Partagez|

[J7] Délicats draps rouges et bleus. [FullLibre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: [J7] Délicats draps rouges et bleus. [FullLibre] Sam 8 Aoû - 21:02
Spoiler:
 

Alors que les premiers rayons du soleil commençaient à filtrer les rideaux de la chambre, la montagne d’individus colorés alors installée sur le lit se mit à légèrement trembler. Sous cet abri de ouate paressait un adolescent aux cheveux sombres. Tout doucement et encore un peu dans le cirage de ses drôles de songes, le garçon souleva ses paupières … et ainsi faire face à deux grands yeux sombres le fixant d’un drôle d’air. Complètement saisi d’effroi, un sursaut eut raison de lui et de ses os qui vinrent bien trop vite trouver le parquet dur de la pièce. Et à sa chute s’ajouta sans attendre celle de quelques un de ses nombreux autres colocataires. Uuurggh.
Pas encore tout à fait réveillé, le brun était complètement perdu et n’avait pas les idées tout à fait claires. Déjà, il se mit à frotter ses membres endoloris pour les calmer, puis ouvrit de nouveau les yeux avant de tenter tant bien que mal de se retourner sur le dos. Après quelques longues secondes de latence, une première question s’imposa à lui : Où est-ce que je suis ?
Rien. Rien de rien ne lui venait. Alors, sans brusquerie, il se remit en position assise, et regarda le chantier dont il était le coupable. Des tas de peluches gisaient à ses côtés, à qui il ne put s’empêcher de vouloir adresser des excuses :


« Ow, je suis tellement désolé … »

Ses yeux retrouvèrent ensuite son lit où d’autres êtres de tissus étaient posés, dont notamment la créature aux grands yeux sombres qui lui avait fait si peur. Ce n’était pourtant qu’un éléphant à pois tout à fait inoffensif, avec de larges boutons noirs en guise d’yeux. Un ami.

« Je ne t’avais pas reconnu, Barnabus … »

Délicatement, le brun approcha sa main et attrapa la peluche par l’une de ses pattes, puis se mit à l’agiter comme si elle était en train de lui répondre :

« Ce n’est rien, Sleep ! »

Sleep. Oui ? Il avait l’impression que ça lui revenait, lentement mais sûrement. Sleep, c’était lui. Et ici, c’était là qu’il habitait … Avec tout ce beau monde, en vrac sur le sol comme après une fête trop arrosée. Hu ? Drôle de pensée que voilà. Enfin, bon, malgré la confusion ambiante, le jeune garçon se remit droit sur ses jambes et commença donc à ranger tout ça. Sans hésitation dans ses mouvements, et bien que sa cadence donnerait envie à n’importe qui de le secouer, Sleep refit donc son lit en y plaçant ses petits amis tout en prenant bien le temps de les dépoussiérer en les tapotant avec sa main, ou d’arranger impeccablement quelques nœuds papillons. A mesure qu’il prenait en main les différentes peluches, leurs noms apparaissaient dans son esprit comme une évidence … Contrairement à d’autres choses l’impliquant lui et qui pourtant devaient sans doute être bien plus vitales. Mais qu’est-ce qu’il se passait, au juste …

Et ce ne fut pas à la fin du rangement, ou de la douche ou de sa préparation qu’il eut subitement une réponse à ses questions, malheureusement. Perdu au milieu de la pièce, Sleep se sentait totalement impuissant et n’avait plus qu’à faire face à l’idée qu’il était amnésique. Drôle, drôle d’histoire. Il ne savait absolument pas comment réagir et ce ne fut pas les regards de ses peluches qui allaient le réconforter. Au contraire.
Enfin, bon, il n’avait plus qu’à espérer que ce serait passager … Rester là, les bras ballants, ne lui apparaissait pas comme une solution. D’autant plus que, depuis un moment maintenant, des bruits à l’extérieur l’intriguaient grandement. Après un coup d’œil à sa fenêtre, il avait vu beaucoup de gens passer ainsi que de tâches de couleur bleues et rouges. Quelque chose se passait, et s’il n’avait pas de réponse immédiate sur son amnésie, il espérait en avoir au moins sur les derniers événements qui animaient les quartiers.
Non, pas moyen qu’il reste là. Ne voulant pas plus attendre ou explorer, Sleep se dirigea donc vers la porte d’entrée … Avant de faire machine arrière pour récupérer Barnabus l’éléphant. Comme s’il allait sortir tout seul. Impensable.


[…]


Sa peluche contre sa poitrine, bien attaché par la ceinture que formaient les bras de Sleep, les deux déambulèrent ainsi dans les rues des quartiers moyens. Les gens ne faisaient pas spécialement attention à ce garçon qui rasait les haies, de son pas lent et tranquille … Le garçon ne savait toujours pas ce qu’il se passait … Les gens couraient en direction des plus hauts quartiers, certains paniquaient comme d’autres pas, il y en avait qui entraient dans les maisons voisines visiblement sans carton d’invitation ? Un chaos sans nom, quoi. Et tout ce à quoi il pouvait penser, actuellement, c’était aux jolis tissus colorés rouge ou bleu qu’il croisait. Sa main se tendait parfois pour les toucher, mais les gens disparaissaient avant même que ses doigts n’aient pu frôler quoi que ce soit. Hmm.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Miyuki Kazuya ▬ Yukine
Age : 24


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: [J7] Délicats draps rouges et bleus. [FullLibre] Jeu 13 Aoû - 6:26
Réveillé tôt, peut-être plus que d'habitude – il avait du mal à savoir ce que c'était, « d'habitude » –  Kaym avait longuement frotté ses paupières avant de se décider à sauter hors du lit. Ses pieds maladroits, un peu engourdis, avaient mis un moment à le laisser marcher sans lui faire risquer une chute dangereuse ; et même là, il avait dû s'arrêter parce qu'il n'avait aucune idée de l'endroit où il se rendait. Spontanément, ses pas l'avaient amené à la porte.
Mais il n'avait nulle part où aller, si tôt le matin. Surtout pas en pyjama.
Un peu perdu, encore à demi endormi, il fit donc demi-tour. Genoux contre le sol, il écouta la symphonie familière de la couette lorsque le haut de son corps vint s'y écraser ; inconsciemment, cela le rassura un peu.Il était dans sa chambre. Tout allait bien. Et s'il y avait du bruit au dehors, ce n'était pas non plus surprenant vu les récents événements. Espérer qu'il n'y ait pas de remue-ménage semblait presque utopique. Et il savait ce que ça voulait dire, alors il pouvait l'affirmer avec toute la conviction de ses dix ans.

Mais là, ça faisait quand même beaucoup beaucoup d'agitation.

Après s'être préparé en quatrième vitesse, le petit garçon lissa les pans de sa veste sans trop y penser. Ses doigts glissèrent alors sur le cadre posé près de son lit ; et avant qu'il n'ait le temps de frôler le bout de papier qui y était collé (que j'ai dû y coller), un violent sursaut faillit envoyer son bras faire basculer le décor.
Main gauche crispée sur son petit cœur, il inspira maladroitement.
Le sceau posé là ne lui était pas familier. Pire, il était presque certain de ne l'avoir jamais vu – et seule la certitude qu'il n'était justement sûr de rien, en ce moment, le retint de vouloir le jeter le plus loin possible de lui. A priori, quand on glissait un truc dans une chambre sans le dire à l'autre, c'était soit un cadeau soit un piège. Une brève réflexion lui fit prendre conscience que personne de dangereux n'aurait pu se rendre dans sa chambre et que surtout personne n'avait de raison de le faire : ça devait venir d'Ana.
Le mot posé à côté le fit tiquer bizarrement. Il décida malgré tout de le comprendre comme il l'entendait.
Ana.

Décrétant qu'emporter quelque chose d'aussi précieux partout ne serait pas une bonne idée, il le cacha sommairement derrière le cadre et sortit de la pièce quatre à quatre.

« Maman ? »

Personne au restaurant ; pas trace de la jeune femme. Elle devait être sortie ou occupée ailleurs. En d'autres circonstances, il aurait attendu son retour avant de se rendre où que ce soit : c'était dangereux de partir n'importe où sans en informer personne.
La curiosité, cependant, l'emporta. Il écrit un petit mot à l'attention d'Anastasie et poussa la porte, discret, pour mieux faire quelques pas dans la rue.
Aussitôt, la clameur lui emplit les oreilles d'un bruit terrible.
Il lui fallut un moment à zigzaguer entre les adultes et adolescents pour tirer quoi que ce soit des exclamations. La foule était en colère ; la foule demandait justice et équité. La direction qu'ils prenaient ? Droit vers les quartiers les plus aisés. La révolte gronde.
La révolte, la révolte.
A les voir avancer, menaçants, Kaym se sentit d'un coup extrêmement petit. Et il comprenait parfaitement ces histoires d'argent – était parfaitement d'accord avec ce sentiment d'injustice qui devait habiter plus d'un résident des quartiers pauvre. Mais là, ça faisait beaucoup pour lui. Il n'avait que dix ans. Ne savait pas quoi faire. Ne savait pas s'il pouvait réellement faire quoi que ce soit, de toute façon. Et autant l'idée d'aller casser deux trois vases chez les messieurs et mesdames dix fois plus riches que lui paraissait presque amusante, autant...
Se battre et tout casser, c'était nettement moins drôle à imaginer.
Accroché au coin d'une demeure, il lança un regard effaré aux révolutionnaires en herbe. L'idée que ça puisse être dangereux pour lui, enfin, l'effleura. Celle que sa mère allait forcément s'inquiéter très fort ne suivit pas loin derrière.
Un peu tard pour faire marche-arrière.

« Ah – attends, eh – »

Timidité plus ou moins rangée dans sa poche, il tira doucement sur la manche de l'inconnu.
Sur le coup, de dos, cette silhouette lui avait semblé presque amicale. Mais maintenant ?
Il allait lui demander quoi au juste ? De le ramener ? De l'escorter jusqu'aux quartiers riches ?

Ohhhh. Il aurait mieux fait de rester à la maison.

Etwnbffhd :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: [J7] Délicats draps rouges et bleus. [FullLibre] Lun 24 Aoû - 2:12
Sleep avait beau continuer à avancer sans perdre sa cadence (n’allons pas la traiter d’énergique, mais tout de même), il ne savait toujours pas où il allait comme ça. Au départ, il était sorti par curiosité, cherchant à comprendre ce qu’il se passait … Malheureusement, rester au beau milieu du passage n’aidait en rien. Peut-être que le mieux aurait été d’arrêter quelqu’un et lui poser directement des questions pour en avoir le cœur net ? Encore fallait-il en être capable. Embêter les gens alors qu’ils avaient l’air aussi occupés ? Ah, ça non. Sleep n’était pas un tel mal appris … Enfin, Sleep semblait surtout très timide. Le visage à moitié caché dans son éléphant en peluche, il n’avait donc plus qu’à attendre que quelque chose se passe. Voilà. Il n’était pas bien bête non plus et finirait bien par capter d’une façon ou d’une autre ce qui pouvait bien se passer par ici. C’était comme un jeu, se disait-il, où il portait la casquette de Sherlock. Il était même accompagné d’un Watson ! Ah, que pourrait-il faire sans sa fidèle et rassurante présence, pas vrai ? Enfin. Même s’il ne se souvenait pas de lui. Hu.
D’un autre côté, rester à la maison n’aurait peut-être pas été une si mauvaise idée. Il aurait pu la fouiller un peu, et potentiellement trouver quelques informations pouvant l’aider ? Mais non, l’extérieur, son ciel azuré et ses rues teintées d’étoffes avaient été plus attirants. Sa maison, il y retournerait ce soir, il avait le temps ! Ce n’était pas comme si son amnésie risquait de s’envoler soudainement. Et si ça arrivait, eh bien … Ce serait tant mieux.


« Ah – attends, eh – »

Eh. Voilà que quelqu’un réussissait ce que lui tentait en vain depuis tout à l’heure. Chose qui n’était pas difficile étant donné son rythme d’escargot comparé aux autres abeilles. Pourtant, ses habits n’étaient pas bien spéciaux ou jolis, plutôt simple et sobres. Pourquoi quelqu’un aurait envie de les toucher ?
Sans pour autant que la surprise ne réussisse à atteindre ses traits, Sleep se retourna donc en direction de l’individu qui lui tenait fermement la manche … Un petit individu. Tout mignon avec ses cheveux blond, bien que l’on pouvait lire quelques troubles dans ses grands yeux bruns. Le garçon semblait perdu. Autant que lui, sans doute.


« … Oui ? »

Répondit Sleep, toujours à moitié masqué par l’éléphant. Peu soupçonneux vis-à-vis du garçonnet, il ne se posa pas plus de question et s’accorda pour s’accroupir afin d’arriver à son niveau :

« Tout va bien ? »

Visiblement, le bonhomme était seul. Ou en tout cas, personne n’avait l’air de le surveiller ou faire tout simplement attention à lui. Aurait-il été séparé de son tuteur avec tout ce bazar ? En tout cas, s’il avait pris la peine de l’interpeller, cela devait être parce qu’il avait besoin d’aide ? Sleep voulait bien essayer de l’aider mais … seulement s’il en était capable. Avec sa mémoire en moins et son peu de connaissance des événements même présents … Ils étaient dans de sales draps. Au moins, pourraient-ils se consoler d’y être ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Miyuki Kazuya ▬ Yukine
Age : 24


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: [J7] Délicats draps rouges et bleus. [FullLibre] Sam 5 Sep - 0:28
En voyant le garçon se retourner, Kaym se sentit d'autant plus craintif et mal à l'aise. Seule la certitude qu'il devait faire quelque chose – quoi que ce soit – l'empêcha de reculer et de s'excuser pour mieux s'enfuir ; il ne pouvait pas se terrer dans un coin alors que le monde tremblait. D'autant plus que maintenant, son inquiétude s'était étendue à tout son entourage. Et Ana ? Où elle était, Ana ? Elle était peut-être sortie, elle était peut-être partie, elle avait peut-être été emmenée par les gens en bleu, les gens en rouge – il n'en savait rien, tout pouvait arriver, dans ce genre de situations, et maintenant que la panique avait fini de lui broyer le cœur il n'était plus même sûr de si la porte était fermée quand il était sorti.
Il avait envie de dire que oui, elle l'était. Que sa maman était juste tout près, et que c'était elle qui allait s'inquiéter en ne le voyant pas revenir.
Mais il n'était pas sûr, sa mémoire le lançait douloureusement comme si elle avait été quelque chose de tangible et il aurait voulu se cacher sous un bureau.

Il ne se souvenait pas l'avoir déjà fait, pourtant.
Oh, où elle était, où...

« Tout va bien ? »

Ses grands yeux bruns rivés sur l'éléphant, pas au bord des larmes mais presque, l'enfant inspira un peu maladroitement pour chasser les boules qui lui obstruaient la gorge et les poumons. La présence d'une peluche, aussi bizarre que ce soit pour un adolescent de se promener avec dans de pareilles circonstances, le rassura un peu. Il n'était pas en état de réfléchir tout à fait correctement et sur le coup, quelqu'un qui a des peluches, ce n'était pas quelqu'un de méchant.
Elle devait être là pour le rassurer et quelque part, il l'envia. Il n'avait pas pensé à prendre quoi que ce soit à ne serait-ce que serrer entre ses doigts pour se donner du courage.

Ses petites mains crispées sur son pantalon, il lui lança un regard censé être déterminé mais où brillait plus de crainte et d'incompréhension qu'autre chose.

« Euh, oui, je... »

Il s'arrêta brutalement. Non, ça n'allait pas. Et puis pourquoi l'aurait-il abordé si ça allait bien, hein ? Ça n'avait aucun sens. A ce stade, autant être un peu honnête. Avoir peur et être perdu ne faisait pas de lui un boulet inutile qu'il fallait protéger à tout prix.
Au pire, il aurait tout le temps de prouver son utilité en temps voulu.

« Enfin, non, non. J'ai – j'ai perdu ma mère, lâcha-t-il en regardant tantôt à ses pieds, tantôt la rue, et hm... Elle a dû aller vers, euh, là-bas. »

Son doigt tendu désigna la direction que prenait tout le monde. Les quartiers riches.
Il ne mentait qu'à moitié, mais cela lui laissa tout de même un mauvais goût sur le palais. En vrai, il n'avait aucune idée d'où elle était. En vrai, il aurait mieux fait de rentrer chez lui ; il y aurait probablement été plus en sécurité, même si la possibilité de se faire cambrioler devait être plus importante que d'habitude. Mais il ne voulait pas.
Je veux voir. Je veux participer.

Il en éprouvait le besoin, sans comprendre vraiment pourquoi.
Ça ne lui paraissait pas assez dangereux pour reculer.

« Il – il faut que j'y aille. Tu y vas ? »

Et s'il n'y allait pas, au fond, tant pis. Avec ou sans aide, il fallait bien qu'il se décide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
30/500  (30/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: [J7] Délicats draps rouges et bleus. [FullLibre] Lun 7 Sep - 2:22
Craintif tel un lapin loin de son terrier dans un champ en pleine saison de chasse, le blond rassembla cependant tout le courage qu’il possédait pour s’adresser à Sleep. Celui-ci aurait aimé le rassurer, poser une main sur ses épaules tremblantes, mais il réussit à trouver ses mots tout seul :

« Enfin, non, non. J'ai – j'ai perdu ma mère et hm... Elle a dû aller vers, euh, là-bas. »

Ne cherchant pas à en savoir plus, Sleep et son éléphant suivirent la direction que pointait le petit garçon … Ses suspicions s’étaient avérées exactes en tout cas : il avait bel et bien perdu quelqu’un. Et ce quelqu’un, nulle autre que sa mère, était partie vraisemblablement pour les quartiers riches ? Est-ce que c’était elle qui l’avait emmené jusqu’ici et qu’ils s’étaient perdus dans le mouvement de la foule ? Possible … Et pour quelle raison ? Etait-elle venue pour saccager avec les autres, ou … ? Enfin bon, il n’irait pas en quête de toutes ces explications auprès du petit bonhomme qui semblait déjà bien assez perdu et tourmenté comme ça. Le pauvre. Peut-être même n’était-il au courant de rien, alors pourquoi le noyer de questions alors qu’il y avait beaucoup plus urgent.

« Il – il faut que j'y aille. Tu y vas ? »

Se retournant de nouveau vers lui, le jeune homme posa sa peluche contre ses cuisses pour ne plus qu’elle lui camoufle la bouche. Ce serait beaucoup plus facile pour communiquer et puis, bon, il n’avait aucune raison de se cacher. Le garçon avait besoin d’aide et était venu le chercher pour ça, alors pas besoin de réfléchir ou de s’envelopper dans une couverture de timidité ! Avec sa mémoire manquante, lui, il ne savait plus ce que ça faisait de ne pas avoir de parents, de maman, de chaleur aimante … Il ne pouvait que supposer que c’était important.
Sleep se voulait rassurant avec son sourire doux et sa main tendue :


« Oui. On peut t’accompagner et t'aider à retrouver ta maman, si tu veux. Je m’appelle Sleep, et lui c’est Barnabus. »

Certes, ça ne serait pas facile (surtout en vue de la foule qu’il y avait, sans doute beaucoup plus dense dans les quartiers riches) mais il fallait au moins rester optimiste et essayer. Sleep n’était ni grand, ni fort ou quoique ce soit, mais ce n’était pas d’un garde du corps dont ce garçon avait besoin, mais d’une main, une simple présence pour le rassurer. Tu n’es pas seul.
Pas une seconde Sleep n’envisagea les bons côtés que cela lui apporterait de l’aider, comme contrepartie. Par exemple, qu’il était peut-être, lui ou sa mère, plus au courant de la situation et qu’ils pourraient l’éclaircir un peu sur la situation actuelle … Non, la simple idée de l’accompagner lui suffisait. Il y repenserait éventuellement plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [J7] Délicats draps rouges et bleus. [FullLibre]
Revenir en haut Aller en bas

[J7] Délicats draps rouges et bleus. [FullLibre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fiche sur les Mages Bleus
» Rome interdit les bocaux à poissons rouges...
» Potage "Tomates/Oignons rouges"
» L'Aranéa à pattes rouges
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Irréel :: Le Monde Irréel :: Les Quartiers :: Quartier Moyen-