait appeler son frère pour qu’il lui en prête, il devrait bien avoir ça lui. Avant d’appeler son aîné, il fouilla quand même dans son armoire tout en étant persuadé qu’il ne trouverait rien, après tout, il portait surtout des vêtements sombres.

Finalement, alors qu’il était sur le point d’appeler son frère, il trouva un t-shirt et un pantalon blanc bien cachés au fond sous une pile de vêtements qu’il ne mettait plus. Il faudrait qu’il fasse du tri un jour. Bon, maintenant qu’il avait trouvé ce qu’il allait mettre, il partit dans la salle de bain pour se préparer. Ça ne servait à rien qu’il prenne une douche maintenant, il devrait en reprendre une le soir-même en rentrant. Il se contenta donc de se coiffer comme d’habitude et de mettre ses lentilles, celles qui lui valaient toujours d’être regardé de manière étrange. D’ailleurs, il ne faudrait pas qu’il tarde à en commander des nouvelles pour remplacer celles-ci qui approchaient de leur fin de vie.

Une fois entièrement prêt, il sortit de chez lui et partit pour l‘endroit où devait avoir lieu le festival. Ça lui faisait vraiment bizarre d’être habillé en blanc, il n’avait pas l’habitude. En arrivant sur place, il soupira en voyant la queue qu’il y avait pour récupérer les pigments de couleurs. Bon, il n’avait plus qu’à attendre patiemment que ce soit son tour. Heureusement qu’il n’était pas d’un naturel impatient, déjà, ce serait une gêne dans son métier et en plus, il serait parti et n’aurait pas profité du festival. Après de longues minutes d’attente, il put enfin entrer sur le lieu des festivités, mais à peine eut-il fait vingt mètres qu’il se reçu les premiers pigments de couleurs. Il fut touché à trois reprises. Il se tourna donc pour voir qui l’avait attaqué et répliquer et il vit alors une gamine, elle ne devait pas avoir plus de 12 ans, grand maximum et elle semblait s’amuser avec une fille aux cheveux violets qui elle semblait un peu plus vieille. En vengeance le tatoué envoya du rouge sur celle qui semblait être la plus jeune des deux avant de prendre la parole.

« Je ne savais pas que les enfants pouvaient venir seuls. N’espère pas que je serai plus gentil. »

Il envoya ensuite des pigments sur la jeune fille aux cheveux violets qui se trouvait entre lui et la gamine, après tout, il n’y avait pas de raison qu’elle soit épargnée, même si apparemment, elle s’était déjà fait toucher avant. Mais bon, c’était un peu le but de la fête que de se faire recouvrir de pigment. C’est à peu près à ce moment qu’arriva une troisième fille au teint bronzé et aux cheveux blancs. Son look lui faisait un peu pensé à celui de Nicolas, son ami d’enfance, en fait, ce furent surtout les cheveux qui lui rappelèrent Nic’. Mais ce n’était pas parce qu’elle lui faisait penser à son ami d’enfance qu’elle allait être épargnée. Tirer sur des personnes au hasard n’était pas forcément désagréable, il tira donc sur la jeune femme.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Nanna | Makishima


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
172/500  (172/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Lun 13 Juil - 7:22
Mettons de la couleur dans nos vies

Une Princesse & Une filette & Un tatoué & Moi


Dans ce beau sari, tu as cette impression de ne pas être toi-même. Il faut dire que même si tu es originaire d'Inde et que là bas il est coutume d'en porter, cela fait déjà 7 longues années que tu n'y as pas mit les pieds. Le sari vient d'un voyage que tes parents adoptifs on fait en amoureux pour fêter leur anniversaire de mariage. Ils te ramènent souvent beaucoup de cadeau. Cette fois-ci, ils voulaient même que tu viennes, mais tu as refusé de les accompagner. Tu reste cette fille qui ne souhaite pas profiter de la gentillesse des gens. Tu trouve que tu as déjà bien trop profité de ces deux personnes formidables. Oui d'accord, ils sont maintenant ton père et ta mère, mais tu as toujours au fond de toi, cette impression d'être un poids. Et ce, avec n'importe qui. Aussi la seule personne … ou plutôt le seul être qui soit réellement proche de toi, c'est Abu, ton singe. En effet, on peut dire que tu n'as pas d'ami, tu ne sais pas vraiment comment faire pour en avoir, et puis de toute façon, tu es mieux seule avec ton ami mangeur de banane. D'ailleurs ce dernier t'accompagnant aujourd'hui, porte lui aussi du blanc. Une petite veste et un pantalon qui est en fait un culotte pantalon des anciens temps, qui appartenaient à l'une des poupées avec laquelle tu n'as que très peu joué !

À peine arrivée, tu pensais jeter tes bombes colorées un peu au hasard sur les gens, faisant mine de rien, ou attendre que l'on t'en envoie pour répondre. Mais quand tu as croisé la princesse violette, c'était plus fort que toi. Tu crois bien ne l'avoir jamais vue en totale look blanc. C'était atroce ! Il fallait bien y remédier.
« Si tu veux colorer Céleste, fais au moins des bons choix ! C'est un manque de goût horrible et ce n'est pas ce que tu es censée avoir appris ! » 
Tu rigole à ses mots. C'était bien le but de l'indigner ainsi. De plus, il faut dire que tu n'as nullement retenue ce qu'elle a put te dire toutes les fois où tu l'as croisées, malheureusement, dans les magasins ou autres endroits de tortures. Heureusement que bien souvent, tu te retrouvais avec cette Maxime. Une autre pauvre victime … fille, victime des cours de la jeune demoiselle.
« Mais tu as fait un effort sur la tenue. Céleste va juste la mettre en valeur sur toi ! »
Mince, elle a remarqué que tu avais fait un effort vestimentaire. Tu dois vite corrigé le tire, ou sinon elle va s'imaginer qu'elle a une influence sur toi, et donc va se mettre en tête qu'elle peut ainsi continuer de te malmener de boutique en boutique.
« Ce n'est pas ce que tu crois, aujourd'hui, je fête mon pays. C'est pour moi, comme si j'étais en Inde, je m'habille donc en conséquence »
Tout en même temps, elle te balance deux pigment qu'elle tentait vainement de mélanger. Du bleu et du rouge, donnant quelques nuances de violet sur ta tenue. Elle continue de t'envoyer des couleurs, ou plutôt une unique couleur, du rouge. Et part se cacher au milieu de la foule.

Bien sur, tu n'as aucun mal à la suivre. Elle donne l'impression de se penser discrète et bien cachée. Mais a-t-elle conscience qu'elle ne passe vraiment pas inaperçue la jeune fille ? Entre ses cheveux violets, sa cape et son diadème, personne ne peut la louper, sauf un aveugle bien sur ! Dommage, tu ne l'es pas. Tu la regarde donc prépare une petite manigance, sûrement une attaque qu'elle te réserve pour continuer sa vengeance. Peu importe ce qu'elle te prépare, tu es venu ici pour profiter d'une fête que tu adorais dans ton pays, alors pour une fois, tu vas t'amuser. Tu vas peut être même sourire. Tu la voit revenir, tu la laisse passer derrière toi, tu fais comme si tu ne l'avais pas vu, tu n'as pas envie, plus tard, qu'elle se venge en te faisant porter une robe du genre de ce qu'elle a sur elle aujourd'hui ! Elle te verse alors de l'eau sur la tête, et t'écrase un morceau de gâteau sur la joue.
« Princesse Céleste accepte ton défi ! Prends tes armes, et battons nous ! »
Tu crois bien qu'elle n'a pas vraiment comprit le sens qu'à cette fête. Tu vas alors pour lui répondre quand une gamine surgit de nulle part et s'en prend à la princesse avec du jaune. Tu en connais une qui risque de rire jaune ! C'est assez amusant du coup à voir. La petite tente de continuer avec du rouge cette fois, sauf qu'elle se loupe royalement. C'est un jeune homme qui se prend tout. Il a un style assez particulier. Des vêtements blancs qui dénotent de sa tête. Le crâne rasé court d'un côté, cheveux assez long pour lui couvrir le visage de l'autre. Il possède un certain nombre de piercing et semble aussi avoir une belle collection de tatouage. Tu adore les tatouages. C'est de l'art, mais sur la peau. C'est beau ! Tu les regarde se balancer les pigments entre eux. Mais pas question que tu te fasse oublier, toi aussi tu veux avoir plein de couleur. C'est bien là le but du Holi festival !

Alors tu t'approche, vous formez maintenant un joyeux groupe. Vous allez pouvoir en voir de toutes les couleurs. La seule que tu connaisse c'est Céleste. Mais tu pense bien que tu ne vas pas tarder à en savoir plus sur les deux autres. La petite semble connaître la princesse, c'est triste pour elle. Quand au monsieur, il ne donne pas l'impression de connaître l'une de vous en particulier, bien qu'il te dise vaguement quelque chose. Ce n'est pas grave. Tu as maintenant les cheveux trempés, un sari qui commence à ressembler à une toile d'art abstrait, et les reste d'une part de gâteau sur la joue. D'un revers de la main, tu te nettoie, et pour ça, la vilaine princesse ne perd rien pour attendre. Tu t'apprête donc à lui envoyer du vert quand tu en reçoit à sa place. Surprise, tu comprends que cette attaque provient du jeune homme. C'est donc lui ta prochaine cible. Quand à Abu, car il ne faut pas l'oublier, il a aussi quelques bombes que tu lui passe quand il te tend la patte, alors de son côté, il balance cela sur la princesse qui faillit le faire tomber lorsqu'elle est venu s'attaquer à toi.  Mais tu t'approche plus du monsieur que de princesse violette.
« Les enfants peuvent tout  a fait participer au Holi festival en Inde, c'est une fête de religion, dédiée à la déesse Krishna et au dieu Kama, c'est une fête de partage, tout le monde participe »
Aucun doute que tes origines sont depuis longtemps trahis, tu ne vas donc pas cacher le fait que cette fête est donc importante pour toi. Tu connais tout de cela dans les moindre détails. Pour parfaire ton look, il ne manque que le tilak sur ton front. Tu trempe donc ton pouce dans cette pochette de pigment rouge pour venir ensuite faire ce petit rond rouge au centre de ton front. Ayant été mouillée, tu as put humidifier le pigment pour qu'il s'accroche à ta peau et ainsi créer ce bindi. Il est bien sur loin d'être parfait, mais il fera largement l'affaire. Un faible sourire se dessine alors sur ton visage, cela t'avait manqué.
« tes tatouages et tes piercing, tu les as fait où ? J'aime les traits, les courbes de l'encre sur ta peau ! »
Sans même lui demander la permission, tu attrape le bras de l'homme pour les regarder de plus près. Chez toi, c'est de coutume les piercing et les tatouages au henné, mais cela se fait essentiellement lors de cérémonies religieuse. Enfin, te voilà fascinée !




_________________

 
Hilly Wood ▬ 19 ans
Célibataire et mieux ainsi ?
Indienne d'origine
Barmaid pour gagner ses études
Puddy Puddy!

   
 Rome ▬ 19 ans
une femme, un homme
Compliquée
mannequin pour les affiches royales
aime la lingerie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Anarchy Stocking & Sasori
Age : 21


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
61/500  (61/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Mer 15 Juil - 18:58
HRP:
 



Sweet Colours



Ft. Un arc-en-ciel de pigments

Alors que tu lui envoyais quelques uns de tes magnifiques pigments personnalisés, ta couleur étant simplement superbe, tu entends Hilly se justifier sur sa tenue. Ca te fait rire, qu'elle se sente obligée de le faire. Tu aurais bien voulu parler avec elle plus longtemps que ça sur le sujet, mais ta fuite était déjà prévue mentalement alors tu fais les choses dans l'ordre, histoire de ne pas mélanger ce qu'il se passe dans ta tête. Et dieu seul sait à quel point il peut s'en passer des choses !

Mais alors que tu accomplis ton rituel sucré – et tout aussi sacré – composé d'eau et de gâteau sur la jeune indienne, tu reçois d'autres pigments de la part d'une enfant. Que tu as déjà vu quelque part mais ça ne te revient pas. Tu réfléchis quelques minutes à ce sujet jusqu'à te rendre compte de l'endroit et du moment surtout, où tu l'as rencontrée. Puis tu réalises qu'elle t'a colorée de jaune. Une larme te monte à l’œil. Lancer des couleurs c'est bien, cependant, tu aurais voulu qu'ils choisissent un peu mieux les combinaisons de pigments ! Bon, à la gamine, tu peux pas lui reprocher, elle peut pas savoir tout ça encore. Tu remarques alors qu'elle semble essayer de te lancer d'autres couleurs sur la tête mais que tu n'es pas touchée, et pourtant tu n'esquives pas d'un seul millimètre. Tournant la tête pour voir où tout cela atterrit, tu constates que c'est un jeune homme – au look aussi étrange que le tien tu penses – qui s'est fait bombardé de rouge. Tu prends un air boudeur. Pourquoi on lui envoie des trucs qui lui vont bien et pas à toi !

La petite se justifie en disant t'avoir volontairement épargnée. Ah, peut-être que c'était vrai, non ? Ou alors elle visait le tatoué depuis le début ? Mais elle a utilisé des mots compliqués pour son âge – tu sais ce qu'est une némésis mais tu n'irais pas le dire tous les jours. Aimablement, elle te signale qu'elle ne te retiendra pas plus longtemps pour ta fuite, mais tu as déjà été retenue bien assez, fuir ne sert actuellement plus à rien. C'est un peu problématique, tu sais que la métisse se vengera à un moment ou à un autre...

À l'inverse de ce que tu aurais pu croire, c'est le garçon qui (re)commence à t'attaquer. Ah non ! Ils ont profité de ton moment d'absence – ou de réflexion – pour te viser ! Oui tu peux faire deux choses à la fois, mais pas ça, surtout avec une enfant qui te dit des choses trop mignonnes. Tu te préparais pour te venger, en attrapant de multiples pigments dans tes mains jusqu'à ce que le singe d'Hilly te touche en plein front. Tu es vraiment la cible de tout le monde, princesse ! Il fallait que tu prépares un nouveau plan d'attaque mais ça n'allait pas être évident. Ils sont nombreux à vouloir te colorer – tu prends un peu ça comme une marque de popularité pour dédramatiser. Tu vois d'ailleurs la propriétaire de l'animal s'avancer vers le brun en expliquant deux trois trucs sur la fête en question suite à la question du jeune homme. Tu ne comprends pas tout, tu cherches pas à comprendre, tu es juste là pour envoyer des couleurs sur les autres !

Mécontente, tu combines la pensée aux gestes et tu lances les couleurs que tu as en main sur les deux plus âgés. Certains, que tu n'as pas lancé assez fort, te reviennent en plein visage alors que d'autres arrivent plus ou moins – vraiment plus ou moins – à toucher leur cible. Un moment de flottement se fait sentir autour de toi. Ton auto-attaque t'a marquée pendant quelques instants, et elle te marquera la tête durant le reste de la journée... Si tu avais un miroir pour te regarder, tu penses que tu inventerais peut-être un nouveau type de maquillage, histoire de te rattraper. Ou tu penses que tu aurais du prendre un masque avec toi pour te protéger les yeux et la bouche. Afin de rendre aussi la monnaie de sa pièce à la jeune brune croisée dans le métro – elle avait mangé un caillou non..? – tu lui mets des pigments sur la tête et tu lui chuchotes un plan à l'oreille. Il ne faudrait pas que ceux que tu as visé juste avant ne se rendent compte de ça ! Tu te mets accroupie au sol et tu lui indiques tes épaules.

« Viens, monte, on va les attaquer à deux, et tu seras plus grande ! » tu lui mets ta cape en souriant malgré ta bouille arc-en-ciel. « Et on pourra se protéger toutes les deux ! »

Tu es persuadée que tu peux supporter son poids, elle est toute petite et toute choupinou. Au pire, si tu sens que tu risques de tomber, tu utiliseras quelqu'un comme coussin pour qu'aucune d'entre vous ne soit blessée. Donc pas de soucis ! C'est le moment de leur en mettre plein la vue.


by liitchy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Alluka Zoldyck (Hunter x Hunter) - Ringo Tsukimiya (Uta no Prince Sama)
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
19/500  (19/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Jeu 16 Juil - 20:53
Coraline se sentit touchée par l'homme qu'elle avait malencontreusement attaqué auparavant. Il était en droit de se venger, et colora donc la robe blanche de la jeune fille en rouge. Les premières couleurs étaient apposées sur Coraline, telles des blessures de guerre. Elle trouvait que ça faisait classe, maintenant elle pouvait vraiment se défouler sans penser à la blancheur immaculée de sa robe, qui allait être bien relookée après le festival.

Le monsieur qui avait riposté avait un look plutôt original, ça plaisait à Coraline. Elle aimait bien les gens avec des tatouages, c'est joli. Enfin, sur les autres personnes, car la fillette savait pertinemment qu'elle n'aurait jamais jamais le courage de s'en faire, elle avait peur que ça fasse mal. Même si l'idée d'une Coraline avec les bras tous tatoués, des lunettes de soleil et une veste en cuir de motard la faisait bien rire. Mais bon. Elle n'avait pas le temps de s'émerveiller sur un inconnu, car elle était en zone danger là. Le monsieur avait clairement dit qu'il ne ferait pas de cadeau même à une enfant (heureusement, sinon Coraline se serait bien ennuyée). D'ailleurs, une autre fille apparut, elle avait un certain... Exotisme du point de vue de Coco. C'était peut-être le vêtement qu'elle portait, il faisait très indien. La nouvelle arrivante du groupe avait l'air d'en savoir beaucoup sur le festival, sûrement une habituée. Zut, elle allait être un danger pour Coraline.

Et puis, telle une super guerrière, la fille aux cheveux blancs se traça un machin rond sur le front. Bon, la petite normande se doutait bien que ça devait être un truc spécial indien, et non pas de guerrier, mais comme elle était pas très renseignée sur ce sujet, elle préférait laisser son imagination faire le reste. Par contre, contrairement aux attentes de Coraline, l'indienne ne la bombarda pas, ni elle ni la fille au diadème, et s'intéressa plutôt aux tatouages du monsieur. Ah, elle n'avait pas réussi à résister à la tentation de l'émerveillement ! Dommage pour elle, elle était devenue une cible facile... Bon, même si le singe, lui, s'en donnait à cœur joie. La pauvre fille aux cheveux violets se faisant martyriser par le singe, Coraline n'était pas ciblée, bien qu'elle se sentait mal pour la princesse de se faire harceler comme ça par tout le monde.

Bien sûr, c'était sa pensée avant de recevoir des pigments sur la tête. C'était une sensation étrange, elle sentait que son front devait être bien coloré. Et puis elle était aussi soulagée, car elle avait bien fait de ne pas apporter son bandeau, il aurait été fichu. Par contre, ses cheveux étant bruns, les couleurs ne se remarquaient pas. C'était presque décevant, elle aurait voulu avoir une chevelure multicolore, mais bon, on ne peut pas tout avoir dans la vie.

La jeune femme au diadème s'était donc vengée de tout le monde, du monsieur, de l'indienne et de Coraline, mais elle semblait avoir un autre plan dans la tête. Comme les deux autres étaient occupés, ou tout du moins l'indienne qui était fascinée par les bras du monsieur, la violette en profita pour chuchoter un plan d'attaque. Elle s'accroupit et montra ses épaules à Coraline, qui n'eut pas à réfléchir à deux fois pour se dire qu'un plan d'attaque à deux, c'est quand même vachement bien. Sa némésis allait donc devenir son alliée sur le champ de bataille ! À elles deux, elles allaient entrer dans la légende... De rien du tout, mais l'imagination de Coraline était déjà en train de galoper. Elles allaient faire un tandem de choc. En plus, avec la cape qu'avait donné la fille au visage multicolore, ça allait envoyer du pâté, comme aimait se dire Coraline. Heureusement qu'elle était légère. Elle espérait juste qu'elle ne tomberait pas, ce serait bête de se briser des os.

« Okay, donc attention, je monte ! »

Elle était habituée à monter sur les épaules des gens, elle le faisait souvent avec sa famille. Elle posa ses mains sur l'épaule de son alliée avant de monter ses jambes, puis repositionna ses paumes sur la chevelure violette. Elle pria pour ne pas arracher des cheveux dans son élan, et appuya le moins possible sur son crâne, ce n'était pas le but de Coraline de tuer sa camarade si tôt dans la bataille. Encore que, vu le poids et la constitution de Coraline, la princesse n'avait rien à craindre. Mais parfois, c'était bon pour la petite de se dire qu'elle avait un peu plus de force qu'une moule.

Et là, elle dépassa tout le monde. Oh, que c'était bien d'être grand. Elle s'empara de quelques pigments qu'elle jeta de toutes ses forces sur les deux autres. L'adrénaline l'avait rendue bonne en tir, et c'est avec satisfaction qu'elle observa les couleurs atterrir pile sur les cheveux blancs de la fille et sur le haut du monsieur. Enfin, ça allait être amusant.

« Franchement c'est une super bonne idée princesse. On va tout défoncer à deux ! Coraline et sa fidèle alliée sont dans la place ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
40/500  (40/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Dim 19 Juil - 23:39


Titre de rp (pas trop trop long)
Pseudo & Pseudo

À peine était-il entré sur les lieux du festival avec ses pigments que le jeune homme se fit attaquer par une inconnue, une petite fille qui soit visait très mal l’autre jeune femme qui était devant Ethan, soit le visait lui. Il décida donc de se venger et envoya des pigments rouges sur la plus petite avant de lui dire qu’il ne serait pas plus gentil, car elle était une enfant et s’étonna même que les enfants puissent venir ici sans être accompagnés d’adultes. C’était plutôt dangereux de laisser un enfant sans surveillance au milieu de tant d’inconnu, mais bon, chacun avait sa propre vision des choses et ce n’était pas vraiment son genre de critiquer les choix des autres, il préférait observer ces choix et leurs conséquences. Après ce petit instant de réflexion, le tatoué tira la jeune fille aux cheveux violets qui était devant lui avant de tirer sur une jeune femme au teint bronzé et aux cheveux blancs qui s’approchait.

La jeune femme au teint bronzé sur qui il venait de tirer donna alors une bombe de peinture au singe qui était avec elle. Bombe qu’il envoya alors sur la jeune femme aux cheveux violets. Il était vraiment génial ce singe ! Ethan était fan de lui. Mais alors qu’il fixait la boule de poil sa propriétaire pris la parole pour expliquer la signification de cette fête en Inde. Il n’y avait aucun doute sur le fait qu’elle soit Indienne, enfin, elle aurait très bien pu savoir ceci en lisant des livres, mais lorsqu’elle se fit le petit point rouge emblématique de l’inde, d’une certaine manière, il n’y eut plus aucun doute. D’ailleurs, la jeune femme ne tarda pas à s’intéresser aux multiples tatouages sur le corps d’Ethan. Elle lui demanda où il se les était fait faire en lui disant qu’elle aimait. Elle appuya alors ses paroles pour prendre son bras afin de regarder de plus prés.

« Ils viennent d’un peu partout dans le monde, quand je voyageais pour devenir tatoueur. Ils viennent presque tous de mes professeurs. »

Ils venaient à peine de finir de parler qu’il se reçut des pigments de couleurs de la part de celle qui s’en prenait de tout le monde depuis tout à l’heure, même du singe ! Mais elle n’était tellement pas douée que certains des pigments s’étaient retournés contre elle, ce qui était plutôt comique, il fallait l’avouer. Mais rapidement le jeune homme se remit à discuter avec l’Indienne qui semblait intéressée par ses tatouages.

« Il faudrait que tu passes à ma boutique un de ces jours, je pourrais te montrer mon book si ça t’intéresses. »

Il était vraiment passionné par son métier et en parler avec quelqu’un que ça semblait intéressé lui faisait toujours plaisir. En même temps, à qui ça ne ferait pas plaisir de pouvoir partager sa passion ? Mais rapidement son attention se porta de nouveau vers les deux plus jeune de leur groupe improvisé. En effet, la plus petite des deux venait de monter sur les épaules de l’autre. Elles avaient donc décidé de s’allier contre la jeune femme au singe et lui ? Soit il acceptait ce défi, puis c’était plus amusant si elles ne se laissaient pas faire. Même si finalement au lieu d’envoyer des pigments sur un peu tout le monde au hasard, il allait se retrouver dans une bataille fermée. Enfin, c’était beaucoup plus amusant ainsi, u moins il avait de vrais adversaires. D’ailleurs, la brune ne tarda pas à les bombarder de pigments depuis sa grande hauteur. Mais il n’allait pas se laisser faire comme ça. Il attrapa alors de pigments qu’il envoya sur la princesse. Elle ne pouvait pas se défendre puisqu’elle devait faire attention à ne pas faire tomber sa camarade. Leur technique était dangereuse, pour elles, mais c’était efficace. Il se tourna donc vers celle qui était à ses côtés, il fallait qu’ils s’allient si ils voulaient pouvoir vraiment riposter aux deux plus jeunes.

« Il va falloir que l’on s’allie si on veut les battre. Ça te va ? »

Il tentait de riposter tout en demandant la jeune femme, mais certains de ses pigments manquaient leur cible, mais de manière royale, c’en était presque pitoyable. Heureusement que d’autres les touchaient, ce qui rattrapait un peu la honte qu’il se tapait, même si il s’en moquait.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Nanna | Makishima


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
172/500  (172/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Lun 20 Juil - 6:48
Mettons de la couleur dans nos vies

Une Princesse & Une filette & Un tatoué & Moi


Sans même y réfléchir, ses tatouages t'ont attirée et tu lui a attrapé le bras. Oui, tu es venu, de toi-même vers ce monsieur que tu ne connais pas, et te voilà même tactile avec lui. Mais depuis quand tu te comporte de la sorte ? Jamais avant tu n'avais fait cela. Est-ce depuis cette soirée au bal ? Cette nuit où tu as … Non ! Non, non, non, tu ne souhaite pas y penser. Après tout, ni l'un, ni l'autre ne se souvient de ce qu'il y a eu durant cette fameuse nuit. Il n'y a donc peut être rien eu. Vous êtes rentré tous les deux. Bourrés, vous aviez chacun de mal à marcher droit, alors vous vous êtes aidé. Tu avais du perdre ta sœur qui, habituée des fêtes, était partie s'amuser de son côté. Ou même, c'est peut être elle, qui a tout fait pour que tu rentre avec le jeune homme. Il faudra que tu le lui demande, mais cela veut dire lui parler. Dilemme ! Enfin, voilà, vous êtes rentrés ensemble car vous ne pouviez pas le faire tout seul, l'un comme l'autre. Vous vous êtes couchés, et vous avez dormis. Effondré de fatigue et d'alcool. Enfin cette version n'explique pas le pourquoi vous étiez nu dans le lit. Tous les deux !

Mais pour le moment, revenons à nos moutons ! Tu es donc là, tactile avec cet homme inconnu. Cet homme tatoué dont les tatouages te fascine. Tu ne fais donc pas attention au complot qui se prépare dans ton dos, entre la princesse violette, et la fillette. Elles semblent très bien s'entendre toutes les deux. Il semblerait qu'elles veuillent monter une alliance contre vous, l'homme et toi. Pour mieux vous bombarder de couleur. Mais ce festival coule dans tes veines. Elles n'ont donc aucune chance contre toi. Surtout ainsi, elles risquent de se faire mal plus que autre chose. Mais pour le moment, tu n'as pas encore remarqué leur petit manège à toutes les deux. Mais Abu lui oui. Il les observe. En petit singe qu'il est, toujours perché sur ton épaule, il se demande à quoi elles jouent. Elles ne sont pourtant pas des singes, alors pourquoi la plus petite monte sur la plus grande ? Pourquoi, elle fait comme lui ? Il ne sont quand même pas très net ces humains parfois. Ils sont dure à comprendre. Il a aussi vu, la fille violette, se colorer le visage, mais le but, c'est d'en envoyer sur les autres, pas sur soi-même. Il continue de les observer tandis que toi, sa maîtresse, tu écoute ce que te dis l'homme aux nombreux tatouages.
« Ils viennent d’un peu partout dans le monde, quand je voyageais pour devenir tatoueur. Ils viennent presque tous de mes professeurs. Il faudrait que tu passes à ma boutique un de ces jours, je pourrais te montrer mon book si ça t’intéresses. »

C'est sur que tu ne vas pas lui dire non. Il est lui-même tatoueur. Quoi que, en l'observant, tu aurais put t'en douter. Mais après tout, les tatouages, c'est une mode. Alors une personne n'ayant pas pour métier d'être tatoueur, pourrait en avoir tout autant, par simple passion de cet art. Et puis, tu le sens, il est passionné par ce qu'il fait, par son métier, son art. Tu veux lui en demander plus, sur l'origines de chacun, sur ses voyages. Mais les deux chipies vous prennent pour cibles. Lui et toi. Et le singe. Tu observe donc la scène. La fillette, du haut des épaules de la princesse Céleste, vous bombarde. Tes cheveux. De blanc, et mouillé, ils sont maintenant devenu un arc-en-ciel. Tu le devine aux mèches rebelles qui retombent devant ton visage. Tu fixe la petite fille de tes yeux bleus clairs, ceux que tu n'aiment pas voir quand tu regarde un miroir. Abu reprend quelques bombes colorées et passe sur ton autre épaule. Il balance une première bombe, une deuxième. Il touche, il coule. Non bien sur, nous ne sommes pas dans une partie de bataille navale ! Mais il fait mouche sur la brunette. Tu esquisse un très léger sourire à le voir faire et à voir le visage surprit de la petite qui se prend une bombe de couleur en plein visage.

« Il va falloir que l’on s’allie si on veut les battre. Ça te va ? »
Cela te va. Tu n'es pas venu ici pour repartir aussi blanche quand quand tu es arrivée. Alors bien sur que tu veux te battre. Tu vas t'amuser. C'est bizarre à dire, mais toi qui ne pense d'habitude qu'au boulot, aux heures supplémentaires pour gagner plus d'argent et ainsi reprendre tes études plus vite, aujourd'hui, oui, tu t'amuse. C'est peut être ce festival, ce retour à tes origines qui te fait ça. Tu es un peu différente. Tu le sens.
« Abu et moi, nous avons ça dans le sang ! Petite, j'y participais tous les ans, ce festival m'avait vraiment manqué et je ne m'en rends compte que maintenant. »
Tu attrape tes propres sachets de pigments pour en envoyer toi aussi. Tu es un peu rouillée, mais ce n'est pas très grave si certains n'atteignent pas les deux demoiselles. Ce n'est pas une question de bataille. Ni même de gagner. Cela n'a aucune importance pour toi. C'est juste un moment de partage, et tu profite de ce doux retour en enfance. Même si elle n'a pas été des plus joyeuse, puisque tu y a passé une grande partie en orphelinat. Mais c'était toujours la joie lorsque ce festival arrivait. C'était la fête.

Tu regarde de nouveau le monsieur, Abu surveille les filles pour toi. Tu veux lui demander une carte pour pouvoir passer à sa boutique, voir son book comme il t' la proposé. Mais ce que tu vois, ce n'est pas lui. C'est autre chose. Une toute petite chose sur son épaule.
« STOP ! »
Tu hurle. La foule qui entoure votre groupe vous entend. Tu tends alors d'un coup les mains. Balançant au hasard les pigments que tu tenais dans tes mains sur la foule.
« Tu as une libellule sur l' épaule, on risque de lui faire du mal, il faut la sortir de là ! »
Ha l'ami des animaux en tout genre ! Tu es incapable de laisser de côté cette part de toi qui veut tous les sauver. Même cette petite bête volante. Tu t'approche doucement pour qu'elle ne s'envole pas. Tu espère que personne ne décide de t'attaquer en traite alors que tu joue les sauveteuse. Tu place doucement tes mains autour d'elle. Et hop ! Tu l'attrape. Tu dois maintenant la sortir de là. Lui trouver un coin plus tranquille où elle pourra s'envoler sans risque. Vers les stands. Tu y vas. Ils te suivront peut être, si ils ont envie de passer la journée en ta compagnie. Sinon, ils peuvent aussi continuer de s'amuser sans toi. Après tout, ils sont venus là pour ça.





Hrp : désolé, c'est un peu tout pourris, mais je voulais répondre ce soir xD
et le coup de la libellule, c'est la faute de Nuage, le chat xD

_________________

 
Hilly Wood ▬ 19 ans
Célibataire et mieux ainsi ?
Indienne d'origine
Barmaid pour gagner ses études
Puddy Puddy!

   
 Rome ▬ 19 ans
une femme, un homme
Compliquée
mannequin pour les affiches royales
aime la lingerie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Anarchy Stocking & Sasori
Age : 21


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
61/500  (61/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Mar 21 Juil - 7:06



Sweet Colours



Ft. Un arc-en-ciel de pigments

La petite accepte de monter sur tes épaules. Vous faites vraiment une équipe de choc, ça te plaît plutôt bien d'ailleurs. Elle les a super bien visés tous les deux, donc tu es contente, votre technique fonctionne. Et avec un peu d'entraînement, tu pourras réussir à te protéger grâce à ta cape vu qu'elle retombe un peu sur toi. Pour l'instant, tu fais une cible facile, mais viendra un moment où ça ne sera plus le cas et enfin, vous pourrez bombardez n'importe qui sans craindre personne ! Ton plan est parfait, et le fait qu'elle ait dit oui le rend vraiment génial. Tu apprends au passages qu'elle s'appelle Coraline, au vue de ce qu'elle a dit une fois perchée là haut. Tu es ravie de t'être alliée avec elle ! Dans un sens, tu as un peu l'impression d'être à une partie de paintball. Juste pour le principe de finir colorés de haut en bas. Mais ce festival, ça fait quand même moins mal que du paintball. Tu dirais même que c'est plus agréable. La seule chose qui te fait peur, c'est de ne pas réussir à rentrer chez toi une fois que ça sera fini, parce que tu te seras perdue, à t'enfoncer dans la foule.

Sauf que ta coéquipière se prend des couleurs sur la tête. Tu ne t'attendais pas à cette réaction de la part d'Hilly – mais tu la comprends. Enfin techniquement, c'est son singe qui a tout fait. Dans tous les cas, tu es fière qu'elle s'inquiète pour ses cheveux ! C'est déjà un grand pas pour toi de savoir ça. Tu irais presque en pleurer, mais tu ne le feras pas, sinon ça va se voir vu que tu as la tête arc-en-ciel. Ils se parlent, tu n'entends pas tout, mais c'est pas important. Ce qui compte, c'est que tu puisses esquiver leurs attaques pour que Coraline puisse répliquer. Bien évidemment, tu n'y arrives pas à chaque fois, sinon tu serais une déesse. Et tu n'es qu'une princesse, il ne faut pas abuser, c'est déjà mieux que rien !

« Il faut pas qu'on se laisse avoir ! » dis-tu afin d'encourager ta partenaire.

Et tu entends la blandine crier un « stop », et tout s'arrête. Tu ne sais pas pourquoi, c'est pas très important, si ? En tout cas, elle a capté l'attention. Tu la regardes faire quelques instants. Son comportement te semble étrange. Puis tu réalises. Ça lui a donné beaucoup de temps !

« ELLE S'ENFUIT ! C'EST FOURBE ! » tu t'adresses à la petite en lui tapotant doucement la jambe. « Accroche toi, on va courir ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait, tu commences à te précipiter vers l'endroit où ton apprentie est partie. Tu cours moins vite qu'en temps normal vu que tu n'aimerais pas que Coraline tombe non plus, mais ça va, au moins, vous la suivez. Évidemment, tu prends ce que tu penses être des raccourcis, sauf que ça n'en est pas vraiment alors tu vous perds. Heureusement, tu te souviens du stand où tu avais été chercher ta part de gâteau tout à l'heure, et tu le vois juste en face alors tu parviens à retrouver t... votre chemin. Il ne faudrait pas que tu aies la responsabilité d'une enfant perdue, quoi que, tu es mineure, alors ça serait deux enfants perdues ! Donc techniquement, ça serait pas ta faute, t'es pas majeure, t'es pas censée être responsable, n'est-ce pas ? Mais tu évites quand même. Ne prenons pas de risques.

Tu tournes en rond parce que tu tomberas forcément sur quelqu'un. Au pire, ta partenaire peut attaquer tout le monde de sa hauteur, tu ne penses pas que ça la dérange. Tu penses que parfois elle voit l'un ou l'autre, tu ne sais pas s'ils se sont retrouvés tous les deux par contre. Mais vu le bruit de la foule, tu as peur qu'elle te parle mais que tu ne l'entendes pas. Tu te prends aussi quelques pigments parfois, mais c'est normal, et tu apprends petit à petit à gérer ta cape tout en maintenant la petite là haut. Finalement, vous allez devenir imbattables !

Une touffe de cheveux noirs dont un côté est rasé apparaît sous tes yeux. Ah, c'est le garçon de tout à l'heure que Hilly avait été voir ! Tu montres à Coraline qu'il est juste devant et tu t'approches de lui pour que vous puissiez frapper encore plus fort. Si ça se trouve, il est avec ton apprentie.


by liitchy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Alluka Zoldyck (Hunter x Hunter) - Ringo Tsukimiya (Uta no Prince Sama)
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
19/500  (19/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Jeu 23 Juil - 3:43
Coraline avait enfin capté l'attention de leur deux "ennemis" grâce à ses tirs parfaits et à son alliée qui la tenait sur ses épaules. Ce n'aurait pas été marrant si l'indienne et l'original auraient moins participé et préféré discuter tatouages. Ils ripostaient, et Coraline se retrouva bombardée par le petit singe qui accompagnait la fille aux cheveux blancs. Heureusement, la petite normande ne perdit pas l'équilibre pour si peu, et resta accrochée aux cheveux violets comme si sa vie en dépendait.

C'était un combat entre deux équipes maintenant. Même si en face ils rataient la plupart de leurs coups, Coraline se retrouvait joyeusement trempée de couleur,  et sa robe avait une moitié multicolore, le haut, et l'autre moitié encore blanche, car le bas était protégé par la princesse. Par contre, ses ballerines avaient pris quelques pigments. Ainsi que ses jambes. Et petit à petit, les autres aussi était couverts par des couleurs diverses et variées.

C'était vraiment amusant, et même dans la cohue, Coraline arrivait à entendre les encouragements de sa partenaire, ce qui la motivait encore plus pour envoyer toujours plus de pigments. Coraline s'était promis, au début du festival, de n'utiliser presque que le orange, sa couleur préférée. Mais dorénavant, les couleurs n'avaient plus d'importance. Chacune avait une signification positive, et tout le monde était rempli d'amour, d'optimisme, de vitalité et d'harmonie. Ainsi que de quelques mélanges étranges de violet. Alors Coraline ne se retenait pas, et puis, ça faisait longtemps qu'elle s'était amusée et défoulée comme ça. La dernière fois, c'était le bal, mais à part danser, rencontrer une personne et boire (ha, elle avait l'âge légal de toute façon), ça n'avait pas été aussi excitant que ce festival (bon, à part la danse avec Scarlett, le type qui lui offre souvent un café). Ses mois de convalescence, bien mérités pour avoir traîné dans tout Paris contaminé, étaient oubliés.

La jeune fille avait encore pigments en main quand l'indienne la fit sursauter (enfin, autant qu'on peut sursauter perchée sur quelqu'un) en criant "stop !". Coraline n'avait pas comprit ce qui se passait, mais ce qu'elle comprenait, c'est que un de ses "ennemis" en profitait pour partir. La princesse le remarqua aussi, et se mît à la poursuite de cheveux blancs (devenus multicolores), après, bien sûr, avoir averti Coraline que ça allait secouer. Elle avait bien fait, car la petite eut le temps de s'accrocher de toutes ses forces, et évita ainsi de tomber. Elle avait eu chaud ; elle avait senti son corps rester en arrière l'espace d'un moment. Mais voilà, elles étaient en route, et Coraline était toujours en un morceau. C'était amusant ; elle était comme ballotée. Et encore, ça se sentait que la princesse n'allait pas à pleine vitesse.

Coraline eut la vague impression que sa coéquipière s'était perdue, les stands vers lesquels l'indienne s'était enfuie se trouvaient vraiment de ce côté ? Mais la brunette décida de faire confiance en sa camarade, et se contenta se balancer quelques pigments sur les gens qui voulaient les viser, quand ça secouait moins et qu'elle pouvait se libérer une main. Non mais ! Personne ne les toucherait à un moment si crucial : il fallait retrouver l'indienne. Et puis, Coraline se demandait bien ce qui l'avait poussée à fuir. Elle n'avait pas vraiment fait attention à ce que l'habituée des festivals avait pris dans ses mains, elle devait bien l'avouer.

Puis, une tête pas inconnue se dessinait dans la foule. Ce n'était pas... ? Mais si, c'était la fuyarde en personne, là-bas ! Coraline essaya de crier à sa partenaire la bonne direction, mais même Coco elle-même n'entendait pas sa propre voix sortir dans la cohue. C'était vraiment l'horreur dans ce coin, personne ne s'entendait. Ses avertissements furent vains, et les deux continuèrent de tourner en rond. Coraline essayait tant bien que mal de faire le GPS, mais avec ses jambes presque sur les oreilles de la princesse, c'était sûr qu'elle ne devait pas comprendre grand-chose. Heureusement, son alliée avait pu peaufiner sa technique, et les deux étaient devenues intouchables.

Et puis, une nouvelle tête connue. Cette fois-ci, c'était l'original aux tatouages. La princesse violette l'avait vu elle aussi. Enfin, leur petit jeu allait continuer ! Coraline jeta allègrement ses couleurs sur le tatoué. Oups ! Ses lancers ne ratèrent pas, mais la jeune fille perdit un peu l'équilibre. Après quelques moulinets du bras, elle réussit à se raccrocher à la tête violette comme une moule à son rocher. Mais ses bras cachaient maintenant la vue de sa partenaire ! Elle les bougea le plus rapidement possible, en espérant que sa maladresse n'avait pas fait perdre leur harmonie en duo.

« Désolée princesse ! »

Il fallait quand même qu'elle s'excuse. Si Coraline était tombée, sûrement qu'on aurait dit que c'était la faute de sa princesse, alors que ça ne l'était pas. Il fallait qu'elle soit plus prudente, pour ne pas se faire mal et causer du tord à quelqu'un. C'était déjà arrivé, et franchement, avec tous les trucs bizarres d'assurances... ils aimaient bien se compliquer la vie.

Bon, par contre, elle n'avait pas réussi à se mettre dans une position confortable comme celle d'avant. Elle était un peu plus penchée, et elle sentait que son dos réclamerait un dossier tout doux dans pas longtemps. Mais Coraline ignora tout ça, elle n'allait pas laisser son corps lui gâcher son plaisir. Alors elle se tortilla un peu les fesses comme elle le pouvait, en espérant que ce ne serait pas désagréable pour la princesse...

« Encore désolée... »

Oh, et il y avait aussi l'indienne, non ? Elle s'était donc bien enfuie par là. Bon, au moins elles avaient retrouvé leurs cibles. Mais qu'est-ce qu'une de leur cible multicolore tenait dans ses main ? Serait-ce un machin avec des ailes ? Coraline n'était pas très instruite sur ce sujet, mais de ce qu'elle pouvait en voir, c'était une libellule. C'était donc la raison de la fuite de l'indienne. Coco admirait sa gentillesse ; peu de gens penseraient à mettre en sécurité une si petite bête. Puis la libellule prit son envol, et la normande fut enchantée de la voir voler. Elle en aurait presque oublié le reste ! Mais elle se rappelait qu'elle était à un festival où on devait colorer les gens, et ce n'était pas le moment de s'attendrir pour si peu. Mais quand même, elle devait bien complimenter cette jeune fille pour son beau geste...

« Wouah, vous êtes vraiment sympa vous ! Mais malgré ce geste trop cool pour la nature, ne pense pas t'en tirer comme ça ! »

Suivit d'une flopée de couleurs qui tombèrent sur les deux en face d'elles. Mais un truc s'annonçait mal : elle était à court de pigments.  

« Oups ! J'ai un peu trop fait le fifou là, je crois que je suis à sec de couleurs... »

Petit regard dépité de chat botté. Elle n'allait tout de même pas en voler aux gens à côté, eux aussi voulaient s'amuser ! Et en redemander à l'accueil serait trop long, et casserait leur rythme de jeu. Bon. Fallait-il trouver autre chose à lancer ? Comme ces... Magnifiques gâteaux sur le stand ? Maintenant qu'elle y pensait, l'indienne avait l'air de s'en être pris. C'était alors bon d'en jeter ? Et puis, c'était coloré le gâteau aux fraises. En tout cas, il fallait qu'elle fasse ses propres couleurs avec les moyens du bord. Heureusement, elle était suffisamment proche des stands pour empoigner, en se tortillant un peu, une petite part de gâteau aux fraises, pour en lancer sur le tatoué.

« Voici le rouge de l'amour dans votre tee-shirt ! »

Mais quelle punchline, mais quel génie ! Ah, si elle n'avait pas les mains prises, elle se serait applaudie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
40/500  (40/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Lun 27 Juil - 19:12


Titre de rp (pas trop trop long)
Pseudo & Pseudo

Le brun devait avouer qu’il ne s’était pas attendu à ce que les choses virent ainsi, mais d’un autre côté, ce n’était pas plus mal, c’était plus amusant de participer avec un groupe de personne particulier. Il expliqua alors à la dernière arrivée que ses tatouages venaient d’un peu partout dans le monde et que si elle voulait, elle pouvait passer à sa boutique pour qu’il lui montre son book. Mais le principe de ce festival revint rapidement à la charge puisque les deux jeunes femmes qui étaient avec eux venaient de s’allier contre les deux qui discutaient. La plus petite était montée sur les épaules de la seconde et les attaquait d’en haut. Ethan et la jeune femme se mirent alors à riposter, aidés par le singe de cette dernière. Il ne réussit pas tous ses tirs, mais il en réussit quelques-uns et puis, même si il ne les touche pas, c’est amusant. Et c’est forcément quelqu’un d’autre qui se prend les pigments plus loin dans la foule. Il se tourna alors vers l’Indienne et lui proposa qu’ils s’allient pour pouvoir battre les deux petites filles.

Elle lui répondit alors que ça lui allait, qu’elle et son singe, ils avaient ça dans le sang puisqu’elle participait à ce festival depuis qu’elle était toute petite. La bataille fut alors terrible, de nombreux pigments arrivèrent sur chacun des quatre membres du groupe, ceci jusqu’à que la blanche se mette à crier un "Stop" qui fit tout de suite s’arrêter le tatoué qui la regarda surpris. Elle s’approcha alors de lui en expliquant qu’il y avait une libellule sur son épaule. Elle la récupéra et partie alors rapidement pour la relâcher, il ne savait où. Juste après qu’elle soit partie et alors que le brun n’avait toujours pas bougé, ce fut à la jeune femme aux cheveux violets de prendre la parole en criant que l’Indienne fuyait. Ceci avant de partir, la plus petite du groupe toujours sur ses épaules, à la poursuite de la jeune femme. Le brun décida alors de les suivre, même si il les perdit rapidement de vue. Il avait quand même remarqué qu’elles se dirigeaient vers les stands, il savait donc où, il devait se rendre.

Il ne tarda pas à arriver au niveau des stands, mais à sa grande surprise, les deux jeunes femmes qu’il avait suivies n’étaient pas là. Est-ce qu’elles s’étaient perdues dans la foule ? C’était fort probable, même si pourtant ce n’était pas dur d’arriver jusqu’ici. Elles ne devaient pas avoir le sens de l’orientation. Si il avait été macho, il aurait pu penser que c’était parce qu’elles étaient des femmes, mais comme il ne l’était pas, il ne le pensa pas. En tout cas, même si il ne trouvait pas les deux jeunes femmes, il aperçut rapidement celle qui était partie d’un coup avec la libellule. C’est à ce moment qu’il se reçut des pigments. Il tourna alors son regard pour voir qu’il s’agissait de celles qu’il avait suivies. Elles avaient fini par trouver les stands alors. Il était parti vers la blanche, désormais multicolore, et se mit à côté d’elle pour regarder la libellule s’envoler, ignorant les jeunes filles puisque de ce qu’il avait vu, la brune n’était pas prête de réattaquer puisqu’elle avait failli se casser la figure.

« Je me demande comment elle a pu se retrouver ici… »

Les deux filles arrivèrent alors à leur niveau, apparemment, la brune était de nouveau installée correctement puisqu’elle prit la parole en déclarant que c’était vraiment gentil de la part de l’Indienne de s’être inquiétée pour une libellule, mais que cela ne lui permettrait pas d’échapper à la fusillade de couleur qui l’attendait. Les échanges de pigments recommencèrent alors et bien-sûr le brun visait celle qui était en dessous et donc la plus vulnérable. Mais cela ne dura pas longtemps avant que la petite fille prenne de nouveau la parole pour dire qu’elle n’avait plus de couleurs. C’était parfait, c’était le moment parfait pour attaquer sans gêne et prendre l’avantage.

Il tourna alors son regard rouge et noir vers la jeune femme multicolore et hocha la tête pour lui faire comprendre que c’était le moment ou jamais. Il attaque ensuite rapidement les deux jeunes femmes sans aucune gêne. Mais la petite eut une réaction étrange, elle se pencha vers le stand et attrapa une des tartes aux fraises qui étaient juste à côté. Elle attaqua alors avec les tartes en déclarant qu’il s’agissait du rouge de l’amour. Personne n’avait appris à cette enfant que l’on ne jouait pas avec la nourriture. Ethan attrapa alors un pigment jaune qu’il avait et l’envoya sur la petite fille, les pigments allant directement s’étaler sur son visage.

« On ne joue pas avec la nourriture ! »

Il n’était pas partisan du gaspillage. Et donc voir une enfant qui joue avec de la nourriture alors qu’elle pourrait prendre des pigments à sa partenaire ne lui plaisait pas vraiment. Même si il n’était pas du genre à juger les gens, il ne pouvait pas la laisser faire comme ça. Il leva donc les mains comme si il se rendait, s’approchant des deux jeunes femmes. Il prit ensuite quelques sachets de pigments qu’il tendit vers la jeune femme qui était à cours.

« Si t’en as plus, prend ça au lieu d’utiliser de la nourriture. »
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Nanna | Makishima


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
172/500  (172/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Mar 28 Juil - 16:53
Mettons de la couleur dans nos vies

Une Princesse & Une filette & Un tatoué & Moi


Libellule. Tu ne pense plus qu'à sauver cette petite créature. Tant pis pour la bataille de couleurs que tu avais entamée aux côtés de jeunes tatoués. Tant pis pour les filles qui étaient vos adversaires. Tu pourra bien reprendre tout cela plus tard. Ce n'est pas très grave de les faire patienter quelques instant pour sauver cette petite chose volante et si fragile. Ton groupe ce n'est pas grave. Ton groupe tu le retrouvera. Ce n'est pas comme si une princesse au cheveux violets portant une fillette sur ses épaules et un homme tatoué aux cheveux rasés que d'un côté et un œil rouge passaient inaperçue. Même dans cette foule. Et puis les deux jeunes filles et organisant leur petite pyramide surplombe un peu toute la foule, alors il est difficile de les louper. Même un aveugle les trouverait. Bon peut être pas, mais vous aurez comprit l'image. Donc en cet instant, c'est mission libellule. Allons sauver le soldat Lib'. Liberté !

Tu ne fais donc pas attention au fait qu'elles pensent que tu prenne la fuite. Ni même qu'elles tentent de te suivre pour continuer le combat. Tu ne t’aperçoit pas non plus que le jeune homme aussi est sur tes traces. Non pas pour t'attaquer, juste pour ne pas perdre son allié devenue un vomi de licorne tellement tu es colorée. Et pas juste colorée de rouge ou de bleu. Entièrement colorée, de nombreuse couleurs qui se battent entre elle pour avoir la place sur votre tunique ou dans vos cheveux. Les gens pourraient penser que tu es une fille à fond dans la festival. Un sari indien, blanc, un ruban blanc qui retient difficilement cette crinière sauvage blanche, en ta compagnie, un singe, tout aussi vêtu de blanc ! Le truc c'est que les cheveux, c'était pas vraiment voulu, voilà déjà de nombreuses années que tu les décolore entièrement, jusqu'au blanc. Un beau blanc. Un magnifique blanc. Un blanc pure !

Au stand, ou plutôt sur le côté, tu trouve l'endroit assez calme pour délivrer l'insecte de sa prison. Tu ouvre donc tes petites mains quand tu entends derrière toi cette voix masculine se demander comment elle a put arriver ici. Tu la regarde s'envoler. Disparaître dans le ciel. Tu tente de la suivre, mais avec le soleil qui t’éblouis, c'est compliqué. Voilà donc. C'est terminé. Elle en aura vécut des aventures aujourd'hui. Tu te tourne vers ton camarade.
« Ces petites choses savent se faufiler de partout. Au bar l'été, nous avons même eu une invasion de fourmis à l'intérieur do poste boisson pour tirer la bière. On a du tout démonter pour tout changer. Je crois qu'elles avaient réussit à ronger les joints pour pouvoir ainsi s'y introduire. Ils sont quand même très surprenant ces insectes ! »
tu le trouve finalement très gentille ce monsieur, contrairement à l'image légèrement effrayante qu'il peut renvoyer quand on le regarde comme ça. Il ressemble vite à un rebelle diabolique, mais toi, tu l'aime bien. Il est différent.

Les deux jeunes filles vous retrouvent enfin. Ou du moins, elles ont retrouvés votre complice. Tu remarque bien vite que Céleste te cherche encore, mais la petite semble avoir comprit que tu es juste là. Elle te parle. Elle te dit quoi ? D'ici, tu n'entends pas vraiment ce qu'elle tente de te dire. Tu essaie de lire sur ses lèvres. « Ou vous êtes tellement sympa tous ! Maintenant cette gestuelle pour la nation, ne pense pas t'en tirer comme ça » Les derniers mots tu les entends. Mais tout le reste tu le devine. Ou plutôt tu as tenté, mais la phrase, reprise en entier, ne veut absolument rien dire. Alors tu as du mal traduire. Alors que voulait-elle te dire vraiment ?
« Oups ! J'ai un peu trop fait le fifou là, je crois que je suis à sec de couleurs... »
Déjà ? Tu pense donc à regarder tes propres réserves. Tu as encore largement ce qu'il faut pour répliquer. Ou du moins, pour attaquer. Ne serait-ce pas justement le bon moment ? Ce serait lâche de profiter de cette petite fille ayant passé trop vite son petit sac de provision en bombes de couleurs. Alors tu lui laisse le temps de se pencher pour refaire le compte. Mais en observant bien, tu te rends vite compte qu'elle ne se penche pas sur le bon stand.

Tu te demande alors à quoi elle joue. Une tarte au fraise ? C'est vrai, ce ne serait pas idiot de faire une pause pour se remettre de tout ça. Manger un peu. Plus tôt dans la matinée, tu voulais trouver un stand qui proposerait des plats indiens. Pour te souvenir. Pour passer une journée comme dans le temps. Mais la tarte en question, la fillette ne songe pas la manger. Au contraire, elle la balance sur le jeune homme. Tu la regarde. Mais d'où lui vienne de si vilaine manière ! Ce gaspillage ! De la nourriture. Quand tu te souviens le peu que tu mangeais à l'orphelinat dans ton enfance, cela te révolte !
« Voici le rouge de l'amour dans votre tee-shirt ! »
Amour ou pas amour, tu ne va pas pouvoir laisser passer ça. Que ce soit une enfant ou pas. La tienne pas la tienne. On ne gaspille pas la nourriture. Surtout en ce jour de festival. Surtout ce festival qui est pour toi pas qu'un simple jeu. C'est toute ta religion. Tu es hindou, et tu n'as jamais voulu changer cela. Tu as tes divinités, tes croyances. Et ce festival n'est pas qu'une simple bataille de couleurs pour toi. C'est le jour pour fêter Krishna et Kâma.

« On ne joue pas avec la nourriture ! »
Le jeune homme réagit avant vous. Tu l'observe. Tu es contente, il est du même avis que toi. Tu te sens moins seule. C'est bien. Tu l'apprécie de plus en plus ton complice. Il est décidément bien loin de l'image qu'il renvoie au premier abord. Tu l'aime bien ce type. Tu le voit s'approcher des deux jeunes filles. Il donne quelque chose à la petite. Il lui donne des pigments pour qu'elle puisse continuer de s'amuser sans recommencer sa bêtise avec la nourriture. Tu t'approche à ton tour. Et tu le lui en donne aussi.
« On pourra toujours faire le plein nous aussi. Mais je suis d'accord, on ne doit pas gaspiller, ce n'était pas bien. C'est un jour de partage, c'est un jour sacré pour moi. La nourriture est précieuse, et si ici on a largement ce qu'il nous faut et plus encore pour se nourrir, dans d'autres pays, ils n'ont pas cette chance ! »
Tu baisse les yeux. Tu ne souhaite pas les regarder. Tu ne veux pas qu'ils devinent que tu n'as pas eu une enfance des plus heureuse. Que justement pour toi, c'était le cas de ne pas avoir tout ce qu'il te fallait. C'est peut être bien pour cela que ton appétit ressemble à celui d'un moineau et que tu es si fine. Mais aujourd'hui, ça n'a plus d'importance.
Doucement, tu relève les yeux vers ton camarade. Puis tu regarde la princesse, et la fillette. Seule la violette te connaît. Pas les autres et tu ne connais pas non plus qui ils sont.
« Moi c'est Hilly, et je vous propose de faire une paix ! On pourrait se trouver un stand indien pour manger ce midi. Vous pourriez découvrir les spécialités qui viennent de ce pays dont est originaire ce festival »






_________________

 
Hilly Wood ▬ 19 ans
Célibataire et mieux ainsi ?
Indienne d'origine
Barmaid pour gagner ses études
Puddy Puddy!

   
 Rome ▬ 19 ans
une femme, un homme
Compliquée
mannequin pour les affiches royales
aime la lingerie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Anarchy Stocking & Sasori
Age : 21


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
61/500  (61/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Ven 31 Juil - 0:47



Sweet Colours



Ft. Un arc-en-ciel de pigments

Après avoir retrouvé – enfin – monsieur cheveux noirs et madame cheveux blancs, toi et ta coéquipière, vous vous êtes faites attaquer sans aucun répit. Sûrement parce que la petite sur tes épaules avait annoncé ne plus avoir de pigments, et tu ne pouvais pas lui passer les tiens dans l'agitation. Surtout lorsque tu la sens gigoter pour attraper un truc. Elle enchaîne avec une phrase que tu ne comprends pas de suite et tu vois une pâtisserie passer. Ah, comme tu as pu le faire avec Hilly au tout début. Ça remplace son manque de couleurs, mais elle se fait gronder par monsieur cheveux noirs. Il dit qu'il faut pas faire ça. Ces réactions d'adulte te font froid dans le dos. Tu es bien placée pour savoir que c'est parfois difficile de manger mais c'est une fête non ? On autorise des enfants à se lancer des bonbons lors des anniversaires mais ça non ? Tu allais répliquer quelque chose, mais au final, il lui donne des pigments. Bon. Ça passe. Ton apprentie en fait de même et soutient le monsieur dans ses dires. Décidément, ils ont décidé de t'énerver.

« C'est vrai que c'est mal de gaspiller, mais personne ne l'interdit à l'entrée du festival non ? C'est pas comme si elle était la seule à avoir fait ça. Céleste veut bien croire que c'est sacré pour toi Hilly, mais les autres ils s'en fichent. C'est juste une occasion pour eux pour se lâcher. Et la nourriture, ça fait partie des munitions disponibles. Parce que c'est gratuit. »

Tu soupires. On va encore te prendre pour une méchante reine plus qu'une princesse si tu continues comme ça. Mais tu n'y peux rien si c'est vrai ! Tu es la plus en dehors du monde réel dans tes pensées mais c'est toi qui en as le plus conscience ? Ça serait ridicule et ironique. Et pourtant, ça serait plus que possible. Hilly se présente et propose une trêve. Pourquoi pas ? Ton estomac commence à manifester sa présence et son envie d'en profiter à son tour. En signe de bonne foi, tu portes Coraline et tu la poses à côté de toi. Tu lui confies des pigments supplémentaires, tu ne veux pas qu'on la gronde encore.

« Céleste accepte cette pause, son ventre grogne. Et il y a beaucoup de stands à visiter alors... tant qu'il n'y a pas de pigments dans leur nourriture, Céleste mangera. »

Comme quoi, tu fais la difficile, mais pas trop. On te propose d'abuser des bonnes choses alors tu vois pas pourquoi tu te retiendrais. Tu lèves les yeux et regardes autour de toi afin de trouver un stand comme décrit par l'indienne. Tu ne sais pas à quoi ça ressemble, mais si tu connais pas, c'est que ça doit être ça, non ? Mais ici tout se ressemble, en plus, tu te prends de couleurs dans la tête. Il faudrait que tout le monde se décide rapidement pour que les autres passants comprennent que vous ne vous défoulez plus pour le moment...

De longues secondes de recherche plus tard, tu pointes du doigt un stand qui te semble différent des autres, mais à cause du nombre fou de gens, tu es incapable de dire s'il est bondé ou pas. Tu espères que ce n'est pas le cas, il ne faudrait pas que vous attendiez des heures et des heures juste pour pouvoir manger – alors que prendre des pâtisseries était la chose la plus simple au monde jusqu'à maintenant.

« On devrait aller là, non ? Ça semble être plutôt bien. »


by liitchy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Alluka Zoldyck (Hunter x Hunter) - Ringo Tsukimiya (Uta no Prince Sama)
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
19/500  (19/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Dim 2 Aoû - 21:53

Coraline sentit son visage se prendre un beau pigment bien placé. Heureusement, ses réflexes lui avaient fait fermer ses yeux, évitant d'être aveuglée. Après cette attaque, le monsieur original commença à la gronder ; il ne fallait pas gaspiller. Coraline sentit ses joues chauffer, et elle espéra que sa honte n'apparaîtrait pas sous son masque de couleur. Elle n'aimait pas ça, se faire gronder pour quelque chose, surtout qu'elle savait déjà que le gaspillage n'était pas bien. Mais elle s'était laissée emporter, il n'y avait rien de mal, non ? Elle n'avait pas jeté un repas entier... Et elle n'aimait pas les batailles de nourriture. Entartrer les gens était autre chose que du gaspillage, non ? Ah, elle essayait de se réconforter un peu, parce que Coraline n'avait pas envie que les autres croient qu'elle n'était qu'une enfant mal élevée. Elle accepta avec un petit sourire les pigments que lui offrit ensuite le monsieur.

Mais difficile d'oublier sa bêtise quand l'indienne se mit à son tour à la gronder. Coraline baissa les yeux, trouvant un grand intérêt à compter les cheveux violets de sa partenaire, comme une gamine prise en faute. Le discours que lui donna la jeune femme rendit la brunette toute silencieuse, préférant ne rien dire et prendre les autres pigments offerts avec un sourire encore plus gêné. Ah, elle n'était pas gênée souvent, Coraline, mais quand elle l'était, elle devenait muette comme une carpe, les joues en feu, retenant la leçon pour la prochaine fois. Pour éviter de jouer la gamine capricieuse, elle articula un "Désolée", assez fort pour qu'au moins un l'entende.

Par contre, elle ne s'attendait pas à ce que la princesse la défende. Un grand soulagement emplit Coraline. Au final, elle ne savait pas trop si ce qu'elle avait fait était vraiment mal ou non, mais en tout cas, elle se mit à voir son alliée d'une autre manière. Plus comme... un chevalier. Qui s'était élancé à sa rescousse ! Sa princesse chevalier avait d'ailleurs parlé d'une certaine Céleste. Était-ce son nom ? C'était une façon un peu étrange de parler, mais Coraline aimait bien.

L'indienne se présenta, et la jeune fille put avoir un deuxième nom à mettre sur ces têtes inconnues ; Hilly. Celle-ci leur proposait une trêve, et aussi de manger, ce qui ranima le sourire, et la voix aussi, de Coco.

« Oh ouiiii ! Chouette ! Moi c'est Coraline ! J'ai trop envie de voir quelles sont les spécialités d'Inde ! »

Après tout, s'envoyer des couleurs c'était bien, partager un bon moment autour d'un repas c'était mieux. Céleste posa la "fillette" sur le sol, et lui fila quelques pigments. Eh bien, elle était sûre de ne plus être en manque jusqu'à la fin du festival ! Ça lui évitera tout autre... "grondage" de la part des autres. Coraline faillit, en réflexe, tenir la main de sa princesse chevalier, parce que tenir les mains c'était agréable, mais s'arrêta dans son geste. Après tout, ça embêterait peut-être Céleste... Coraline préférait être prudente, elle ne voulait plus repasser par un moment gênant. Alors elle se contenta de chercher des yeux un stand de nourriture indienne. Mais comment elle était censée savoir à quoi ressemblait un tel stand ? Elle n'était vraiment pas calée dans ce genre de truc.

Heureusement, sa partenaire, enfin ancienne partenaire dorénavant, avait trouvé quelque chose. Effectivement, ce stand semblait différent. Coraline espéra qu'il ne serait pas bondé. Et s'il l'était... Il serait temps de jouer de son air de chat potté. Oui, elle savait, c'était pas très honnête, mais il fallait savoir se faire une place dans la vie ! Bref, elle décida d'abord de partir en mission reconnaissance, elle était petite, elle pouvait se faufiler partout.

« Attendez-moi, je regarde comment est ce stand ! »

Elle se glissa entre les personnes qui continuaient à lancer des couleurs, jusqu'à arriver à la table du stand. Petit soupir de soulagement, il n'y avait pas encore foule foule autour. Et puis, il y avait plein de trucs, enfin de nourriture, totalement inconnus à Coraline. Ça devait être indien, enfin la petite ne voyait pas d'autre alternative à l'origine des plats proposés, si exotiques. Elle retourna vers les autres, affichant un sourire triomphant.

« Eh oui ! C'est bien un stand de nourriture indien, enfin je crois. Il faudra que vous re-confirmiez, mademoiselle Hilly. En plus, on est des petits chanceux, ce n'est pas encore super bondé ! On y va ? »

Le ventre de Coraline qui gronda en dit plus sur l'état actuel de l'estomac. S'ils allaient dans ce stand, il faudrait y aller vite, avant qu'il y ait foule. En tout cas, si les trois autres n'y allaient pas, Coco s'y rendrait quand même, elle avait faim, et elle voulait tester de nouvelles saveurs. Elle se dirigea vers la nourriture tant attendue, et les autres, s'ils avaient foi en elle et en ses dires, la suivront.

Par contre, elle n'avait aucune idée de quoi prendre pour manger. Zut. Il faudra demander à Hilly, leur guide et leur sauveur pour ce midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
40/500  (40/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre] Lun 28 Sep - 23:31


Titre de rp (pas trop trop long)
Pseudo & Pseudo

Les trois filles avec lesquelles il se trouvait étaient toutes parties, la première pour sauver une libellule et les deux autres simplement pour retrouver la première jeune femme. Il décida alors de partir lui aussi à sa recherche et se mit donc à zigzaguer entre les personnes qui s’amusaient toujours à se balancer des pigments. Après quelques instants de recherche, il finit par retrouver la jeune femme près des stands de nourriture. Il la laissa alors libérer la libellule qu’elle tenait et réfléchit à voix haute en se demandant comment elle avait pu se retrouver ici. L’Indienne lui répondit alors que les insectes se faufilaient partout et lui raconta une anecdote qui était arrivé à son travail, il apprit donc que la jeune femme travaillait dans un bar.

Les deux autres jeunes femmes du groupe improvisé arrivèrent peu après et la guerre reprit de plus belle jusqu’à que ce que celle que tout le monde prenait pour la plus jeune annonce qu’elle n’avait plus de munitions, les choses seraient donc plus faciles si elle n’en avait plus et que la violette n’arrivait pas à lui en donner, mais c’était aussi beaucoup moins drôle si elle ne pouvait plus riposter. Il cessa donc de tirer, mais la petite fit quelque chose qu’il n’aimait pas. En effet, elle avait attrapé une tarte aux fraises et l’avait envoyée sur le seul homme du groupe qui n’avait pu s’empêcher de la "disputer" en lui disant qu’il ne fallait pas jouer avec la nourriture. Il s’approcha ensuite d’elle et lui donna quelques munitions avant que la sauveuse de libellule prenne la parole pour appuyer Ethan en disant qu’il ne fallait pas gaspiller, qu’il y avait des personnes dans le monde qui n’avait pas la chance qu’ils avaient d’avoir toute cette nourriture et que c’était un jour sacré pour elle.

La violette prit enfin la parole pour prendre la défense de la petite, qui d’ailleurs semblait vraiment mal après le petit discours de la blanche. Donc la violette répondit qu’en effet, c’était mal de gaspiller, mais qu’il n’y avait marqué nulle part qu’ils n’avaient pas le droit d’utiliser la nourriture comme projectile. Il n’était pas, mais alors pas du tout d’accord avec elle. En quoi le fait que la nourriture soit gratuite voulait dire qu’ils pouvaient l’utiliser comme projectile ? Il n’aimait pas du tout cette manière de penser, qu’elle soit gratuite ou non la nourriture restait de la nourriture. Mais il ne répondit rien. Après tout, ils n’allaient pas s’attarder sur cette histoire dix mille ans. Puis de toute façon Hilly proposa de passer à autre chose en se présentant et en invitant tout le monde à faire une pause pour manger un peu. La violette fut la première à accepter en parlant d’elle à la troisième personne ce qui permit au brun d’apprendre son prénom. Ce fut ensuite le tour de la plus jeune d’accepter en précisant qu’elle se nommait Coraline.

«Ça me va aussi, une pause nous fera du bien. Et je m’appelle Ethan. »

Le petit groupe partit donc à la recherche de nourriture, se faisant attaquer par des gens qui eux continuaient de s’amuser à se balancer des pigments. Ce fut finalement Céleste qui repéra un stand, mais il y avait trop de monde pour savoir s'ils devraient attendre et si c’était bien un stand comme ceux qu’ils cherchaient. La plus petite partie donc en reconnaissance et revint quelques minutes après avec un grand sourire en confirmant qu’il s’agissait d’un stand de nourriture indienne, mais qu’Hilly devrait quand même reconfirmer et elle leur dit que pour le moment, il n’y avait pas trop de monde. Ethan leva alors la main.

« Je suis pour y aller. »

Il n’y avait pas de raison pour que les deux autres jeunes femmes refusent alors qu’apparemment, ils commençaient tous à avoir faim après s’être autant défoulé. Il attendit donc un peu puis attrapa la main de la petite fille et celle de la première des deux autres filles qui étaient dans le groupe sans savoir laquelle, mais il fallait éviter qu’ils se perdent maintenant, ce serait idiot alors qu’ils venaient de trouver de quoi manger. D’un autre côté, ils sauraient où se retrouver, mais bon, on n’était jamais trop prudent.

« Du coup, allons-y. »

Il se mit à marcher sans lâcher les deux mains qu’ils tenaient. Il avait laissé assez de temps pour que la troisième attrape la main de la petite ou de l’autre jeune femme. Il ne les lâcha qu’une fois qu’ils furent devant le stand, tournant alors son regard vers Hilly.

« Tu nous conseilles quoi ? »
Codage par Emi Burton


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre]
Revenir en haut Aller en bas

Comme un retour au pays [Feat Céleste et autre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Irréel :: Le Monde Réel :: Paris :: Grande place de la Tour Eiffel :: Holi Festival-