Partagez|

Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
68/500  (68/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Ven 31 Oct - 21:34
Halloween.

Ah ! La fête des déguisements gores ou effrayant, des sorcières en tout genres et autres vampires. Addyson n'avait jamais su s'il aimait ou non cette fête. Il y avait les plus, comme la pluie de bonbons, le porte à porte et autre petits compliments sur le déguisement d'un tel ou d'un autre. Mais lui, il aurait bien préféré des déguisements de fées ou de Licornes. Ne serait-ce pas d'avantage approprié ? Le jours de la fée des dents, où chacun ou chacune se déguisent en petite fée mignonne -ou souris pour la filiale française- et chacun va se pourrir les dents pour assurer un travail sans fin aux récolteurs ! Ou aux dentistes, ça dépend à quel point on est terre à terre. Assurément, ç'aurait été mieux. Enfin, que pouvait-il y faire, lui, hein ?

Et bien déjà : fuir. Fuir car même mal fait, un maquillage de gorge coupée avait le pouvoir de le mettre affreusement mal à l'aise. Quand un gamin mima de fondre sur lui, la bouche pleine d'une mixture approchant de la sauce tomate et du colorant alimentaire rouge en grognant, Addyson était tombé sur les fesses, au grand plaisir des parents du marmot, ravis de voir que même les plus vieux -ou vielles, comme ils avaient pensé pour Addyson- se mettait à jouer le jeu avec un réalisme saisissant. Addyson n'avait nullement mimé.  Il avait vraiment eut les chocottes. Alors, plutôt que de passer une journée seul dans les rues parisiennes à laisser son palpitant s'emporter au moindre détours de rue, il avait décidé de passer une journée seul dans un parc, où il sentirait bon les feuilles d'automne tombées et les p'tits ziozio seraient assez gais pour chantonner. Ce serait parfait. Bien loin de toute la peur et le malaise que pouvait apporté bébé zombie et maman sorcière, ça oui.

De toute façon, aujourd'hui, il n'y avait personne à l'appartement. Alors, attendre, seul, dans un endroit confiné que tout les petits monstres du quartier viennent lui faire du chantage ? Certes non, il aura suffisamment à faire pour ce soir. Alors, il avait emmené carnet à dessin et micro palette d'aquarelle, décidé que cette journée ne serait pas vaine, plus un paquet de gâteau pour grignoter -des Princes, il était tellement amoureux de cette marque ! Des Princes !- et une demi bouteille d'eau pour ne pas mourir de soif au cas où.

Alors, Addyson dessina, avec dans un premier temps, la main tremblante de celui qui, en chemin, a rencontré deux trois trucs qu'il n'aurait pas du, puis avec le doigts agile et le coup de crayon léger. Il passa du temps à observer les énormes carpes koï du jardin japonais, sentir les feuilles de l'arbre caramel. Puis vint le moment où le soleil se couche, où tout ce qu'il pu admirer, c'était le soleil rougeoyant qui dansait dans les feuilles, le vents qui détachait celle crevées des branches et les faisant s'envoler d'une façon poétique.

On se serait cru dans un film de midinette.

Il en poussa un soupir satisfait, détendu et bienheureux.

La température était fraîche, mais pas désagréable, il ajusta un peu son écharpe et entreprit de juste arpenter une nouvelle fois le jardins, du coin vosgien à la forêts dorée, en repassant encore uns fois près de l'arbre à caramel -car bon dieu, ce qu'elles sentait bon ces feuilles !-. Sauf que, quand on a un sens de l'orientation qui consiste à faire confiance aux autres, et qu'on cherche un point précis, à tout les coups, on le manque. Addyson le manqua de nombreuses fois. Mais têtu, il s'obstina. Tant et si bien que le temps finit par s'écouler, sans qu'il ne s'en rende compte. Tant est si bien que… que… et bien, qu'il fut l'heure de rentrer, peut-être ?

Oui, et c'est par où, la sortie ? Intéressant comme ce genre de détails peut sembler d'une importance crucial d'un coup. Et il n'avait croisé personne pour le faire évacuer ? C'était peut-être que l'heure n'était pas passé ? Addyson regarda à droite, à gauche et déglutit. Il était seul. De nuit. Dans un jardin. La nuit d'Halloween. Pas de quoi faire le fier. Bah ! Addyson n'avait de toute façon plus de fierté depuis un petit moment. Alors, il décida d'utiliser sa technique secrète : celle de la demoiselle en détresse.

« Excuuusez-moi ! Je… Je suis Perdu ! »

Il hurle à tue-tête comme un couillon, son accent américain écorchant chaque syllabe, mais là, il y a urgence. Qui sait ce qu'il peut se passer, un soir d'Halloween ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Saber | Lacie Baskerville
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Dim 2 Nov - 4:27
Un jour comme un autre, a priori. Un jour comme tous les autres jours, où les gens se lèvent et partent travailler, mangent entre amis à la pause midi et rentrent chez eux tard le soir, crevés ; où les enfants en vacances s’amusent toute la journée. Mais ce soir-là, une fête bien étrange fit son apparition : Halloween. Cette nuit-là, tous les enfants doivent se déguiser pour faire peur aux gens et aller sonner pour demander des bonbons : « Une farce ou un bonbon ? » Demandent-ils tous avec envie. Rares sont ceux qui résistent à leurs yeux doux et amusés, et ces petits chenapans n’hésiteraient pas à faire tout et n’importe quoi pour cette nourriture sacrée, les sucreries.

Cela lui rappelait beaucoup de souvenirs, Halloween. Ces innombrables journées passées à fabriquer des costumes, puis les soirées avec son frère qui courrait partout pour effrayer le moindre passant. Tout cela était si amusant, mais loin actuellement.

Elle n’avait pas eu cours cet après-midi ; si tôt qu’aux alentours de 17h, alors qu’elle se préparait à sortir, des enfants sonnèrent en bas de l’immeuble. Située au rez-de-chaussée, elle sortit quelques instants et offrit des bonbons aux petits enfants. Ils étaient si mignons. Elle enfila son manteau d’automne, passa autours de son fin cou un écharpe bleue, assortie à son ruban dans ses cheveux, des bottines puis sortit. L’air était frais ; le vent balaya doucement ses cheveux. Elle repassa une mèche derrière son oreille puis se mit à avancer. Elle voulait prendre l’air un peu ; et puis voir tous ces enfants s’amuser l’enthousiasmait.

Où aller ? Elle sut tout de suite : le jardin Albert-Kahn, situé à 5 minutes à pied de chez elle. Un véritable lieu de repos pour l’esprit. Elle le connaissait déjà : mais y revenir, c’était toujours un plaisir.

Le jour commençait à décliner. Le soleil était déjà très bas, les nuages n’étaient plus oranges mais viraient au vert, bleu puis gris très foncé. On pouvait déjà apercevoir les étoiles scintiller ; la nuit s’installait petit à petit.

Alice entra dans le parc, inspira une grande bouffée d’air puis se mit à se balader, entre ruisseaux, pierres et plantes. Quelques minutes plus tard, elle était assise sur un banc, devant l’un des grands ponts rouges. Elle ferma les yeux. Elle n’entendait plus que d’infimes voix, le ruissellement de l’eau dans ses oreilles et les derniers chants des oiseaux de la journée. C’était si bon. Si bon qu’elle ne vit pas le temps passer, et qu’elle se réveilla en sursaut d’un sommeil profond. Quelle heure pouvait-il être ? Il était déjà tard. La nuit était déjà installée depuis longtemps. Elle fouilla son sac : pas de téléphone. Elle avait dû probablement le laisser à la maison. Elle se leva rapidement et regarda autours d’elle, portant sa main à la bouche : on n’y voyait presque rien. Elle était un peu inquiète. Pour le coup, elle ne reconnaissait pas vraiment l’endroit. Elle fit quelques pas, et au bout de quelques instants, elle entendit une voix :

« Excuuusez-moi ! Je… Je suis Perdu ! »

La personne avait un accent anglais. Ou américain ? Qui sait. Elle n’avait pas saisi d’où celle-ci provenait, ce qui fit qu’elle n’en était pas plus sortie d’affaire. Elle se dirigea d’un côté dans l’obscurité la plus totale et cria doucement à son tour :

« Par ici ! Je me suis égarée… »

Sa voix s’était affaiblie au fur et à mesure qu’elle parlait. Elle n’avait pas honte, mais peur, sûrement. Après tout, la nuit d’Halloween n’était-elle pas la plus étrange de toute ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Orihime Inoue | Watatsuki no Yorihime


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
90/500  (90/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Jeu 6 Nov - 15:50
Le 31 octobre, halloween, normalement Juliette sortait ce soir-là, généralement pour aller faire le tour des maisons pour avoir des bonbons avec sa grande sœur. Enfin, ça c'était surtout lorsqu'elles étaient encore en Normandie, à Paris c'était beaucoup plus dur, enfin, elles pouvaient le faire dans l'immeuble de Juliette et aussi chez leurs parents, mais c'était vite terminé. Mais aujourd'hui, elle ne devait pas retrouver sa sœur pour aller chercher des bonbons, elle devait aller à une soirée avec les gens de son année à l'école de commerce. Bien-sûr, il s'agissait d'une soirée déguisée et Juliette avait sauté sur l'occasion. Elle pourrait en profiter pour augmenter son carnet de client potentiel et puis pour forger un peu plus son image de vraie fille. Elle ne connaissait pas le planning de son colocataire pour ce soir, même si ça l'aurait surprise qu'il ne travaille pas ce soir. Au cas où, elle l'avait quand même prévenu.

La journée passa plutôt rapidement, surtout car elle avait passé une grande partie de l'après-midi dans la salle de bain à se préparer pour sa soirée. Elle s'était maquillée un petit peu, mais avait surtout passé du temps à tester plusieurs coiffures pour son déguisement de sorcière avant de finalement opter pour les laisser naturels et détachés. Une fois sa tenue de sorcière enfilée et qu'elle eut vraiment fini de se préparer, elle quitta l'appartement et se mit à marcher dans les rues de Paris. Bien-sûr elle ne passait pas inaperçu, après tout, elle avait choisi une tenue qui la mettait à son avantage, dans une soirée comme ça, on ne cherchait pas à faire peur, au contraire. Elle marchait donc dans les rues de la capitale, ne pensant même plus au virus.

En chemin pour son école de commerce, elle décida de passer par le jardin Albert-Kahn qu'elle n'avait encore jamais visité. La soirée n'allait pas commencer tout de suite, alors elle pouvait en profiter un peu. Sauf que pendant qu'elle se promenait dans le parc, elle réussit à se perdre. Elle devait tourner en route, car elle n'arrivait plus à trouver la sortie du parc. Ce pont, elle l'avait déjà vu, elle était persuadée d'être déjà passée par là un peu plus tôt. Elle prit alors son portable pour regarder l'heure, la nuit était tombée et elle commençait à avoir peur.

Alors qu'elle marchait et qu'elle était prête à appeler un ami pour qu'il vienne la chercher, elle entendit quelqu'un crier qu'il était perdu. Vu son accent, ce n'était pas une personne Française, mais c'était mieux que de rester toute seule. Elle allait lui répondre quand elle entendit une autre voix qui invitait la première à la rejoindre. La rousse allait en profiter aussi. Elle se mit à marcher en direction de la voix, ne voulant pas rester seule plus longtemps.

Elle finit par arriver près de deux personnes, deux blondes de ce qu'elle voyait. En les voyant, elle eut un grand sourire et se dirigea vers elles, oubliant complètement qu'elle était déguisée en sorcière.

« Je suis contente de voir que je ne suis pas seule à m'être perdue »

Dit-elle en allant à leur niveau, souriant toujours. Elles allaient pouvoir chercher la sortie tous les trois ensemble. Elle était persuadée qu'elles étaient avec deux filles.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
68/500  (68/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Ven 7 Nov - 7:56
Il a peur Addyson. Le moindre coup de vent qui vient faire bruisser les feuilles à le pouvoir de le faire sursauter. Nerveusement, il mâchouille un bout de son écharpe, triturant un autre pan de ses doigts crispées. Zut, fallait-il être si peu malin pour se faire surprendre par la nuit ? Fallait-il être aussi malchanceux pour, aussi, éviter avec brio tous gardes ou jardiniers qui s'assuraient que le public avait bien évacuer ? Un instant, le jeune homme se dit qu'il a loupé sa vocation de Ninja. Mais bientôt, coupant ses pensées de reconversion de carrière, une voix salvatrice vient lui indiquer la meilleure nouvelle de la soirée : la fin de la solitude.

Il accourt alors, le petit Addyson, vers la jeune fille qui possède la voix car qu'importe ce qu'il trouvera derrière, ça sera mieux que de le laisser seul avec son imagination débordante. Il accourt, tel le labrador heureux de courir dans un grand près verdoyant et quand il arrive devant une jeune fille, lui se sent en joie. Il aurait pu espérer un type baraqué pour le défendre, au cas où, mais Addyson Flores sait se contenter des petits riens de la vie. Or, la demoiselle représente le gros rien merveilleux de sa soirée. Reconnaissant, il lui attrape les mains entre les deux siennes et lui lance un regard humide de celui qui s'est fait peur tout seul.

« Je suissis content trouver lqu'un ! »

Sa langue s'emmêle de bonheur. La joie, c'est bien, mais autant la joie d'un jeune chien, ça se calme par quelque flatteries sur la tête et c'est amusant, autant la joie d'un humain, surtout si étalée sur le visage de la blondinette, c'est difficilement accepté et vachement embarrassant. Addyson lâche la demoiselle, s’étouffant d'un un « Excusezmoi » apprit, semblait-il, par cœur et  ses joues s'embrasent joliment. Il regarde à droite, à gauche et racle le font de sa gorge.

« Vous être venu avec une voiture ? »

Oui, elle a bien dit qu'elle était garée, c'est bien ça ? Quoi qu'à la réflexion, le jeune homme n'est plus si certain de se souvenir que c'était bien le mot prononcé. Il sourit, de ce sourire forcé qui supplie l'autre de ne pas tout de suite le considérer comme un attardé. Lui donner une seconde chance, tout ça. Il se dit que c'est le moment de sortir la carte Prince à grignoter, pour avoir de bon points. Sa petite tête extrait avec agilité les idées que son imagination débordante façonne et fait rebondir les pensées, comme une balle de tennis passe d'une raquette à l'autre.

Addyson est content, on l'aura compris. Addyson est aussi d'une imagination très développée et, petit veinard, possède nombre d'idées qui fusent rapidement. Comme dit avant. Ainsi, quand il entend un bruit venir de derrière, ce n'est pas par superstitions qu'il lâche un petit « hiiiiii ! » qui manque de virilité. Ce n'est pas non plus par lâcheté qu'il fait un pas pour courir se réfugier derrière la demoiselle, c'est juste une habitude. Et c'est toujours dans ce feux d'artifices d'idées qu'il revient devant, armé de sa bouteille d'eau et qu'il prend un air très sérieux, du haut de son mètre nain. Et qu'il semmèle dans son vocabulaire français.

« J'ai une âme, et j'essayer de m'en servir ! C'est de… de… EAU ! Alors, posez votre braguette et il n'y aura pas de problème ! Je… Je… Je ne veux pas de bagages ! »

Car bon sang, c'est une sorcière. Une sorcières bien loin des clichés du chaudron, de la bave de crapaud et des nez crochu, mais une sorcière quand même. Une partie rationnel de son cerveau lui souffle que les sorcières, ça n'existent pas. Une partie plus farfelue soutient qu'on n'en sait rien, et que la vielle Europe peut être pleine de surprise.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Saber | Lacie Baskerville
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Dim 30 Nov - 3:44
Alice fut parcourue d'un vent glacé ; son corps en frémit. Si les feuilles n'étaient pas balayées par le vent, alors ses cheveux l'étaient. Le froid, le noir, les inconnus, Halloween...la soirée s'annonçait peu commune. Puis, entendant des bruits de pas, elle se retourna, et une jeune fille blonde accoura vers elle, haletante. Ses cheveux étaient assez courts, ses traits étaient fins. Elle n'eut que très peu de temps pour l'observer que l'inconnue avait déjà pris ses mains dans les siennes et, les larmes aux yeux, comme si une lueur d'espoir était revenue soudainemment, elle lui déclara :

« Je suissis content trouver lqu'un ! »

Au début, Alice n'avait pas compris. Mais elle fit un effort, vu l'innocence de la jeune fille, malgré son accent perturbant. Elle haletait toujours, comme si elle venait de faire le Marathon de Paris. Puis soudainement, elle lâcha ses mains et s'empourpre, tout en s'excusant. Décidément, elle était vraiment très mignonne et adorable. Mais quelque peu excitée.

« Ce n'est pas grave.»

Mais, sitôt avait-elle fini sa phrase que la mystérieuse inconnue lui demanda gentiment :

« Vous être venu avec une voiture ? »

Intérieurement, Alice riait. Cette fille parlait un peu à la Maître Yoda, et c'était vraiment amusant à voir. Mais extérieurement, elle ne laissa rien apparaître ; elle ne voulait surtout pas la mettre mal à l'aise. Trop tard : un sourire forcé mais désespéré apparut sur son visage. Alice était sûre de ne pas avoir ri devant elle. Pourtant, la traduction était là.

« Je suis sincèrement désolée, mais je n'ai pas de voiture...»

Elle prononça ces paroles de la manière la plus désolante possible. Elle imaginait déjà la tête qu'allait faire la mignonne désespérée étrangère qui avait misé tout ses espoirs sur elle. Elle n'eut pas le temps de penser à autre chose qu'un bruit de feuillage derrière elle retentit. Alice priait pour que ce ne soit pas un homme. Car oui, elle avait peur en pensant à nuit + parc + homme + deux jeunes filles seules. L'inconnue poussa un petit cri et vint se réfugier derrière elle, comme un enfant derrière son parent, comme une princesse derrière son prince.

Alors qu'elle était perdue dans ses pensées, soudain, une jeune fille déguisée en sorcière apparut. Une sorcière simple mais assez élégante ; elle fut surprise du soin apporté au costume. Ses cheveux roux étaient détachés, en tombant sur le buste de la jeune fille. Une belle sorcière, quoi. Pourtant, dans les livres, on les représentait souvent munies de nez crochus, des verrues sur le visage, les cheveux crépus...Loin de la sorcière de rêve qui se trouvait devant elle.

Mais soudain, la princesse sortit de sa cachette, et armée d'une bouteille d'eau elle déclara avec sérieux :

« J'ai une âme, et j'essayer de m'en servir ! C'est de… de… EAU ! Alors, posez votre braguette et il n'y aura pas de problème ! Je… Je… Je ne veux pas de bagages ! »

Alice était totalement stupéfaite. Elle avait envie de rire, mais elle se retint fortement. Elle préféra mettre sa main devant sa bouche, pour ne pas que l'on puisse voir sa bouche bée, entièrement surprise.

« Je suis contente de voir que je ne suis pas seule à m'être perdue »

Comment allait réagir cette dernière ? Alice ne préféra pas interrompre leur discussion magique, de peur de déballer quelque chose de frustrant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Orihime Inoue | Watatsuki no Yorihime


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
90/500  (90/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Jeu 11 Déc - 21:34
Elle avait réussi à se perdre dans un parc. Un parc ! Et en plus, il commençait à faire nuit, elle se mit donc à marcher en espérant trouver une sortie. Alors qu'elle était en train de marcher, elle entendit quelqu'un crier qu'il était perdu, elle n'était donc pas seule, c'était plutôt rassurant. En plus, juste après une autre voix répondit, sans attendre et sans hésiter, la rousse décida de se rendre elle aussi là où se trouvait la seconde voix. Elle n'allait pas rester toute seule et à plusieurs, ils auraient plus de chance de trouver la sortie. Elle s'était donc dépêchée, un sourire aux lèvres. Lorsqu'elle arriva à l'endroit où se trouvait la seconde personne qui avait parlé, elle put voir qu'il y avait deux jeunes femmes.

Elle avait donc pour s'approcher des jeunes femmes, avec un grand sourire aux lèvres. Elle leur annonça même qu'elle était contente de voir qu'elle n'était pas toute seule ici. L'une des deux filles sembla prendre peur puisqu'elle commença à lui parler, avec un accent assez prononcé. Elle ne comprenait tout ce que lui disait la jeune femme, mais de ce qu'elle avait compris, la jeune femme avait une arme, apparemment d'une bouteille d'eau, qu'elle brandissait dans sa direction, mais le reste, elle avait un peu plus de mal. "Braguette" ? Ça devait sûrement être "baguette", donc elle disait ceci par rapport au costume de la rousse. La prenait-elle pour une vraie sorcière ? Ça voulait donc dire que son costume était bien fait, elle était contente. Par contre, le reste de la phrase, elle ne comprenait pas. "Bagage" qu'est-ce qu'elle pouvait bien entendre par bagage.

Elle se mit donc à regarder la jeune femme qui venait de parler, elle la regardait comme si elle la fixait, sans la fixer puisqu'elle était en train de réfléchir et elle tentait de traduire en même temps la phrase, mais rapidement, elle s'arrêta et un grand sourire apparu sur ses lèvres avant qu'elle s'approche de l'étrangère. Elle attrapa la bouteille d'eau et l'ouvrit toujours en souriant.

« Ah merci, je commençais à avoir soif. »

Elle but quelques gorgées avant de refermer la bouteille et de la tendre de nouveau vers la personne qui lui avait donné non volontairement puisque la rousse ne lui avait pas vraiment donné le choix en la prenant, étant à demi persuadé qu'elle lui offrait de boire. La jeune sorcière se tourna ensuite vers la seconde jeune femme à qui elle n'avait pas encore parlé. Elle détailla un instant la jeune femme, c'était une blonde comme l'autre jeune femme sauf qu'elle, ses formes féminines ses voyaien beaucoup plus. Mais ce n'était pas ce qui intéressait la rousse.

« Tu sais par où est la sortie ? L'une de vous à une idée ? »

Son regard passa d'une jeune femme à l'autre. Elle doutait que celle qui avait eu peur de son costume est une idée, étant donné qu'à la voix, elle avait reconnu la première personne qui avait crié un peu plus tôt pour dire qu'elle était perdue. Donc la seconde personne saurait peut-être plus, mais bon, elle ne pouvait pas savoir. Elle se mit à regarder autour d'elle pour voir si elle ne voyait pas quelque chose qui pourrait les guider vers l'une des sorties de ce parc. Si ça durait trop longtemps, la rousse devrait dire adieu à sa soirée d'Halloween et elle ne voulait pas vraiment, aller en soirée était amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
68/500  (68/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Lun 19 Jan - 1:10
Là, il se sent moins malin. C'est une humaine, bien évidement, pas une sorcière. Addyson y pense rapidement, ses joues prennent un rouge automne qui va bien avec les arbres environnants. Il baisse son âme -non, arme !- improvisée, comprenant que la braguette -baguette, baguette !- est une fausse, trouvée dans n'importe quel magasin digne de ce nom. Il n'y aura donc pas de bagage – à moins que ce soit une bagarre le bon mot ? -. C'est fou comme son français lui vient plus facilement quand il est un peu plus calme. Il pense, le petit brun, sursautant quand la sorcière lui pique la bouteille d'eau. Il a alors cette minute d'horreur où son esprit lui souffle que les sorcières et l'eau, ça ne fait pas bon ménage. La scène du magicien d'Oz lui revient, il voit des images semblables se produire avec la sorcière se dissolvant, mais cette fois, de l'intérieur.  Trop affreux, personne ne mérite ça !

« AH ! »

Il tend la main, dans le vainc espoir  d'aider la sorcière, mais trop tard ! Cette dernière lui rend la bouteille d'un geste, le remerciant. Confus, il lâche une formule de politesse américaine, fermant exagérément les yeux pour se détourner de l'horreur à venir. Ah non, ça lui revient, c'est une humanoïde très humaine, qui ne se dissout pas avec de l'eau. Il est rassuré, Addyson, lâche un petit « Oh, oui ! » content, respirant le soulagement. Par contre, que la rousse ait bu à la bouteille, sans rien savoir l'un de l'autre, l'américain traverse un instant où il trouve ça un peu dégouttant. Puis infiniment romantique, serait-ce son premier baisé indirecte avec une française ? Il en glousserait presque.

Roucoulant un instant pour lui même, il retourne près de la blonde avec son trésor, lui lançant un regard complice du « hey, j'ai été héroïque, quand même, non ? »

La fierté l'étreint, il a été super princier dans son geste, là ! Dans ce moment où il a fait barrage de son corps entre la jeune fille et la sorcière -aussi peu magique soit-elle - ! Pour sûr, il vient de prouver qu'il était de ceux sur qui on pouvait compter !

De celle sur qui on pouvait compter, corrige son esprit espiègle alors qu'il comprend le « l'une d'entre vous ». Ah. Cette confusion. Addyson lui trouve un côté rassurant à cette douce et familière confusion. Il s'en détend, en oublierait presque sa situation, qu'il ne fait guère chaud, qu'il fait presque nuit, qu'il est la nuit d'Halloween et qu'il est perdu dans un parc. Au moins, il n'est pas seul dans ce cas et ça, c'est drôlement chouette. La tension qui le réchauffait alors le quitte, il sent le froid de la soirée lui redresser les poils des bras, le faisant connaître un petit frisson. Au moins, celui-là n'est pas de peur. Il secoue la tête pour signifier qu'il ne sait pas où se trouve la sortie, grimace comme si ç'allait l'aider à trouver de brillantes idées et articule avec soin : « Téléphone ? ». Peut-être d'autres ne sont pas aussi bête que lui à l'oublier ?

Oh, indiquer qu'il est plutôt du sexe masculin ? Addyson se dit que ça viendra plus tard, quand il ne sera pas malpoli de le signaler. Et puis, quelle importance, hein ? Homme ou femme, perdus dans un parc : même galère. Elles sont bien commencées, les aventures d'Addyson en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Saber | Lacie Baskerville
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Sam 14 Mar - 6:56
Perdue au milieu de cette conversation très étrange -tenue par une sorcière sexy étrange et une étrangère avec un accent étrange qui plus est-, Alice inspira un grand coup et tenta de comprendre ce qui se passait. Une sorcière, cela n'existe pas. Donc on peut écarter de suite la thèse fantastique. Ainsi en vient-on à l'idée que cette personne se rendait à une soirée d'Halloween en costume de sorcière. Mais oui ! C'est ça ! Une fierté intérieure la remplit.

Pour le cas de l'étrangère, cela lui échappait. Quelque chose clochait, mais la jeune fille ne saurait dire ce que c'était. En observant la scène de la bouteille -arme fantastique !-, un petit rire lui échappa. Un sursaut la sortit de ses pensées quand elle entendit un grand "AH !" dans la noirceur de cette nuit-là. C'était l'inconnue. En fait, elle aurait bien aimé savoir son nom, car elle n'aimait pas devoir appeler quelqu'un "inconnu" ou encore "étranger" ; pourtant, elle n'osera pas le lui demander. Non pas par flemmardise mais par manque de courage. Elle n'allait pas non plus dire "L'anglaise", si jamais elle était Américaine ? Ou l'inverse ? En général, les gens n'aiment pas qu'on se trompe sur leurs origines. Mais Alice n'était pas forte pour reconnaître des accents, malgré tous ses voyages.

Puis soudainement, celle qui se tenait devant elle lui lança un regard rempli de fierté et de courage. Sûrement voulait-elle partager ce cours instant de bonheur dans cette drôle de soirée. Lorsque la belle rousse demanda la sortie, l'autre répondit en grimaçant, montrant alors sa méconnaissance des lieux. Elle pouvait parler. Elle qui venait souvent ici, la voilà perdue au milieu de ce jardin en pleine nuit avec deux inconnues plus ou moins étranges -ne se considérant pas de la sorte, bien sûr-.

« Je n'en ai aucune idée, désolée... »

TILT. Ce son imaginaire résonna dans sa tête en guise de victoire. L'idée de la blonde était tellement simple et pourtant, personne n'y avait pensé jusque-là. Préjugé à ne pas avoir : les étrangers ne sont pas bêtes, juste parce qu'ils ne parlent pas forcément aussi bien que "nous".

« J'en ai un ! » s'exclama-t-elle, comme brutalement motivée à se sortir d'ici.

Alice tâta ses poches. Il ne s'y trouvait pas. Elle réfléchit quelques instants. Son sac. Il était resté sur le banc. C'est alors que la jeune fille fit quelques pas en arrière dans l'obscurité, à l'aveugle, puis toucha le banc du bout des doigts. Elle les fit parcourir les planches de bois jusqu'à parvenir à son sac, d'où elle sortit le fameux appareil.

Se retournant d'un coup, elle pivota sur ses pieds et se retrouva encore face à l'obscurité. Elle ne les voyait plus. Elle ne les entendait plus. S'était-elle trop éloignée ? Le banc était à quelques mètres de là où la discussion avait été lancée pourtant...
Alice fit quelques pas en avant. Puis crac. Elle se sentit tomber en avant. Le choc fut brutal. Elle poussa un petit cri et s'aperçut que son téléphone était tombé quelques centimètres plus loin. Elle craignait le pire.

« Oh, nooon !  »

Elle se releva, prit son téléphone et tenta de l'allumer. La moitié de l'écran était toute noire et fissurée, mais quelques fonctions marchaient encore. Alice soupira. Qu'allaient-elles faire maintenant ? Elle revient faire les deux personnes et leur montra le résultat du désastre qui venait de se produire.

« On peut toujours appeler. Vous voulez qu'on appelle quelqu'un...?  » demanda-t-elle d'une petite voix, doutant d'elle même et de sa question.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Orihime Inoue | Watatsuki no Yorihime


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
90/500  (90/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Ven 20 Mar - 22:02
Alors qu'elle venait de rejoindre les deux jeunes femmes qu'elle avait entendues, la rousse fut accueillie par l'une d'entre elles qui eut un comportement vraiment bizarre. Elle ne comprit d'ailleurs pas tout ce qu'elle lui dit, mais elle vit bien la bouteille d'eau qu'elle lui tendait. Un sourire apparut alors sur les lèvres de la rousse qui prit la bouteille d'eau en remerciant l'inconnue, lui disant que justement, elle avait soif. Elle but alors une gorgée et ne comprit pas pourquoi le jeune femme eu un cri d'horreur. Est-ce qu'elle ne voulait pas la laisser boire et qu'en fait, elle ne supportait pas de boire dans la même bouteille que quelqu'un ? Ou alors est-ce qu'elle était toujours dans le délire bizarre avec lequel elle l'avait accueilli ? Possible. Mais la rousse finit quand même de boire avant de lui rendre la bouteille en souriant et en la remerciant. La rousse se tourna ensuite vers la seconde blonde, après avoir fixé un instant la première, et demanda si l'une d'elles savait où se trouvait la sortie. Ce qui était fort peu probable puisqu'apparemment, elles étaient aussi perdues, mais qui ne tente rien n'a rien.

La première blonde lui répondit de manière muette en secouant la tête et en grimaçant alors que la seconde lui répond de vives voix, mais elle non plus ne savait pas. Ça ne surprenait pas vraiment la jeune femme déguisée qui croisa alors les bras. La personne qui l'avait accueillie avec une bouteille prit alors la parole pour demander le plus simplement du monde si elles avaient un téléphone. C'était une bonne idée ça, pourquoi aucune d'elles n'y avaient pensé plus tôt ? La jeune femme qui était restée plutôt muette depuis le début de cette "aventure" prit alors la parole d'un coup pour dire qu'elle en avait un. La rousse la regarda alors chercher dans ses poches, apparemment en vain puis chercher son sac sur le banc et en sortir le fameux appareil qui allait sans doute pouvoir leur sauver la vie. Bon, elle exagéré un peu pour le fait que leur vie était en danger, mais l'idée y était.

Le sort semblait s'acharner contre eux puisqu'à peine quelques secondes après la rousse entendit un craquement suivit d'un "oh non". Il était facile de devenir ce qu'il s'était passé. La blonde avait trébuché et fait tomber son portable. Elle avait beau avoir compris la rousse prit un air inquiet avant de prendre la parole.

« Qu'est-ce qu'il se passe ? »

Elle eut sa réponse lorsque la jeune femme revint et leur montra son téléphone qui avait dû faire une belle chute. Elle tenta alors de l'allumer et bien-sûr, la rousse espéra que ça fonctionne comme sûrement les deux autres jeunes femmes, comme si ce téléphone était le seul qu'ils avaient, pourtant, il y avait aussi celui de Juliette et peut-être celui de l'étrangère, même si c'était peu probable qu'elle ait le sien puisqu'elle avait demandé si quelqu'un en avait un. Elle leur annonça alors qu'il marchait toujours et qu'ils pouvaient appeler quelqu'un. Elle leur demanda d'ailleurs si elles voulaient appeler quelqu'un. Bien-sûr qu'elles voulaient appeler quelqu'un, la question était totalement idiote), mais comme d'habitude, la rousse ne laissa pas voir qu'elle pensait ça, se contentant de faire comme si elle réfléchissait.

« Il faudrait appeler les pompiers non ? Ce sont les mieux placés pour nous sauver, non ? Et puis peut-être qu'il y aura des pompiers mignons. »

La rousse avait dit ceci avec un grand sourire tout en regardant les deux jeunes femmes. Les pompiers étaient clairement le meilleur choix, après tout, ils étaient là pour sauver les autres, même si c'était totalement honteux de se perdre dans un parc la nuit. Après le fait de vouloir des pompiers mignons... Il fallait qu'elle joue son rôle. Alors qu'elle regardait les deux blondes, elle réalisa qu'elles ne s'étaient toujours pas présentées et que depuis tout à l'heure, elle pensait aux deux personnes face à elle en les nommant blonde numéro un et blonde numéro deux. Ce qui ne lui permettrait pas vraiment de s'adresser à elle.

« Oh ! Mais on ne s'est pas présentées ! Je m'appelle Juliette, enchantée. »

Elle eut un grand sourire en disant ceci, tout en leur faisant un signe de la main pour se montrer la plus amicale possible. Elle n'avait pas spécialement envie de se disputer avec les deux personnes perdues avec elle puis elle était toujours amicale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
68/500  (68/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Mer 8 Avr - 3:54
Bien, une idée avait été lancée et réceptionnée par la petite blonde avec un trop plein d’enthousiasme. Un petit sourire rassuré et satisfait orna le visage de l'américain qui enfin, voyait la fin de sa galère. Il croisa ses bras, dans un faible espoir de se protéger du froid et entra sa tête dans les épaules. Tout irait bientôt pour le mieux. Sa mine satisfaite s'effaça bien vite quand la blondinette disparue dans la nuit. Une nuit drôlement épaisse. Une nuit qui, pendant un instant, lui souffla que peut-être, en fait, ça pouvait être une vraie sorcière avec luitoutseul, rien ne prouvait que…
Il secoua la tête avec force. Non, non, non, c'était une jeune fille. Une jeune fille normale qui s'était déguisée. Ah, ç'aurait été drôlement bien de se déguiser aussi, firent les pensées d'Addyson qui passaient de la crainte à une certaine nostalgie. S'il avait eut ses amis, ou justes, des copains assez proches avec qui passer la soirée… Encore que les déguisements liés à l'horrible et l'horreur ne l'avait jamais bien branché et…

Cratch ! firent les pensées en écho avec le téléphone tombé.

Tel un suricate à l’affût, l'Ado se tendit, plissa les yeux pour mieux voir ce qu'il se passait, soudainement inquiet pour la jeune demoiselle. Son cerveau reptilien lui souffla de s'approcher de la rouquine pour se protéger d'un potentiel danger. Son honneur lui dicta de rester planté là. Sans quoi, la dernière option qui consistait à s'enfuir, bras levé et tout hurlant -au cas où- s’exécuterait sans trop de contrôle. Et ça, ce ne serait pas chevaleresque du tout. Addyson se le refusa, préféra l'option « je suis un radis stoïque » au reste (option, de plus, facile à suivre). Bien. Ça revenait. Il en serra les dents. C'était la jeune blonde. Ah, parfait, l'américain en eut un large soupir satisfait.

Quand elle montra la casse, ça fit Tilt dans le petit cerveau d'Addyson qui quitta son confort de Radis Stoïque pour s'avancer vers la jeune fille, avec un élan d'inquiétude.

« Jesuisblessé ? Non. Pas je. Vous. Vous être ? »

C'était un conditionnement pur et simple. Avant filer en France, Addyson avait subit un apprentissage intensif, voir un martellement de cerveau pour que, à la moindre idée de Bobo, l'adolescent dirait « je suis blessé » afin de recevoir vite de l'aide. Le résultat était mitigé : dans la précipitation, il oubliait souvent que « to hurt » ne se traduisait pas littéralement par « jesuisblessé ». Il regarda la fille, fronçant la sourcils de voir des poussières qui ornaient ses habits et entreprit, en bon gentleman, d'épousseter délicatement les vêtements (les statuts d'Addyson brassaient une large gamme : du chevalier à la princesse en passant par le servant).

« Pas d'ami. » répondit-il vaguement à la question de qui appeler, sans se soucier du côté pitoyable de ses mots. Il redressa la tête un instant, s'indiquant du doigts en guise de présentation « Addyson. » Il offrit un sourire à la rousse à la blonde, retourna à son examen de la blessée. Mais le noir n'aidait pas. S'était-elle fait très mal ou pas ? Autant demander.

« Besoin de porter ? »

Alleeez ! C'était compréhensible, non ?

[HJ: pardon c'est TRÈS MAUVAIS. Mais je me suis rendu compte avec horreur que ça fait je sais pas combien de temps que vous m’attendiez, j'avais pas réalisé que c'était à moi, eeeet... et voilà. Toutes mes excuses ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Saber | Lacie Baskerville
Age : 18


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Mar 21 Avr - 17:09
Sa tête tournait un peu. Oula. Elle marchait lentement et d'une façon étrange, mais elle avait reçu un petit choc. Elle sentit soudainement une douleur au niveau de son genou. A cause de la chute, elle avait dû se blesser. Une simple plaie, une égratignure, rien de bien grave. Mais Alice n'aimait pas cette sensation : elle avait l'impression que son genou était en feu, et l'air froid picotait sur sa légère blessure. Et lorsque le vent souffla violemment, la jeune femme se rendit compte qu'elle ne s'était pas blessée à un genou seulement mais également sur sa main droite. Des morceaux de graviers et un peu de terre étaient collés sur sa main, qu'elle s'empressa de retirer.

« Tout va bien. Ce n'est qu'une petite chute», voulut rassurer Alice.

Une fois le téléphone revenu à la vie -à moitié-, elle s'empressa d'aller dans l'option Téléphone et attendit une idée de numéro à appeler. La sorcière proposa d'appeler les pompiers, mais l'étudiante n'était pas convaincue que cela soit une bonne idée. Après tout, ils ne les croiraient sûrement pas, c'était un soir d'Halloween ; et puis qui, dans ce monde, ce serait bêtement perdu dans un parc pour finalement y être enfermé la nuit ? C'était tellement ridicule qu'elle se moqua d'elle-même intérieurement. Et pourtant, ce ridicule était la présente réalité que vivaient Juliette -elle venait de se présenter- et l'autre étrangère.

« Je m'appelle Alice. Ravie de vous connaître, » déclara-t-elle sur un ton légèrement gêné.

En parlant de l'étrangère, la pauvre, elle être complètement perdue. A peine arrivée en France que la voilà égarée au beau milieu de la nuit dans un jardin inconnu -du moins elle supposait qu'il devait l'être pour la jeune femme- avec une sorcière et Alice. Et puis son étrange accent...qui avait bien pu lui enseigner le français ? Ou comment avait-elle appris ? On pouvait comprendre ses paroles mais le tout restait pour le moins...étrange.

« Ce n'est rien, vraiment. M-merci, » la remercia-t-elle en la voyant celle-ci balayer délicatement avec ses mains la poussière et les saletés qui ornaient ses vêtements. Même si elle était étrangère et parlait un Français très revisité, elle apprécia avec un grand sourire la gentillesse de celle-ci.
Alice ne comprit pas vraiment pourquoi l'inconnue déclara ne pas avoir d'amis. Cela lui fendit le coeur un instant. Peut-être était-ce pour indiquer qu'il n'avait personne à appeler ? Il ne restait que les pompiers. Elle tendit le téléphone à Juliette qui appellerait avec joie les mignons pompiers :

« Je te laisse les appeler. Tiens. »

Un instant plus tard, Alice était sous le choc. Que venait-elle de dire ? L'étrangère se révélait être en fait un...étranger ?! Elle n'en crut pas ses yeux. Avec le noir, il s'était avéré difficile de reconnaître les visages mais de là à prendre un homme pour une femme... Elle ressentit en tout premier lieu de la honte pour l'avoir traitée ainsi, puis après elle se sentit gênée et présenta ses plus plates excuses à...Addyson.

« Je suis vraiment désolée, Addyson. Je t'ai pris pour...une femme. »

En plus de s'être trompée sur son genre, elle n'allait pas en plus le laisser la porter. Elle refusa d'un signe de tête, ne méritant pas cet acte si bienveillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Orihime Inoue | Watatsuki no Yorihime


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
90/500  (90/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Mer 29 Avr - 22:21
Appeler quelqu'un pour qu'on vienne les chercher, c'était une très bonne idée ! Pourquoi personne n'y avait pensé avant ? La rousse n'en n'avait aucune idée, c'était pourtant tellement logique. La blonde qui avait proposé ceci partit alors à la recherche de son portable et peu de temps après la rousse et la seconde blonde purent entendre un bruit sourd comme si quelque chose ou quelqu'un était tombé. La rousse tourna alors la tête du côté d'où venait le bruit, côté où était partit la blonde quelques instants plus tôt. Il ne fallut pas beaucoup plus de temps pour que la blonde revienne vers eux montrant alors son téléphone, cassé. La seconde blonde fut alors la première à réagir en lui demandant dans un Français approximatif si elle était blessée, la personne concernée ne tarda pas à répondre que ça allait, que ce n'était qu'une petite chute.

Elle expliqua ensuite que son téléphone fonctionnait toujours et demanda qui elles pouvaient bien appeler. L'étrangère, qui était en train d'épousseter la tenue de la blonde, dit qu'elle n'avait pas d'ami et Juliette proposa qu'elles appellent les pompiers, qu'il y en aurait peut-être des mignons. Les pompiers étaient ce qui avait semblé le plus logique à la rousse qui ne pensait pas au fait qu'ils pourraient prendre leur appel pour un canular. Et cela ne lui vint à aucun moment à l'esprit puisqu'elle ne tarda pas à changer de sujet pour pouvoir faire les présentations, elle apprit ainsi que la blonde qui tenait le téléphone s'appelait Alice et que l'étrangère était en réalité un étranger. Quoi ? Un gars ? Non, ce n'était pas possible qu'un homme ne pouvait pas être aussi efféminé, enfin, ce n'était pas vraiment important, que ce soit un homme ou une femme, ils étaient perdu dans un parc et le sexe de cette personne n'y changeait rien. D'ailleurs après s'être présenté, le jeune homme, donc, demanda à la blonde si elle avait besoin d'être portée. La jeune femme répondit de manière négative en lui réaffirmant que ce n'était vraiment rien.

Alice tendit alors son téléphone à la rousse en lui disant d'appeler les pompiers. La rousse prit alors le téléphone et composa alors le numéro avant de boucher son oreille libre pour mieux entendre que ce que lui diraient les pompiers. Lorsque quelqu'un décrocha à l'autre bout du fil, après peu de sonneries, la jeune femme expliqua la situation, qu'elle était avec deux autres personnes perdues dans un parc. Bien-sûr ils ne la prirent pas au sérieux et lui dirent que ce n'était pas le moment d'encombrer les lignes avec de telles blagues. Elle se fit ensuite raccrocher au nez. Elle fixa alors le téléphone avant de se tourner vers les deux personnes présentant avec elle dans le parc.

« Ils ne veulent pas me croire ! Il va falloir qu'on sorte d'ici par nous-même »

Elle tendit ensuite le téléphone vers la blonde en la remerciant de lui voir prêté puis elle croisa les bras sous sa poitrine se mettant à réfléchir. Il fallait qu'ils sortent tous les trois d'ici et pour ça il fallait qu'ils trouvent la sortie, donc qu'ils bougent. Elle releva alors le regard vers les deux personnes et leur offrit un grand sourire avant de prendre la parole.

« Il faudrait que l'on cherche la sortie... En plus maintenant nous savons que nous avons un valeureux garçon pour nous protéger »

Elle sourit et se dirigea vers Addyson attrapant son bras, un sourire toujours présent à ses lèvres. Elle se colla ensuite à lui attendant que quelqu'un réagisse à ce qu'elle venait de dire pour partir à la recherche d'une sortie ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
68/500  (68/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥) Mer 29 Avr - 23:22
Le valeureux garçon pour protéger la demoiselle en détresse, il se sentait vachement plus à l'aise quand on le prenait pour une des demoiselles à défendre, justement. D'un, parce qu'il ne se sent pas particulièrement apte à défendre quoi que ce soit (déjà, lui même, c'est limite, alors défendre d'autres personnes...). De deux, une poitrine maintenant pressée contre son bras le plonge dans une légère confusions gênée. Il tente de répondre à Alice, bredouillant dans un français de plus en plus approximatif :

« P-pas grave, souvent femme. »

Et il tente de réfléchir. Tente. La conclusion logique, quand une femme se colle à un homme, c'est pour reproduire tout bête film un tant soit peu sexiste de la faible femme à défendre et de l'homme valeureux qui avance, faisant de son corps un bouclier contre les éléments et l'adversité. Vision qui en tant normal, ferait bien rêvasser Addyson qui pourrait y trouver un petit quelque chose de romantique. Mais ça, c'est quand on arrive à réfléchir. Le verbe Tenter prend alors tout son sens. Puis soyons franc, Addyson en chevalier, ça relève plus du comique que du romanesque.

« TU ES FROID ! » C'est ça, explose-t-il presque ; Addyson se libère d'une petite pirouette élégante, retire son blouson et le pose sur les épaules de la sorcière, souriant. Et souhaitant que la fraîcheurs automnale lui fera vite perdre le feu qu'il sens sur ses joues. Il s'agite, fouille dans son sac et en sort en épée un paquet de biscuit, tel un sain grall sauveur à même titre que le fut, il y a quelques secondes à peine, le téléphone. Il en prend un qu'il mord entre ses lèvres, en tend un autre à Alice, à Juliette et, la bouche encombrée, répète :

« Faim ? Faim, féfa ? » Oui, c'est ça. Pour une raison ou pour une autre (pouvoir, sorcière halloween !), la rouquine a deviné qu'il avait des biscuits et s'est approchée ainsi juste pour en avoir. Poliment. Trop timide pour demander, sans doute. Une sorcière timide. Comme c'est touchant !

Notons, observons : quand Addyson tente de réfléchir, il sait se planter au moins sur toute la ligne et s'enfonce dans ses bourdes avec un brio presque génial. Plus tard, si d'aventure il venait à  repenser à toute cette scène, il en éprouverait un grand sentiment honte, à son manque de jugeote, à son agissement, c'est certain. Et sans doute ne relatera-t-il pas cette histoire à quiconque, prétendant que la nuit d'halloween, il l'a passée à dormir chez lui, nah.

Là. L'air frais lui fait un peu du bien et lui colle une petite taloche sur l'arrière du crâne qui lui permet de reprendre ses esprits, les dernières paroles qu'à prononcée Juliette et d'y réfléchir avec un peu plus de sens. « Personne vient, c'est ça ? Ah. » Instant de réflexion où il grignote son biscuit d'un air penseur. « Si c'est un… Une place où on se perd, on peut aller toujours dans le même sens. Vous savez ? Toujours droite ou toujours gauche. Vous voyez ce que je veux dire ? »

Bizarre. Il est presque certain d'avoir dit un truc comme ça, un jour. Ou une nuit, peut-être. Il ne sait plus vraiment et ça le laisse un peu pensif, comme une impression de déjà-vu. Au moins, en est-il sûr, son vocabulaire ne laissait pas autant à désirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥)
Revenir en haut Aller en bas

Kidnapper le perce-oreille ♪ (Alice et Juliette ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Kidnapper l'perce-oreille, l'jeter dans un trou et lui chatouiller l'orteil à le rendre fou ◭ STRAM-KEA
» Juliette Charlotte de Bourgogne ; Demandez votre sujet
» Bouche à oreille - Participez à populariser le projet
» Jasper & Alice Forever
» Juliette récupère les jumeaux [PV JB et Ninon]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Irréel :: Le Monde Réel :: La Banlieue :: Complexe de loisirs-