Partagez|

Le bal des vampires | feat. the couple troklass Belle&Scarlett ♥︎

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Avatar : Tsukino Usagi | Nakajima Yôko
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Le bal des vampires | feat. the couple troklass Belle&Scarlett ♥︎ Jeu 12 Mar - 0:41
La Belle et la bête


Tout commença par une matinée tranquille dans la vie de Belle. Réveil tranquille, petit-déjeuner tranquille, choc en voyant l'heure, et préparation pour la journée avec l'implacable réalité que le cours magistral avait déjà commencé depuis une demi-heure. Et c'est là que vient notre élément perturbateur. En rassemblant à une vitesse supersonique ses divers cahiers (roses), une feuille colorée glissa et tomba. Intriguée, la princesse retardataire avait pris le temps de lire ce qui ressemblait à une lettre. Et se souvient de cette petite fête organisée par la mairie de Paris. Oui oui, ce bal qui se déroulait aujourd'hui même.

Après une deuxième crise cardiaque et de longues délibérations entre sa bonne conscience et son côté maléfique, Belle décida de sécher les cours pour pouvoir prendre le temps de trouver de quoi pouvoir être présentable. Certes, elle avait déjà plusieurs tonnes de vêtements, mais une fête, ça ne se préparait pas n'importe comment, surtout qu'elle allait avoir un cavalier. Si elle y allait fringuée n'importe comment, ce serait la fin, et elle serait définitivement la risée de tout le milieu étudiant (si ce n'était déjà pas le cas). Elle prit donc son courage à deux mains et écuma les magasins toute la journée, en prenant soin de ne croiser aucun professeur.

Visiblement, beaucoup de personnes avaient eu la même idée que la demoiselle car tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une boutique de déguisements avait été sauvagement dévalisé. Et c'est ainsi que Belle, désemparée, se retrouva à attendre dans le froid, habillée d'un déguisement d'Alice au pays des merveilles splendide et plutôt sexy, quoique trois ou quatre tailles trop petit pour elle. En plus de cela, elle fut obligée d'haranguer les participants telle une poissonnière le jour de marché, le tout affreusement comprimée.

Le numéro 365! Qui a le numéro 365?

Presque une heure plus tard, la princesse épuisée se laissa tomber sur un banc avec un panneau arrangé d'un bout de carton et le nombre "365" écrit au marqueur. Heureusement, elle avait emporté un paquet de cookies aux noix de pécan, ce qui lui rendit un peu le goût de vivre. Un long moment passa pendant lequel Belle s'était goinfrée en pleurant silencieusement sa réputation perdue, quand enfin le tant attendu cavalier se présenta.

Hé bah dis-donc, ch'est pas trop tôt! Cha devrait être interdit de faire attendre autant une cheune fille comme moi, non mais!

La jeune fille en question en avait oublié ses bonnes manières et avait parlé la bouche pleine, catapultant au passage quelques miettes sur le déguisement de son compagnon. Puis découvrit le visage du compagnon. Puis eu son troisième choc émotionnel de la journée.

Mais, mais, qu'est-ce que tu fais là, toi? Tu n'étais pas sensé rester dans ton palais toute la soirée à boire du thé et minauder avec la jolie Juliet?

C'était impossible, elle était pourtant certaine que c'était son emploi du temps... Il fallait vraiment qu'elle revoie ses techniques de piratage de téléphone portable.

Euuuh, oublie ce que je viens de dire. Puisque tu es là, autant en profiter, j'imagine... non?

Belle essayait maintenant désespérément de détourner l'attention de l'homme de l'aveu qu'elle venait de faire. Espionner Scarlett, elle n'était pas certaine qu'il apprécie beaucoup... Et étant donné ses pratiques douteuses, elle avait de quoi avoir peur.

Joli costume, au fait...

Un petit compliment et un joli sourire, ça fait toujours plaisir.


made by pandora.



_________________


Belle Bourgeois ▬
18 ans
Étudiante
So girly
À traiter comme la princesse qu'elle est ♥️

Anémone ▬
Entre 20 et 30 ans
Fille de la Reine Heart
Asociale
Étrange
Maniaque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : The Mole / Hisoka
Age : 23


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
77/500  (77/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Le bal des vampires | feat. the couple troklass Belle&Scarlett ♥︎ Sam 28 Mar - 23:18

« Il ne faut pas oublier que le plus grand homme n'est jamais qu'un animal déguisé en Dieu. »  ▬  F. Picabia


La pleine lune remplissait le ciel sombre de sa douce lumière blanche. Le vent soufflant dans les branchages et donnant un chant d'outre-tombe était frais et le sol, malgré sa sombre apparence, était dur. C'était l'ambiance parfaite pour aller se promener sans rencontre d'autres bipèdes. Ce genre de balade où il n'avait pas besoin de réfléchir à tout, rédigé des textes sans fins dans son esprit ou imaginer un plan diabolique pour arriver à ses fins. Non. Cette douceur de la nuit était celle qui l'accompagnait lorsque l'aveugle souhaitait divaguer dans la ville sans réel but. Pourtant. Ce soir n'était pas accordé avec la météo ou son humeur du moment. Alors que l'homme aux cheveux roses souhaitait, par dessus tout, faire une pause, voilà qu'il devait se rendre dans un espace... tout ce qu'il y a de plus bondé : un bal. Cette cérémonie qui lie les Hommes au point qu'ils ne sachent plus avec qui danser, au point de ne pas rentrer avec la même personne que celle qui vous y a emmené, au point de rêver d'un simple masque pendant des années durant, au moins de manger comme un cochon affamé... Une de ces soirées que Scarlett n'aimait que pour les ragots, rumeurs et sucreries.

Se déguiser, c'est tout une suite de restrictions, de réflexions et d'obligations. Il ne faut pas faire d'erreur. Moins l'on est social, moins on doit se permettre les coups de folie. Et puis Scarlett est l'homme qui fait le plus attention au moindre détail de sa personne et du déroulement de tout ce qui est en lien avec lui. Impossible que la page se tourne d'elle même. Alors il réfléchit. Plusieurs minutes. Plusieurs heures. La nuit de la veille. Finalement... il a fallu finir par se décider. Alors il opta pour un costume qui n'entachait pas cette allure qu'il se donnait. Son déguisement allait aussi lui permettre de gonfler les rumeurs sur sa battisse. Son allure d'homme des siècles derniers renforçait l'image traditionnelle, historique... et sans doute un peu vieille, de sa maison. Napoléon. Presque du moins. On penserait à lui. Sans aucun doute. Il était élégant ainsi. Discret aussi. Seuls les originaux sortaient de l'ombre lors des grands bals. Mais c'était bien. Tant mieux.

Encore une fois, tout était calculé. Et pourtant. Encore. Un élément perturbateur allait chambouler ses calculs... Une voix à la fois féminine et gorillesque s'élevait dans les airs :

 
▬ Le numéro 365! Qui a le numéro 365?

Soupir intérieur. Il fallait que ce soit elle. Il fallait que ça tombe sur la groupie. Belle. Cette jeune femme qui avait au moins l'intérêt de lui donner des informations. Bon. Il avait fallu qu'il donne son corps en échange... mais on oubliera ce détail. Non pas que ce soit gênant mais bien honteux d'avoir du en arriver là. Dans son métier, il a toujours agi avec classe, droiture et intelligence. Il ne fallait pas perdre pied. Tout comme une de ces danses qui va bientôt démarrer.

Alors il se calme, se maîtrise et se lance. Le voilà qui s'avance vers celle qui avait crié au monde entier qu'elle était seule au monde. Peut-être que le ciel allait lui offrir la chance de faire croire à quelques idiots qu'il avait de la pitié, qu'il avait un cœur. Comme s'il avait que ça à faire, offrir de la bonté. Pourtant il va faire un effort. Un effort surhumain même. Il va poursuivre la conversation avec longueur. Scarlett va oser perdre son temps à discuter avec un autre, sur un sujet dont il ne gagne, sur un sujet dont l'homme aux cheveux roses connaît déjà tout. Cet homme qu'on aime autant qu'on déteste. Mais que savons-nous réellement de lui ? Le journaliste n'ose pas l'aimer. Le journaliste n'ose pas le haïr. Tout ce qu'il peut faire, c'est l'étudier, connaître les traits de son histoire ou compter ses batailles. Seul le nombre des morts est finalement ce qui peut facilement être connu et ressentit. Mais que cela veut-il vraiment dire quand la société a changé ? Les chiffres peuvent-ils seulement être comparables ?

Scarlett devient un quiz géant. Il devient un enseignant qui vérifie l'assiduité de son élève. Il contrôle la culture du monde qui l'entoure. Que savent les gens de cet homme ? En tout cas l'homme aux cheveux roses s'est amusé à se vêtir comme l'homme à la main cachée... Belle... Ma chère Belle... sauras-tu te faire respecter du maître de la battisse que tu surveilles ?
 
▬Dans quelle ville se trouvaient l'impératrice Marie-Louise et son fils (L'Aiglon) pendant la durée de l'exil ?Avait-il toujours de la tuberculose avant de mourir ? Quelle est la taille exigée pour etre grenadiers?  Lors de la campagne d'Espagne, quel corps d'armée permis par son intervention décisive à Somosierra à l'empereur d'avancer vers Madrid ? En 1814,  à qui l’Empereur confie le corps d’armée posté à Lyon. qui a ordre de couper les lignes de communications de l’armée de Bohème, mais qui transige et refuse le combat ? Depuis quelle âge Napoléon avait "des ennuis de santé ?

Il se permet de couper son monologue rapide d'un moment d'inspiration avant de poursuivre, avec la même rapidité et monotonie. Ce que l'aveugle cherchait à faire ? Lui faire perdre pied, patience et longeur de temps ? Sans doute. Peut être espérait-il qu'elle parte sans qu'il lui demande par les mots. Peut-être souhaitait-il également vérifier si elle était moins idiote qu'il osait le penser. Une étudiante en Histoire qui révise bien ses cours ? Scarlett savait que sa manière d'agir était enfantine et injuste. Mais nous savons tous qu'il ne s'arrête jamais à ça... Alors, saura t-elle répondre ?

Il songe à nouveau à une question, attendant également qu'elle réponde. C'est comme s'il voulait réellement...
 
▬ Je ne vais pas atteindre trois-cent soixante cinq questions. Pourtant, j'aurai aimé en avoir la capacité. L'envie aussi. Mais nous ne sommes pas là pour ça... Je me trompe ?

Bien sûr qu'il ne se trompait pas. Il se trompait jamais. Ou du moins... pas si l'on cache la vérité, qu'il ne connaît pas toujours... N'est-ce pas Lizzie ?

Toujours aussi droit comme un I. Toujours sans expression sur le visage. Il va pourtant proposer son bras plié à la demoiselle.
 
▬ Puisque vous avez l'air d'avoir attendu le cavalier qui vous était imposé... Souhaitez vous danser ?

Admirez cette rime naturelle. Le prince du siècle dernier n'a pas réellement envie de danser. Ce n'est qu'un groupement d'efforts inutiles. Pourtant, le devoir l'appelait. Ce n'est pas en restant ici à discuter de sa soudaine venue dans le bal, qui allait l'aider à trouver une perle rare. Y'en avait-il vraiment une, d'ailleurs ? Le monde devenait tellement ennuyeux...


© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Tsukino Usagi | Nakajima Yôko
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Le bal des vampires | feat. the couple troklass Belle&Scarlett ♥︎ Dim 5 Avr - 2:30
La Belle et la bête


S'il existait une énigme irrésolue dans ce monde mystérieux, ce n'était pas le triangle des Bermudes ou le monstre du Loch Ness. C'était les cheveux roses de Scarlett. Pourquoi une telle teinture pour un homme aussi sérieux? Juste... Pourquoi? C'était ce à quoi Belle pensait en le voyant, là, dans un magnifique costume du célèbre empereur français, de toute évidence hors de prix. Il n'en fallait pas moins pour l'insaisissable, l'énigmatique et surtout le narcissique monarque.

Oui, celui-là, là. Celui qui ignorait froidement sa colère légitime, et qui commençait à lui réciter les annales 2015 du bac d'histoire. Celui qui l'a fait attendre dans le froid glacial de Paris en hiver et qui ose arriver comme une fleur en lui proposant une version déguisée de Questions pour un champion. Quelle plaie.

▬ Dans quelle ville se trouvaient l'impératrice Marie-Louise et son fils (L'Aiglon) pendant la durée de l'exil ?Avait-il toujours de la tuberculose avant de mourir ? Quelle est la taille exigée pour etre grenadiers?  Lors de la campagne d'Espagne, quel corps d'armée permis par son intervention décisive à Somosierra à l'empereur d'avancer vers Madrid ? En 1814,  à qui l’Empereur confie le corps d’armée posté à Lyon. qui a ordre de couper les lignes de communications de l’armée de Bohème, mais qui transige et refuse le combat ? Depuis quelle âge Napoléon avait "des ennuis de santé ?

Il fallait qu'elle joue le jeu, c'est ça? Eh bien allons-y... Belle chercha dans sa (petite) caboche les réponses à ce quiz démoniaque et interminable. C'était très spécifique, et elle dût remonter très loin dans sa mémoire visuelle pour se rappeler de tous ces éléments anecdotiques qui entouraient l'histoire du grand Napoléon.

▬ Je ne vais pas atteindre trois-cent soixante cinq questions. Pourtant, j'aurai aimé en avoir la capacité. L'envie aussi. Mais nous ne sommes pas là pour ça... Je me trompe ?

Oui, mais il voulait qu'elle réponde. Elle le connaissait bien, mine de rien. Si Scarlett ne s'amusait pas, il était d'une humeur massacrante, du moins c'est ce qu'elle avait pu constater au fil des dernières semaines passées en sa compagnie.

▬ Heuuu... Vienne? Oui, il en est mort... Un mètre quatre-vingt! Les Polonais, il me semble... Mince, c'est quoi ces questions? T'es vraiment pas drôle...

La princesse avait désormais pris son air boudeur de petite fille à qui on refuse un jouet. D'ailleurs, comme pour se faire pardonner, son cher prince lui tendit le bras pour l'inviter dans la danse. Il savait parfaitement bien ce qui pouvait lui faire plaisir dans ces moments-là: une longue valse.

▬ Puisque vous avez l'air d'avoir attendu le cavalier qui vous était imposé... Souhaitez vous danser ?

Un sourire discret, une petite courbette et la jeune fille était prête.

▬ Avec plaisir. Je suis toute à vous.

Pouf, trois secondes plus tard, l'homme était entraîné sur la piste de danse avec les autres couples. C'est avec grâce et élégance que la jeune fille passa sa main derrière la taille de son partenaire et effectua quelques pas de danse en rythme avec la musique pseudo-classique de fond qui se mélangeait avec la musique club diffusée juste à côté. À part ce petit détail agaçant, le moment était juste parfait. Scarlett était un bon danseur, et en plus il ne lui avait pas écrasé les pieds -pour l'instant. S'il n'y avait pas ce petit côté louche dans leur relation, Belle aurait pu dire qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Seulement, voilà... Même s'ils étaient jeunes, beaux, intelligents (?) et diaboliquement fourbes, ce n'était pas envisageable. Pour plein de raisons.

Quand la "musique" stoppa, la blondinette rompit l'harmonie si parfaite entre leur deux êtres et effectua une révérence digne de Versailles. Puis avec ces manières qui lui étaient propres, des manières de princesse capricieuse mais toujours impeccable, elle titilla gentiment son prince.

▬ J'ai terriblement soif, très cher. Vous n'auriez pas d'objection à m'apporter quelque chose à boire? Je suis certaine que vous connaissez sur le bout des doigts mes goûts en matière de boisson.

C'était son petit quiz à elle. Et sa manière de se venger à la fois de l'attente et de l'autre quiz. Ils le savaient tous les deux: si le jeune homme faillait à sa requête, il serait définitivement humilié. Ce qui ne déplaisait pas totalement à sa royale personne, dans une certaine mesure.

Belle attendit, assise sur le banc toujours couvert de miettes de cookie avec un air impatient mais amusé. Elle aimait ce petit jeu entre eux deux. Et en ce moment même, rien ne l'enthousiasmait plus que de savoir si son preux chevalier allait choisir le bon breuvage, alcoolisé ou non, sucré ou pas. Ce n'était pas de la puérilité, elle était au-dessus de ça. Non, c'était juste un divertissement. De très mauvais goût.


made by pandora.



_________________


Belle Bourgeois ▬
18 ans
Étudiante
So girly
À traiter comme la princesse qu'elle est ♥️

Anémone ▬
Entre 20 et 30 ans
Fille de la Reine Heart
Asociale
Étrange
Maniaque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : The Mole / Hisoka
Age : 23


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
77/500  (77/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Le bal des vampires | feat. the couple troklass Belle&Scarlett ♥︎ Sam 18 Avr - 20:25


« La première composante de la personnalité humaine soluble dans l'alcool, c'est la dignité. »  ▬  H. Broan


Elle essayait. C'était dur. Pas de surprise. Scarlett avait fait exprès. Sadisme et jeu ne font rarement bon ménage. Mais elle répond. Elle essaye. C'était un bon point.

 
▬  Heuuu... Vienne? Oui, il en est mort... Un mètre quatre-vingt! Les Polonais, il me semble... Mince, c'est quoi ces questions? T'es vraiment pas drôle...

Scarlett eut un rictus. Pas facile de tout retenir et de répondre à tout n'est ce pas, hein ? Alors comme ça il n'était pas drôle ? Qu'est ce que c'était qu'être drôle ? Il n'était tout de même pas un clown. N'était elle pas Marie-Antoinette ? N'allait-elle pas simplement répondre aux questions avec détachement, mais tout de même. Une femme cultivée. Une femme de l'ancien temps. Une femme maligne. Charles lui avait dit que la demoiselle s'habillait parfois comme le siècle dernier. Une princesse ? Quelle blague. Pourtant cela avait attisé la curiosité du journaliste.Lui qui avait volontairement gardé une maison du siècle dernier, des manières du siècle dernier, une manière de vivre comme au siècle dernier... cela l'amusait de voir que des gens pouvaient encore assumer leur intérêt pour le passer en se pavanant dans des habits d'époque. Une princesse tomber du ciel. Etait-elle pour le prince qu'il était ?

Grande fête au château il y a bien longtemps
Les bels et les beaux nobliaux, noble sang
De tout le royaume on est venus dansant.


Deux nobles dansaient. De manière fluide et distinguée. De manière calme et assurée. Ils savaient ce qu'ils faisaient. Ils savaient danser. Elle aussi.Inviter l’autre à danser signifie l’inviter tel qu’il est. Porter respect à sa manière d’être, de bouger son corps et de répondre à la proposition de danse. Se faire inviter à danser signifie accueillir avec bienveillance ce que mon partenaire de danse m’offre ; son attention, son énergie, sa danse. Je le remercie pour ce cadeau en lui offrant ma meilleure danse.
Il devait bien avouer que la danse était agréable. Cela changeait des pieds écrasés ou des compagnes désespérées.

Le bel uniforme, oh le beau lieutenant
Différent des hommes d'ici, rose et grand
Le sourire éclatant d'un prince charmant


Le journaliste laisse rapidement se dessiner un sourire dans un coin de ses lèvres. Il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elle réponde par un jeu. C'était une surprise. Ça ne suivait pas l'ordre des choses ou un chemin tout tracé. Et pourtant. Il était plutôt intrigué et amusé. C'était tout simplement surprenant que cette demoiselle puisse avoir l'intelligence de recréer une boite par dessus l'autre, un jeu par dessus une taquinerie. Très bien. Son cerveau réfléchit un instant et s'arrête sur un breuvage. Une idée qui lui était venue il y'a plusieurs mois maintenant. Il avait proposé le breuvage à Charles pour son anniversaire. Oh oui, cela faisait maintenant deux ans déjà ! Mais Scarlett se rappelait des ingrédients, se rappelait des dosages et n'allait pas s'arrêter là. L'aveugle tourne la tête pour essayer de deviner comme la salle était remplie. Où sont les tables de boissons ? Un « tching » retenti. Deux personnes se retrouvent. On s'éloigne de la table pour laisser passer les autres buveurs, mais l'on a pas envie de marcher en parlant à son ami qui nous a manqué. On ne veut pas perdre une minute. Alors on s'éloigne juste par politesse. La table n'est pas loin. Cinq mètres tout au plus. Oui. Elle est là bas. Le prince se retourne vers Belle et souffle :

 
▬  Si vous voulez bien m'excuser, je vais de ce pas vous préparer un breuvage.


Redoublent la fête et les rires et les danses
Belle s'émerveille en remplissant les panses
Le bruit, les lumières, c'est lui qui s'avance


Oui préparer. Pas chercher. C'était tellement faible d'aller chercher un verre tout fait d'un breuvage, choisit dans ceux proposés par la réception. Scarlett valait plus que ça. Alors il laisse sa compagne du soir et se dirige, comme tout homme aux deux yeux bien fonctionnels, vers la table aux boissons à foison. Après avoir utilisé ses oreilles pour deviner l'emplacement des tables, il utilise maintenant son nez pour trouver ses ingrédients. Un odeur de framboise. Ce n'est qu'un jus de fruit. Ses sourcils se froncent. Ah. Là bas. Les alcools sont pas la droite. Il se décale et attrape, comme si c'était lui qui l'avait posé, la liqueur de framboise. Un délice. Une boisson sucrée et aphrodisiaque. En parlant de cela, n'est ce pas le chocolat qui faisait s'exciter les nobles de Versailles ? Ce cacao qui venait d'ailleurs. Ce cacao aux odeurs exotiques. Ce chocolat qui faisait tourner la tête de ceux qui pouvaient s'acheter cette unique odeur. Même Louis XIV s'adonnait à préparer son chocolat, en cachette. Pauvre roi. Pauvre homme. Alors le journaliste va cherche le chocolat chaud. Il s'éloigne de cette table d’apéritifs et va trouver une femme dans un coin de la pièce. On ne veut pas mettre cette boisson en valeur. L'alcool vaut bien mieux que ce breuvage enfantin. Pourtant il en faut pour ceux qui apprécient la chaleur dans leur gosier en cette fin de soirée. Une petite douceur chocolatée pour épater la galerie. Pour surprendre Belle. Pour gagner le jeu ? Pour s'amuser.

Mais voilà. Même si le joueur est maintenant armé de deux liquides, cela ne lui suffit pas. Il manque quelque chose. Il ne trouve pas tout. Il n'a que deux ingrédients. Mince. Il n'avait pas réussit à tout trouver lui même. Trop fier pour demander simplement, l'homme apostrophe le serveur et lui... ordonne presque :

 
▬ Monsieur, donnez-moi un peu de Kir Royal.

Le serveur rétorque tout de suite :
 
▬ Pas de politesse du richou du quartier isolé ?
Répond le serveur avec sarcasme. Profondément désagréable. Encore des préjugés. Encore des moqueries sur son style de vie. … comment ça pas de politesse ? Il avait déjà eu la force de s'abaisser à demander à un abruti de lui chercher ce qu'il souhaitait... il n'allait tout de même pas se soumettre à un serveur susceptible. Mais le journaliste en a besoin. Alors l'homme aux cheveux roses grogne un moment mais finit par répondre :

 
▬ Je vous prie...

Le serveur ricanait dans sa barbe ce qui eut le don de faire enrager Scarlett. Pourtant il parvient à garder son calme et se contente de crisper ses épaules.
On lui donne l'ingrédient magique. Un peu de Kir royal, la boisson des femmes pour certain, un nom allant avec une boisson princière pour d'autres... L'homme prend un verre sur son côté et commence à le remplir. Il déposé un peu de liqueur de framboise dans le fond, vers le chocolat chaud et ajoute un peu de Kir royal. Il sourit. La boisson princière est prêt. Il dépose une fruit sur la coupelle et retourne ses talons pour se diriger vers sa princesse du soir.

En prenant son verre auprès d'elle il se penche
Lui glisse à l'oreille en lui frôlant la hanche
" Tu es bien jolie " dans un divin sourire


 
▬ Un chocolat chaud pour une Marie Antoinette arrivée à Versailles avec son chocolatier. Une femme qui s'y connait et qui sait apprécier le cacao comme il se doit. Aussi je vous propose une boisson doucement alcoolisée pour apprécier cette soirée ainsi qu'une odeur de fruit pour votre douceur féminine. J'espère que saurez apprécier mon breuvage.
annonce t-il en terminant par une légère courbette, tel un prince. Décidément, dans cette soirée, les deux jeunes gens sortaient du lot par leurs manières du siècle dernier. S'il avait un seul point commun, ce serait au moins celui-ci...

Tournent les vies
Oh tournent les vies
Oh tournent et s'en vont
Tournent les vies
Oh tournent les violons


© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Tsukino Usagi | Nakajima Yôko
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Le bal des vampires | feat. the couple troklass Belle&Scarlett ♥︎ Ven 24 Avr - 17:48
La Belle et la bête


Deuxième mystère: Scarlett était-il devenu un larbin? Un vrai de vrai? Lui, le fier bourgeois qui regarde de haut même les plus riches que lui aurait-il soudainement perdu tout son amour-propre? Parce qu'en fait, d'après ses pronostics, le jeune homme aurait poliment décliné sa demande puis enchaîné avec une longue tirade destinée à lui faire comprendre, avec classe, que ce n'était qu'une gamine stupide et un peu trop collante. Peut-être le pensait-il, d'ailleurs. Ça la rendait triste, elle ne comprenait pas trop pourquoi. Qu'importe: pour le moment, elle avait juste super soif.

Bien installée sur son banc public, elle observait d'un oeil attentif Napoléon-Scarlett faire le tour des stands. Il... jonglait entre les boissons? Il voulait faire quoi, l'empoisonner? Septique, la jeune fille sortit sa paire de jumelles (roses, très utiles pour l'espionnage) et le suivit du regard. Impressionnant. On aurait dit qu'il sortait de l'école hôtelière. En plus, son costume lui allait bien. Très très bien, même. La Belle ne put réprimer un sourire moqueur lors de sa petite altercation avec un serveur. Bien entendu, elle rangea à la vitesse de l'éclair tout son petit matériel quand Scarlett le fidèle servant arriva.

Un chocolat chaud pour une Marie Antoinette arrivée à Versailles avec son chocolatier. Une femme qui s'y connait et qui sait apprécier le cacao comme il se doit. Aussi je vous propose une boisson doucement alcoolisée pour apprécier cette soirée ainsi qu'une odeur de fruit pour votre douceur féminine. J'espère que saurez apprécier mon breuvage.  

Ho-ho. "Douceur féminine". Elle ne pouvait être plus flattée. La princesse ne put s'empêcher de sortir son éventail fétiche d'une de ses poches secrètes et de l'agiter timidement devant son visage. C'était tellement... romantique. Hors-contexte.

Me voilà comblée. Vous êtes tout pardonné de votre petite... folie.

Un sourire taquin aux lèvres, comme à son habitude, elle sortit une paille (rose avec des paillettes, une vraie princesse ne boit pas directement) et sirota la boisson. En guise de prélude, le goût corsé mais sucré du chocolat. Puis la douce sensation de l'alcool. Et enfin, la douceur acide de la framboise. Juste parfait. Elle avait à la fois envie de s'endormir sur le banc et de danser jusqu'au bout de la nuit. C'est donc en quelques secondes qu'elle engloutit le contenu de la tasse. Et fit une petite entorse à ses principes de princesse en s'essuyant la bouche avec sa main. Parce qu'elle le valait bien.

Et parce que cela représentait tous les remerciements du monde, Belle se hissa sur la pointe des pieds pour coller un petit bisou sur la joue frêle de son prince. S'il n'avait pas une crise cardiaque de bonheur, c'était qu'elle s'y prenait vraiment mal.

Si vous le voulez, vous pourriez être mon comte Fersen. À moi toute seule.

Cette petite référence historique la ravissait. Contrairement à l'avis de sa prof totalement obsédée par Louis XVI, le bel amant de la reine était quand même plus glamour que le roi. Définitivement.

 ▬ Qu'importe... J'ai encore un petit défi pour toi. Si tu y arrives, en plus de mon estime qui est, entre nous, le plus beau des cadeaux, tu pourras me demander ce que tu veux.

La blondinette avait eu une petite idée entre-temps. Une pensée digne de la plus joueuse et sadique des princesses. Le pauvre Scarlett n'allait pas être content, mais il n'avait pas le choix.

 ▬ Tu vois la jolie brune, là-bas? Va lui parler. Si tu arrives à la faire craquer en cinq minutes top chrono, tu gagnes. Alors?

C'était le moment de vérifier si Scarlett savait bien utiliser son charisme dévastateur. Si ça se trouve... Ses magnifiques cheveux roses avaient un pouvoir de séduction incomparable. C'était peut-être l'origine de cette coloration improbable. Mystère n°1: classé.

 ▬ Et n'oublie pas de me ramener son numéro.

C'était qu'elle l'intéressait, la petite. D'un geste de la main, elle congédia le jeune homme et, au lieu de retourner se poser sur son royal banc, alla se cacher plus ou moins discrètement derrière une des tables, devant le regard perplexe des serveurs. Elle sortit cette fois-ci sa caméra rose bonbon et leva le pouce en direction de Scarlett.

 ▬ C'est à toi!

Avec ça, à elle la célébrité! Avec la performance de Scarlett, elle pourrait faire le buzz. Négatif s'il s'y prenait comme un pied, ou peut-être positif. Dans tous les cas, s'il devenait la risée des réseaux sociaux, il ne pourrait s'en prendre qu'à lui-même.

made by pandora.



_________________


Belle Bourgeois ▬
18 ans
Étudiante
So girly
À traiter comme la princesse qu'elle est ♥️

Anémone ▬
Entre 20 et 30 ans
Fille de la Reine Heart
Asociale
Étrange
Maniaque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : The Mole / Hisoka
Age : 23


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
77/500  (77/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Le bal des vampires | feat. the couple troklass Belle&Scarlett ♥︎ Mar 21 Juil - 21:33

« “Un baiser légal ne vaut jamais un baiser volé.” »  ▬  G. De Maupassant


Une paille rose. Rose. Couleur de princesse dominante. Couleur donnée aux petites filles et au doux romantisme. Mais ne pensez pas que Scarlett vit d'amour, d'eau fraiche et de tutu jusqu'à cause de sa nouvelle couleur capillaire. Pour les hommes, le rose pose une question. Elle déverse le doute dans l'esprit. Elle désigne l'ambivalence et le double. C'est même un outil de virilité chez les hommes, contrairement à ce que l'on pourrait croire … et notre journaliste a bien besoin de se teindre en rose pour montrer qu'il est viril... Le rose est aussi le tabou, le scandale, les abus, l'amour caché et sucré. Scarlett porte en lui les symboles contraire à cette paille, pincées entre les lèvres de la demoiselle aux cheveux d'or. Scarlett était l'opposé de tout. Scarlett était l’opposé du monde.

 
▬ Si vous le voulez, vous pourriez être mon comte Fersen. À moi toute seule.  

Le compte. Il s'en moquait bien. C'était pas la question. Là, en lui, un sentiment remontait la pente. La pente qu'il s'était inventé seul. Quelque chose à ne pas franchir. Elle venait de déposer un baiser sur sa joue. Un baiser. Quelque chose de banal pour certains, un drame pour d'autres. Un sentiment doux mais qui brule en lui. Il n'y a pas le droit. Pour lui, pour lui même, pour cet homme qu'il cherche à écraser de ses mains... pas de place à la douceur. Il l'avait cette douceur mais elle lui a brisé le cœur. Alors son corps, son esprit, tous repousse cet élan de bonté et le voilà qui rétorque froidement :

 
▬ Si c'est pour devenir votre petit toutou bien obéissant, permettez que je refuse.

Pour lui le compte Fersen n'était pas si différent de lui. Un homme profondément amoureux d'une femme qui représentait tout pour lui. Trop sans doute. Mais aussi un homme qui s'est laissé abusé, qui a aimé pour rien de pur ou qui était trop aveugle. Il refuse toute cet amour à n'en devenir qu'un grain de sable dans sa vie. Fersen et Scarlett n'était pas si différent dans le fond. Mais ça, elle ne le saura sans doute jamais à quel point.

Mais Scarlett n'était pas au bout de ses surprises. Elle est sérieuse ? Cette question se répétait déjà plus de cent fois dans sa tête dans la minute qui suivait la demande de jeu de la blonde. Elle voulait qu'il aille draguer ? Elle le prenait pour qui ? Un ado prépubère ? Belle le décevait beaucoup d'un seul coup. L'échelle avait perdu quelques planches. Alors son expression redevient aussi glaciale que le marbre bien taillé. Pour qui elle le prenait ? Etait-il le genre de personne à se rabaisser à cela ? Oh. C'était parce qu'il avait fait une demande auprès de ce pauvre serveur ? Quelle blague.

Mais le compétiteur Scarlett n'avait pas non plus envie de passer pour un faible asocial. C'était peut être idiot mais il avait sa fierté. Il aimait aussi le jeu, le défi... sans doute. Alors oui, il se dirigeait vers la jeune femme désignée comme cible. Mais ce n'était pas pour obéir bêtement à la princesse du siècle dernier. Rira bien qui rira le dernier.

Laissez-moi être votre chevalier servant ! Le temps d'enfiler mon armure et de seller mon cheval et je vous ramène une coupe de champagne ! Message pour séduire. Mais un peu baveux de nos jours non ? Aucune envie de le dire en plus. Mais qu'est ce que je peux dire ? Cela fait longtemps que je n'ai pas séduit une femme... Ma douce... Si c'est pour finir trahi, ce n'est pas la peine d'essayer. De faire des efforts pour... Oh et puis flute.

Le journaliste s'approche doucement de la jeune femme. Il l'analyse. Horrible ou pas, on ne peut pas en juger. L'étude permettait de faire moins d'erreurs et de ne pas perdre son temps. Il intercepte une infos, comme un insecte et ses antennes, et décide d'en tirer partie. Il la sent nerveuse, mouvementée. Elle cherche quelqu'un. Son cavalier peut être ? Oh ! Son cavalier !

 
▬ Vous avez l'air d'attendre un cavalier... souhaitez-vous danser avec moi ?

Le petit rire de la jeune femme le conforta. Au moins une qui n'était pas dure à satisfaire et à berner. C'était pas une danse qui allait lui arracher beaucoup d'efforts pour avoir ce qu'il désirait.

 
▬ Permettez moi tout de même de vous demander votre numéro de bal ? Que voulez-vous, je suis à cheval sur les règles.

Elle lui donne sans rechigner, sans doute amusée de voir son personnage intéresser quelqu'un. Même un numéro de bal pouvait intéresser un riche homme de Paris ? Pourquoi pas après tout. Le numéro ne donnait qu'un nom mais elle savait que Scarlett connaissait déjà le sien. Peut-être même une parcelle de sa vie, même s'ils n'échangeaient que quelques mots derrière une tasse de café. Coraline.

Danser était une partie de plaisir et loin de lui l'idée de penser à celle qui danse entre ses bras. Ses gestes sont techniques et professionnels, certainement pas soucieux. Bon. Il devait bien avouer que pour amadouer Belle, il allait falloir un peu plus de passion. Plus que dans leur danse précédent. Un sacré  chalenge finalement, lorsqu'on pense à la parfaite maitrise et à l'image très classe qui sortait de leur duo royal. Ici, il allait devoir faire un peu moins roi mais plus clown ne rue ? Soit. A défaut de drague, il irait au moins danser de manière sensuelle. Alors il attrape la main de la demoiselle et l'attire vers le centre. Scarlett se devait d'attirer l'attention. Il entraine la jeune femme et la fait danser avec fougue. Elle ne sait pas bien danser mais Scarlett montre sa maitrise, son art de la danse en couple et fait de leur duo un challenge réussit. Même si elle dérape, même s'il hésite... tous deux forment le monde en cet instant.

La dernier cabriole se termine. Oups, une erreur de parcours. Mais l'est elle vraiment ? Aucune peuvre. Son doigt dérape sur les lèvres de la demoiselle. Il pense à Belle. Il fait un beau sourire. Il veut la rendre jalouse. Il ne sait pas si cela marchera mais il sait que Belle essaye au moins de l'approcher. Alors il joue. Joue avec la petite gamine qui lui sert des infos tous les jours à 18h. Il l'aime bien cette femme. Elle est utile surtout. Ce soir encore. Alors ils dansent, ils se sourient, ils s'amusent. Mais dans le fond, Scarlett est aussi glacé que lui même.

Le journaliste finit par revenir auprès de bel, un papier entre les mains. Sans une seconde plus à perdre son temps sans doute, le jeune homme tend le papier à la Marie Antoinette du nouveau siècle.

 
▬ Vous avez son numéro. C'est le 12. Vous voulez voler la douce Coraline à la demoiselle Claire ? Je comprends que vous ayez des amies plus jeunes et attirantes que ma personne.

Souffle t-il doucement, faisant semblant de ne rien comprendre. Oui, l'homme aux cheveux roses n'était pas drôle. Ca, il le savait bien. Mais il n'avait pas apprécié qu'on le prenne de haut au point de l'envoyer faire une courses. Le prince de Paris avait d'autres chats à fouetter. Ce soir, il devait trouver un autre sujet pour son hors série. Un article stricte sur la vie d'un génération de la société. Le voilà qui tournait la tête, comme s'il cherchait quelqu'un d'autre, cachant son écoute du moindre bruit et son analyse Sherlockesque...

Va danser avec tes amies et laisse moi terrasser quelqu'un ~


© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Tsukino Usagi | Nakajima Yôko
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Le bal des vampires | feat. the couple troklass Belle&Scarlett ♥︎ Mar 28 Juil - 21:32
La Belle et la bête


Si elle avait prévu ça. Scarlett réagir aussi violemment pour un pauvre petit bisou de rien du tout. Comment devait-il le prendre quand... Bref. Tout compte fait, ce n'était pas un bon Fersen. Dommage. Cela faisait si longtemps qu'elle le cherchait, elle croyait l'avoir enfin trouvé. Et puis, lui, c'était un bon spécimen. Avec des cheveux roses, zut. Et un petit côté ténébreux. C'était tout ce qu'il lui fallait. Bon, il avait des réactions disproportionnées face à des trucs banals, mais le prince parfait ne pouvait pas tout avoir, hein.

« D'accord, comme tu veux... De toute façon, je peux en avoir dix comme toi. Il me suffit de claquer des doigts. »

La petite princesse boude. Elle croise les bras et fait son plus bel air renfrogné. Peut-être le "prince charmant" changerait-il d'avis devant ce regard assassin. Pas très sûr. Déjà qu'il était totalement insensible à ses charmes (on se demande bien pourquoi)...

La voilà planquée derrière cette table, sa caméra à la main. Elle ricane déjà à la vue de Scarlett se faire totalement ridiculiser par cette adorable fille. Mais c'est vrai, ça. C'est pas une femme. C'est une fille... Ok, elle avait fait une grosse erreur de discernement. Mais ça pouvait arriver à n'importe qui, non? Enfin presque... Car pour confondre une femme mûre avec une gamine de douzes piges, quand même... Elle avait sûrement besoin de lunettes. Dire qu'elle n'avait presque pas bu.

« Euh, finalement, je sais pas si c'est une bonne idée... »

Trop tard. Son cavalier d'un soir est déjà parti parler à la toute petite demoiselle. Bon, pour le buzz, c'était raté. La vidéo passerait par la case commissariat, avant. Tant pis pour lui. Il ne fallait pas l'embêter. Belle passe en mode rage, et filme avec ardeur chaque moment de la discussion entre les deux individus. Et quand ils se mettent à virevolter avec passion, elle en lâcha presque sa caméra.

« Il le fait vraiment, ce con. »

Oups. Ça lui avait échappé. En même temps, le spectacle qui s'offrait à elle était tout sauf ordinaire. Un mécréant qui jouait les princes, danser avec une mini-princesse sapée en cow-girl. Un million de vues sur youtube? De dépit, elle prend plusieurs poignées de petits fours sur la table devant elle et les enfourne dans sa bouche. Non, Belle n'est pas jalouse. Pas tout à fait. Pourquoi serait-elle envieuse d'une fillette? Ça n'a aucun sens. Ce prince était un psychopathe. Fin de l'histoire.

« Hey, c'était quoi ça?! »

La princesse avait failli s'étouffer en voyant un doigt de l'homme sur les lèvres de la gamine. Elle était en train de rêver, c'était certain.

« Prépare-toi à devenir le nouveau pedobear des réseaux sociaux, mon joli. »

Depuis tout à l'heure, elle parlait toute seule. Ou plutôt à sa personnalité "princesse vengeresse". Le serveur, d'ailleurs, la regardait plutôt bizarrement. Pas très étonnant. Le prince déchu revint finalement, avec un bout de papier minable où était inscrit le simple numéro 12.

« C'était pas ce numéro que je voulais, débile. De toute façon, je vais pas aller draguer cette Coraline. Je m'appelle pas Pedobelle. »

La princesse rajoute un peu plus de venin dans son regard. Cette fois, elle l'a, la haine. Il l'avait bien cherché, en même temps. Il devait savoir que ce n'était pas ainsi qu'on traitait avec les caprices d'une princesse. La recherche du prince parfait se révélait plus semée d'embûches que prévu.

« Je confirme ce que j'ai dit tout à l'heure: T'es. Pas drôle. Du tout. »

Ceci dit, elle se retourna mais se heurta à quelque chose. Combi noire moulante, cheveux roux. Étrange phénomène. La fille se massa le front, un peu sonnée.

« Excusez-moi, je cherche une petite fille... Elle est grande comme ça, elle a des cheveux noirs, et, heu, est habillée en cow-boy... »

La rouquine était assez amusante, à faire de grands gestes, toute paniquée. Belle, elle, était toujours d'humeur maussade et ne daigna même pas sourire à la jeune fille.

« Coraline? Juste ici. »

La blondinette montra paresseusement la gamine du bout du pouce et se dirigea vers son banc de tout à l'heure pour se rassoir dessus.

« M-Merci beaucoup... »

Elle regarda la petite scène se dérouler avec un air las. Foutue soirée.

« Coraline, tu m'as fait peur! Où étais-tu passée? Viens, je te raccompagne chez toi. »

Oui, finalement, elle aurait bien parlé un peu avec cette petite rousse. Une autre fois, peut-être.

« Merci de vous être occupée d'elle, monsieur. »

Haha, si elle savait. Toujours ses jolies fesses bien posées sur le banc public, elle attendit que les deux filles soient reparties avant de revenir vers Scarlett.

« T'as une touche. Deux, même. Je suis contente pour toi. »

Bien sûr qu'elle n'était pas contente. Cet idiot avait gâché sa soirée. Et bien comme il fallait. Elle pensa lui faire la tête pendant tout le reste de ce foutu bal, mais un verre de vodka-jus d'orange la fit changer d'avis.

« T'as vraiment fait n'importe quoi, t'en es conscient? Ton mac, il m'avait promis un prince, un vrai de vrai. Et regarde avec quoi je me retrouve. »

Nouvelle gorgée, nouveau regard assassin.

« Mais. Je peux me montrer magnanime. C'est pourquoi je te donne une dernière chance. »

Elle jette négligemment son verre derrière elle et s'essuie la bouche avec son poignet. L'alcool lui faisait perdre toutes ses règles de bonne conduite, on dirait.

« Vas-y. Impressione-moi. Jongle avec des gobelets en plastique. Imite le paresseux. N'importe quoi, du moment que ça peut me divertir. »

La princesse se sent soudainement d'humeur malicieuse et esquisse un petit sourire enjôleur.

« Tu peux m'embrasser, sinon. »

Elle se doutait qu'il ne le ferait pas, mais ça ne tuait personne d'essayer. Enfin, si, justement, Scarlett risquait de faire une attaque. Bien fait pour lui. Elle faisait d'une pierre deux coups, comme ça.

made by pandora.




Spoiler:
 

_________________


Belle Bourgeois ▬
18 ans
Étudiante
So girly
À traiter comme la princesse qu'elle est ♥️

Anémone ▬
Entre 20 et 30 ans
Fille de la Reine Heart
Asociale
Étrange
Maniaque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : The Mole / Hisoka
Age : 23


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
77/500  (77/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Le bal des vampires | feat. the couple troklass Belle&Scarlett ♥︎ Sam 29 Aoû - 18:16

« La seule chose qui nous console de nos misères est le divertissement et c’est pourtant la plus grande de nos misères. »  ▬  B. Pascal


Deux touches. Deux prises ? Etait-il à la pèche ? Scarlett n'avait que faire de plaire aux femmes. On peut même qu'il avait ignoré leurs réactions et quelconque remerciements. Le journaliste appréciait Coraline pour ses informations et avait aimé la petite cabriole mais ce soir, elle n'était pas à l'affiche et son attention était plus portée sur le décor que sur l'actrice en elle même. Il croyait avoir plu à l'une d'entre elle mais cela s'est avéré faux. Alors à quoi bon avoir des demoiselles qui te tournent autour si elles ne sont là que pour leur bonheur égoïste. Enfin celles que le journaliste avait face à lui se contentait de remercier. Avait-il fait une quelconque chose qui aidait son prochain ? En tout cas, loin de lui l'idée de le faire volontairement. Même consciemment. Oui. Il ne manquerait plus qu'il prenne de son temps pour ce qui est peut être réglé avec un peu de patience et de la volonté. Retrouver une amie dans cette foule ? Un jeu d'enfant. Même un aveugle parvient à trouver une brune. Alors pourquoi pas vous ?

Maintenant, il n'y avait plus qu'une blonde qui faisait l'objet de son attention. Belle. Cette jeune femme qui lui avait demandé un quelqu'un à apprécier, quelqu'un à suivre, quelqu'un à aimer. Un ami ? Tiens donc. Elle avait du temps à perdre sans doute. Pourtant l'homme aux cheveux bonbon avait finit par donner son nom. Il ne se doutait sans doute pas à ce qu'elle tienne jusque là. Le journaliste pensait qu'elle se serait découragé devant l'ignorance du faux prince. Mais non. Elle était toujours là à venir discuter avec lui. Lui qui ne tenait que très rarement une discussion.

On aurait même dit que Scarlett avait réussi son petit coup pour la rendre jalouse. Jalousie. Une preuve d'amour dangereuse mais qui a le mérite d'exister. Cet amour qui blesse mais qui bouleverse aussi. Te bouleverse toi, bouleverse le monde et le destin de deux Hommes amoureux ou amis. Il sourit. Amusé mais aussi rassuré. Comme si créer un être jaloux lui permettait de se pardonner un peu plus sa jalousie à lui. Je ne suis plus seul à être jaloux, même un court instant pensait-il pendant que la blonde parlait de dernière chance.

Elle n'était toujours pas contente ? La voilà qui tenait un chiffre entre ses mains mais rageait de ne pas avoir eu de réponses à ses attentes. Le jeu était le jeu. On pouvait prévoir ce que le prochain joueur allait faire, sans pour autant être à l'abri des surprises. Et Scarlett aimait ça lui, surprendre, déboussoller, perturber et changer. Oui changer le court des choses et changer lui et son destin. Ce dernier lui en avait fait voir des vertes et des pas mûres mais le jeune homme en avait une part de responsabilité. Il avait joué avec le feu, il ne pouvait pas se plaindre de la douleur. Là encore il accepte le nouveau petit jeu. Encore un défi ? Mais c'était sans doute celui de trop. N'avait-il pas gagné ? Pourquoi tournions-nous encore autour du même jeu ? Le journaliste fronça des sourcils. Il fallait que le dés soit à nouveau lancé et que les joueurs ne restent pas sur la même case.

La divertir ? Alors c'était sa son tour de jeu… demander aux joueurs de la servir ? C'était trop facile. Mais cela ne le surprenait pas. Surtout de la part d'une apprentie Marie Antoinette. La demoiselle voulait qu'on l'enchante, qu'on l'amuse et qu'on la serve. Ce soir elle était reine et voulait le monde à ses pieds. Le nouveau napoléon n'allait certainement pas poser une genou au sol. Il était maître de se gestes et maître de sa fierté. Scarlett était loin de celui qui se rabaisserait pour le bonheur de Madame. Pourtant il savait mieux que personne que donner une carotte à un âne permet de le faire avancer et donc de l'aider lui. Qui sait ce qu'elle pourrait lui offrir s'il donnait la carotte qu'elle désire ? Après tout elle s'était énervée. Elle avait été jalouse. Elle avait été un gamine, un instant. Elle l'avait diverti aussi. Oui, cela l'amuse de n'être qu'un fauteur de troubles. Mais le journaliste en veut au monde et il était bien parti pour le faire savoir. Cela commençait par de simples refus ou des moqueries baladeuses... mais cela restait une noisette de haine qui pouvait virer au noir intense... Scarlett ignorait que dans ce trou qu'il forme, il serait sans doute le premier à y tomber. Préserve toi Scarlett. Vis Scarlett.

 
▬ Tu peux m'embrasser, sinon.  

L'embrasser ? Tiens donc, drôle d'idée. Cette demoiselle devait être en manque cruel d'affection pour demander à ce qu'on l'embrasse. Des besoins sexuels inachevés peut être ? Sans doute venait elle de rompre avec son petit ami et se retrouvait bien déboussolé de n'avoir plus la fin de ses fantasmes. Soudain une scène passe dans son esprit. Il la voit. Lizzie. La phrase de l'amante du roi avait réveillé en lui de faux souvenirs. L'aveugle imaginait là sa bien aimée embrasser l'homme sous le pont. C'est cela ils s'embrassaient. Ils s'étaient embrassés, protégés par le pont de la pluie parisienne. Ce n'était jamais arrivé et pourtant, dans l'esprit du journaliste, c'était bien réel. Douleur dans la poitrine. Encore. Scarlett frisonne et fronce des sourcils. Lizzie. Ce surnom résonne dans sa tête. Il n'en peut plus. Il a mal. Il souffre. Sa tête hurle et se débat. Il sortir de là. Il relève la tête. Tu aura ce que tu veux demoiselle, si tu me sors de là. Alors pour sortir de son cauchemar, le voilà qui s'approche de sa compagne du soir. Il arrive à sa hauteur et vient poser une main au dessus de sa nuque, à l'arrière de la tête. Pendant que quelques doigts viennent doucement se glisser dans la chevelure or, son autre main vient tenir le poignet d'un des bras baissé de la princesse. Puis doucement il rapproche le visage féminin du sien pour venir déposer ses lèvres sur les siennes. Sans avoir besoin de fermer les yeux, Scarlett se surprend à apprécier les sons de la pièce, la chaleur du contact et la douceur des lèvres de Belle. Sa tête se vide. Plus de cauchemar. Il se sent bien un instant mais très vite, le sentiment de remords vient à le ronger et il rompt brutalement le baiser. Celui-ci avait duré assez longtemps pour que certains invités s'en soient rendus compte. Et merde.

Il faut rechanger la pièce. Il changer le devenir de cette scène. Le journaliste ne peut pas finir dans les journaux. Il ne peut pas devenir cible de nouvelles rumeurs. Surtout des rumeurs désagréables. Mais surtout. Surtout, Scarlett ne peut pas tromper sa bien aimée. Il n'était pas comme elle. Il ne pouvait pas être comme elle. Lizzie était morte mais il avait l'impression de la tromper. Ce baiser était le début d'une trahison. C'était faire évaporer doucement un amour sans fins. Non, leur amour était toujours présent et ce n'était pas lui qui allait le tuer. Il avait reprit sa belle et devait l'aimer jusqu'à sa mort.

Il fallait trouver autre chose. Non. Au contraire. Se fondre. Oui, se fondre dans la masse, refaire comme tout le monde. Discuter, boire, manger, rire, danser. Manger. Il choisit de manger. Il n'avait pas faim mais les êtres humains avaient la faiblesse de ne pouvoir réfléchir ou agir s'il n'avait pas le ventre un minimum garni. Son changement d'état devait être lié à cela. Sans doute. Avoir des sentiments de solitude ou des envies de sympathies étaient trop dire, une définition trop exagéré pour décrire le reversement de situation que prévoyait la pièce de théâtre dans lequel un prince déchu et une princesse jalouse devait vaguer à leurs propres occupations sans tenir compte du chiffre qui les lie. Napoléon en carton se courba et attrapa de nouveau la main qu'il avait maintenu plus tôt et souffle à la demoiselle :

 
▬ Je me permets de vous accompagner jusqu'aux banquets. Vous devez avoir faim, nous n'avons rien avalé de puis notre arrivé.

Même s'il ne voit pas, il sait où elle se tient. Il ne lit pas ses traits mais ressent la gène autour d'eux. Alors il tourne la tête et jamais ne rencontre un quelconque regard. Accusateur ? Noir ? Déboussolé ? Perturbé ? Amoureux ? Scarlett ne veut pas savoir. Alors il tire la main vers lui et l’amène jusqu'au banquet. Sans un mot, l'aveugle pose une main sur le bord du meuble qui supporte les plats et baisse le menton, faisant mine de regarder les plats. Pourtant il ne regarde rien. Il ne pense à rien. Mais un grand vide est né. Que faire ? Que suis-je maintenant ? Des questions tous plus aiguisées que les autres semblent tourner autour de lui, pointant du doigt sa trahison.

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le bal des vampires | feat. the couple troklass Belle&Scarlett ♥︎
Revenir en haut Aller en bas

Le bal des vampires | feat. the couple troklass Belle&Scarlett ♥︎

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Boule et Tessie couple de caniches toy abricot
» Couple de l'année
» Le Cercle Bilderberg ou le bal des vampires ?
» Couple sous couverture. Trouée
» Les nominés pour le prix du plus grand couple (fictif ou non

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Irréel :: Le Monde Réel :: Paris :: Centres culturels :: Le Grand Bal-