Partagez|

I will prove you that even humans can fly... in their own way of course ••• Félix [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Avatar : Cuddles - HTF | Hotarumaru - Tourabu


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
500/500  (500/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: I will prove you that even humans can fly... in their own way of course ••• Félix [100%] Ven 7 Aoû - 22:50

Félix Grégory Levy

The loneliest people are the kindest. The saddest people smile the brightest.


Âge : Dix-sept ans
Sexe : Je suis un homme, un vrai de vrai !

Date de naissance : 01.04
Lieu de naissance : Méru

Situation familiale : Célibataire.
Orientation sexuelle : Evasexuel Pansexuel

Métier : Étudiant, parfois en tant que modèle pour les magazines de mode
Situation financière : Aisé

Signes particuliers : Quelques petites cicatrices à cause de ses cascades idiotes



Alter Ego

Sexe : Un petit monsieur
Tranche d'âge : 10/15
Nature du changement de caractère : Indifférent. ♪
Acceptes-tu une histoire "trash" ? : Pourquoi pas. o/

Physique


Ah Félix, tu n'es pas un lascar bien imposant quand on y songe. Tu es plutôt maigrichon pour ton âge et surtout pour les activités que tu pratiques, et comme tu mesures un mètre soixante-dix-huit ça ne peut qu'être mis en valeur malgré toi. Mais tu t'en fiches pas mal parce qu'avoir l'air mignon ça a pas mal d'avantages quand on y songe, et puis tu ne vois pas l'intérêt de te lamenter sur ton physique. Même si tu n'as pas beaucoup de muscles apparents tu es relativement fort et là où tu en as le plus c'est dans les cuisses, parce que c'est plus pratique pour courir, pour sauter et surtout pour atterrir ! Bien que tu ais une peau de bébé, il y a une chose qui la gâche un peu à certains endroits : elle est parsemée en effet de multiples cicatrices à cause de tes bêtises, mais toi quand on te le fait remarquer ça te fait rire et tu dis même que ça te donne un côté un peu cool. Ton visage lui est intact pour une raison quelconque, peut-être parce que tu n'es encore jamais tombé la tête la première après avoir bondi d'un mur. Tu as l'air à première vue d'un adolescent parfaitement innocent, aux grands yeux curieux et pourtant tu sais parfaitement comment t'y prendre pour manipuler tes expressions, parvenant ainsi à charmer la plupart des inconnus. Ça t'amuse pas mal, et tu aimes bien faire ça avec tes amis aussi. Pourquoi pas après tout.

Parlons couleurs maintenant. Ta chevelure toute ébouriffée est teintée d'un blond doré qui ressort pas mal au milieu d'une foule de châtains – pas étonnant en même temps – sauf que ce n'était pas suffisant pour toi alors tu as décidé de faire une légère teinture. La majeure partie de ta frange s'est transformée en un blanc crème, histoire de bien faire ressortir ton originalité même si toi ça te semble presque normal. Tu voulais sortir du tas ? Et bien c'est gagné. On sait tous que les filles aiment les blonds aux yeux bleus sauf qu'évidemment toi il faut tout de suite que tu sortes des "normes" alors tu es né avec des iris entre la noisette et le blé. Forcément, c'est plus rigolo d'être différent ! Ta peau elle est relativement pâle de base, sauf que comme tu sors beaucoup pour aller faire des bêtises elle bronze très rapidement en été et tu n'attrapes presque jamais de coup de soleil. Tes lèvres, elles, sont teintées d'un rose pâle, presque invisible : un peu comme si tu avais piqué le gloss de l'une de tes camarades. Ça aussi ça t'amuse, et t'aimes bien faire des blagues dessus comme le loser que tu es.

Ta démarche elle est relativement assurée, et parfois on se demande d'où tu tires cette confiance en toi et cette énergie digne d'un gamin de cinq ans. Parfois, pour le fun, tu aimes bien marcher comme une demoiselle distinguée mais ça c'est seulement en présence de ton petit groupe, sinon ce n'est même pas la peine d'y penser : tu as tout de même un peu d'honneur. Ton regard lui reflète la majeure partie du temps de la malice, comme si tu étais prêt à faire une bêtise à tout moment : bon c'est un peu le cas, mais chut. Tu ne laisses passer sur ton visage que des expressions relativement positives lorsque tu es entouré de gens, peu importe de qui il s'agit : tes émotions négatives tu les gardes au fond de toi et tu ne les laisses apparaître sur ton joli minois qu'une fois seul, parce que tu ne souhaites pas que l'on puisse voir une facette de toi si vulnérable. Tu es Félix le grand cascadeur et le grand blagueur après tout, alors sourire est important ! Tu peux aussi arborer des airs charmeurs quand tu souhaites vraiment obtenir une faveur, ou alors pour le simple plaisir de voir ces quelques demoiselles être prises dans tes filets.

Lorsque l'on entend ta voix on peut parfois être surpris parce que même si tu es un homme, elle ne s'avère pas si grave que ça : au contraire, elle est plutôt fluette bien qu'elle ne soit pas féminine. Tu peux aussi la rendre suave si cela t'amuse, et selon la situation le résultat est parfois hilarant... enfin pour toi. Raphaëlle en est la principale victime parce que ses réactions sont toutes plus amusantes les unes que les autres. Après ça marche moins bien sur Eva, enfin bon tant pis. En chant tu es capable de monter aisément dans les aiguës, du coup parfois tu t'éclates à le faire en plein milieu de la ville comme si c'était normal : au moins tu partages ton don, ta voix mielleuse et mélodieuse qui ravit les oreilles. Si ton visage ne dévoile pas des émotions telles que la colère en règle général le ton que tu emploies lui te trahit : c'est tellement rare que tu te fâches que lorsque ça arrive ça se sent dans ta voix presque tremblante tant tu te contiens de ne pas coller un pain ou deux. C'est pour ça que parfois il t'arrive de te taire - ô miracle -, le temps que tu sois calmé et que l'on puisse à nouveau t'entendre tout joyeux par la suite.

Vestimentairement parlant, tu es plutôt du genre à t'habiller de manière à être à l'aise : des joggings, ou des vestes à manches courtes sont pour toi la meilleure solution. Après tu aimes bien aussi porter des jeans de temps en temps vu que tu trouves ça classe : dans le fond tu restes quand même un peu une fashion victim, alors tu veilles à ce que chaque morceau de ta tenue soit accordé au reste. Tu apprécies particulièrement les couleurs flashys et tu pars souvent dans le jaune ou le orange, histoire qu'on te remarque bien de loin : ça reflète un peu ton côté enfant ensoleillé, en tout cas tu souhaites être le soleil dans la journée de tes amis. Si tu ne brilles pas, alors qui le fera ? Sur tes t-shirts tu aimes bien qu'il y ait des petits motifs stupides, dans le genre une carotte ou encore ton préféré qui est celui de Dark Vador brandissant du papier toilette avec écrit en dessous "Luke j'essuie ton père". Ton armoire elle est pleine à craquer, il faut dire que comme tu as pas mal d'argent tu peux te le permettre. Il y a une veste qui revient souvent sur ton dos, c'est celle avec des oreilles le lapin, jaune pétant. C'est mignon, c'est flashy alors forcément t'aimes bien. Parfois c'est à se demander si tu es réellement au lycée.


Caractère

How many people can do it like me ? ZERO !
Tu es un sacré petit écornifleur tout de même Félix, toi le troll de ton petit groupe par excellence. On ne sait jamais si tu es sérieux ou non parce que tu ne peux pas t'empêcher de faire des blagues pourries, et ça te fait rire bien entendu. D'ailleurs Oscar c'est ton principal camarade de gamineries, c'est pour ça que vous vous entendez si bien. Enfiler un maillot de bain pour fille bien moulant et déclarer avoir plus de poitrine que ces demoiselles ça t'amuse beaucoup, même si tu cherches toujours un moyen de te faire pardonner après coup. Tu aimes beaucoup amuser la galerie alors tu fais le pitre presque h24, ce qui fait que travailler sérieusement tu ne connais pas trop. D'ailleurs si on fait attention on peut remarquer que tu es loin d'être aussi stupide que tu en as l'air : tu es juste borné. Tu refuses de faire chauffer ton cerveau pour quelque chose qui ne te plaît pas, alors il y a parfois de gros écarts entre tes moyennes. Tu as l'air débile, tu joues l'ignorant mais tu en sais bien plus que les autres ne peuvent le croire.

Tu es le parfait confident parce que quand on te raconte un secret tu le gardes pour toi, peu importe à quel point ça pourrait te détruire. Tu es la tombe aux problèmes de tes camarades et tu as décidé que ça resterait ainsi, que ça serait ton rôle d'endurer les maux des autres. Tu as pourtant l'air si joyeux, si plein de vie mais il arrive parfois que cela ne soit que comédie. Votre petit groupe est fragile, tu le sais mieux que quiconque et tu es conscient que certains secrets pourraient parvenir à en fragiliser la stabilité de vos relations. Alors tu conserves toutes tes pensées négatives au fond de toi, surtout depuis que Gabriel n'est plus là : votre groupe ne tient qu'à un fil alors tu le protèges du mieux que tu le peux, tu prends sur toi et parler de votre ami est devenu tabou. Mentionner son nom ne ferait que créer des ennuis après tout, et ça tu veux à tout prix l'éviter parce que tu ne veux plus que qui que ce soit ait à souffrir plus qu'il n'avait déjà souffert. Même si tu prétends le contraire tu serais prêt à tout pour leur venir en aide, que ce soit Eva, Raphaëlle, Oscar ou même Maëlys. Ils sont pour toi les êtres les plus importants au monde et les voir se détruire ne pourrait que t'anéantir plus que tu ne l'es déjà. C'est triste à dire, mais c'est ainsi : tu dépends d'eux autant que tu les aides dans l'ombre. Ils ne le savent probablement pas, mais tu te des que c'est mieux comme ça parce que tu ne veux pas qu'ils se fassent un sang d'encre pour toi.

S'il y a une part de toi que l'on ne peut pas oublier, c'est bien ton côté cascadeur. Peu importe à quel point c'est risqué tu sautes parce que ça t'amuse et généralement ça termine plutôt bien... bon en fait il t'arrive de te casser la figure et de ressortir avec quelques points de suture, mais ça arrive à tout le monde non ? Tu n'as pas froid aux yeux et parfois ça te cause pas mal de problèmes, mais il faut croire que tout t'éclate parce que ça aussi ça te fait rire aux éclats. Tu as beau te faire mal tu continues parce que tu as décidé de profiter de la vie au jour le jour, prétendant que les mauvais jours n'existent pas. Ainsi tu te protèges de la peine que tu devrais ressentir à cause de tes sentiments pour Eva, les mettant de côté pour ne pas que cela puisse empiéter sur ton train-train quotidien. Et puis ce genre de relations ne pourrait que détruire votre groupe après tout... tu t'efforces alors de les effacer et tu la taquines au lieu de lui faire les yeux doux.

Enfin tu restes avant tout une personne relativement sympathique, tu aimes énormément prendre soin des autres : c'est d'ailleurs pour ça que tu es aussi populaire... surtout auprès des enfants. Oui les petites filles t'aiment bien, pas que ça te déplaise mais tu aurais préféré qu'elles soient tout de même plus âgées. Après il faut dire que tu passes beaucoup de temps avec les plus jeunes et tu joues avec eux que ce soit au foot ou même à cache-cache : t'as encore une part de gamin en toi visiblement. Ce qui est drôle avec toi c'est que tu es à la fois simple et compliqué, la lune et le soleil : tu as ta part d'insouciance et d'innocence mais d'un autre côté tu ne peux déjà plus penser comme un enfant de ton âge; tu songes comme un adulte sans pour autant le montrer. Te montrer sérieux devant quelqu'un ce n'est pas dans tes plans, du coup même quand tu tentes de consoler les autres tu dis de la merde made in Félix. Même Oscar ne sait pas que tu es comme ça, c'est tout de même triste lorsque l'on sait qu'il est ton meilleur ami.

On dirait que tu n'as peur de rien et pourtant il y a bien certaines choses qui t'effraient, la première était les oies. Oui, tu as une sainte horreur de ces bêtes plumées depuis que l'une t'a sauvagement poursuivi puis mordu le derrière : ça t'a traumatisé et depuis tu pars en courant lorsque tu croises le chemin d'une. Tu as beau aimer les animaux, mais tu ne peux pas supporter la présence de ces bestioles à plumes. Certains diront que c'est ridicule, mais toi tu sais que c'est pour de bonnes raisons et que tu fais le bon choix en décidant de prendre la fuite : te battre contre un volatile n'aurait rien de glorieux de toute manière. Mais ce n'est pas tout : les histoires de fantômes tu ne les supportes que très peu, et même si tu en racontes tu flippes tout seul dans ton coin après une fois que tes potes sont partis. Ce n'est pas bien malin, parce que du coup tu t'effraies tout seul, comme un idiot. Ça t'amuse de les voir trembler de peur sur le coup, mais ça t'éclate bien moins quand c'est toi : heureusement que les autres ne te connaissent pas cette faiblesse, sinon il y aurait matière de renverser le troll suprême que tu es.

Comme tout être humain tu as des passions, qui pourraient sembler surprenante venant de toi. Tu aimes beaucoup cuisiner et tu es un as du nettoyage, ainsi qu'un sacré cordon bleu. Le chant te passionne également et tu es plutôt doué mais ce qui t'intéresse le plus c'est le design des vêtements : tu aimerais dans un futur lointain travailler pour de grands couturiers mais pour l'instant tu te contentes de travailler avec Oscar, parce que lui aime bien coudre. C'est fou comme vous vous complétez; en même temps tu es gay pour lui en tant qu'ami. Ce que tu dessines principalement ce sont des vêtements féminins et tu as toujours eu peur qu'on se moque de toi comme dans le passé, donc tu ne les as montrés qu'à ton meilleur ami, parce que tu lui fais confiance malgré tout ce que tu lui caches. Même Maëlys, Raphaëlle et Eva ne sont pas au courant de ta passion et pourtant tu as déjà dessiné quelques vêtements en pensant que ça leur irait bien. Dans le fond, tu es peut-être timide finalement ?


Histoire

I only wanted to be your sun, I never thought you would abandon me in your shadow
Tu avais tout pour être heureux : un toit, des parents et des cadeaux à volonté. Étant jeune tu étais content d'être aussi gâté, parce qu'on sait tous qu'un petit enfant adore les jouets. Tu es né à Méru parce que ta famille a commencé vers le bas de l'échelle sociale. Ils ont mérité leur succès, pour sûr, et vous avez pu rapidement monter sur Paris dans les riches arrondissements. Tu ne connaissais pas la valeur de l'argent parce que tu n'avais que trois ans, mais tu les suivais forcément et tu les chérissais autant qu'ils te chérissaient, voire même davantage. Ils avaient beaucoup de temps à te consacrer et vous étiez heureux ainsi, mais en quittant votre petite maison cela avait drastiquement changé. Vos relations ne semblaient plus aussi affectueuses qu'autrefois et tu ne les voyais que rarement. Au départ tu te sentis simplement seul, puis un sentiment d'abandon grimpa en toi avant de se transformer en un manque affectif. Tu voulais seulement être aimé, mais ils ne t'accordaient plus de leur temps, bien trop occupés travail et affaires extraconjugales.

Dès tes six ans tu commenças à fréquenter de plus en plus le voisinage, particulièrement les filles des appartements avoisinants. Tu étais leur petit chouchou à ces femmes et si au début tu te contentais tout bonnement d'être gentil avec elles tu finis par vite en profiter et utiliser ton air mignon pour t'attirer des faveurs. Ce petit train-train de pseudo-séduction continua même à l'école, ce qui attisa certaines foudres à ton égard : tu étais prétentieux disait-on dans la gente masculine. Il était vrai que tu avais commencé à les regarder de haut, prétendant ne pas vouloir te salir en jouant à leurs jeux. Mais tu étais simplement perdu et tu n'attendais qu'une chose : que quelqu'un insiste pour rester en ta compagnie, parce que tu n'étais pas très doué pour communiquer avec les autres hommes. En même temps vu le père qui te servait de modèle ce n'était pas étonnant : un homme à femmes, multipliant les adultères sans aucune jugeote. De l'autre côté tu avais la mère bourreau de travail, s'acharnant parfois à en être malade et tout le temps absente. Du coup tu avais charmé tes voisines histoire de te sentir moins seul et elles te couvraient de cadeaux, à ton plus grand plaisir.

Mais ce n'est qu'une sensation éphémère après tout, n'est-il pas ? Bien vite tu te lassas de tout, de tous ces objets superflus qui ne te procuraient plus aucun bonheur. Tu voulais autre chose : de l'amour. Elles t'en donnaient ces femmes, mais pas celui que tu souhaitais. Toi ce dont tu avais envie c'était cette atmosphère familiale chaleureuse d'autrefois, celle où ton père était fidèle et ta mère te couvrait de câlins. Avant ils s'extasiaient dès que tu faisais quelque chose, aujourd'hui c'était différent : ils te répétaient sans arrêt qu'ils étaient trop occupés et qu'il ne fallait pas les déranger. Pourtant vue de l'extérieur votre famille semblait si parfaite au point qu'elle puisse faire envie mais toi tu le savais pertinemment qu'il n'y avait rien à envier, absolument rien. Pourquoi ils restaient ensemble ? Tu ne le savais pas, mais c'était très certainement pour des raisons pratiques : qui se coltinerait le petit Félix après ? C'est trop encombrant un enfant enfin, pas le temps de s'en occuper. Inconsciemment tu en étais presque venu à renier tes parents, renier leur existence entière depuis votre déménagement. Tu conservais cette image positive de votre vie à la campagne et tu en déprimais presque parfois. L'image du petit garçon parfait que tu semblais être subsista au temps, et tu ne savais plus quoi faire alors tu ne tentas pas de risquer de changer : de toute manière tu n'avais aucune idée de comment tu pourrais te comporter autrement sans terminer seul, alors tu continuas ton petit jeu.

Le temps passa et tu commenças à faire des choses de plus en plus risquées comme sauter du deuxième étage en essayant d'atterrir dans un arbre, ou d'autres cascades de ce genre. Tu essayais simplement de te faire remarquer puis très vite tu commenças à apprécier l'adrénaline qui se faisait ressentir à chaque saut, si bien que tu continuas tes bêtises. Les petites cicatrices s'accumulèrent, poussant le voisinage à te choyer encore plus tout en te réprimandant parce que c'était risqué. Mais que pouvais-tu y faire ? Tu y avais pris goût, c'était plus fort que toi. On tenta de te trouver d'autres occupations plus sûres, et c'est ainsi que ta passion pour le design de vêtements se développa. Tu commenças à en dessiner tous les jours, accumulant les idées et les représentant aussitôt sur papier. Cela ne t'empêchait pas de continuer tes cascades de temps à autre, mais tu en faisais moins parce que tu étais trop occupé. Un jour tu ramenas même des feuilles à l'école pour pouvoir continuer tes ouvrages, attirant l'attention sans que tu ne le veuilles. Toi, le petit autrefois prétentieux qui s'était légèrement renfermé sur lui-même à l'école, dont on ne pouvait pas voir le visage, ton travail avait été remarqué. Mais pas de la bonne manière malheureusement. Comme tu ne dessinais presque que des vêtements pour fille on se moqua bien vite de toi et certains de tes dessins furent mis à la poubelle par tes "camarades" pendant que tu avais le dos tourné.

Du coup en entrant au collège, tu as juré de ne plus te laisser marcher sur les pieds ne serait-ce qu'une seule fois, continuant tes dessins en secret. Tu es redevenu malgré toi ce sale gosse prétentieux que tu étais au début de ta primaire, comme quoi tu n'as pas beaucoup grandi avec le temps. C'est pendant cette année de sixième que tu l'as rencontré ce blond un peu étrange que tu n'appréciais pas plus que ça au départ. Mais dans le fond il t'intriguait simplement ce cher Oscar, et sa petite peluche t'amusait. Tu ne savais pas comment l'aborder sans faire l'idiot parce que tu étais maladroit comme pas possible, alors lors de votre première discussion tu as hésité, regardant attentivement son physique et... tu l'as appelé Lady Oscar. Ça a été plus fort que toi, et le pire c'est que c'est resté pendant un bon moment. Le courant ne passait pas très bien au début de l'année puis sans trop comprendre comment ça s'est amélioré et tu t'es ouvert à lui. Peut-être t'apprécie-t-il parce que tu as enfin été honnête avec toi-même et agi comme tu l'aurais fait si tu n'avais pas cette peur constante d'être seul ? Vous avez commencé à faire de la merde ensemble, et comme tu t'amusais énormément en sa compagnie l'année est passée super vite.

L'année d'après tu as été séparé de ton meilleur ami à ton plus grand désespoir. Allais-tu encore être seul ? Non, tu avais appris correctement grâce à ta Milady -alias Oscar - (ne le jugez pas d'accord) à te sociabiliser convenablement. Certes tu continuais de charmer les demoiselles pour le fun, mais rien de bien méchant et tu te montrais parfaitement amical envers tes camarades masculins. Parfois tu allais stalker Oscard dans sa classe pour lui montrer tes nouvelles œuvres en mode "regarde c'est fab je veux voir ça en vrai", parce que tu savais qu'il aimait coudre. Cette année de 5ème tu rencontras Maëlys, une petite toute timide ressemblant presque à une boule de fourrure toute douce à cause de sa tignasse. Tu la trouvais adorable et tu avais souvent envie de la câliner comme un petit animal sauf que tu te retenais, n'ayant pas envie de la faire fuir. T'entendre avec elle fut assez compliqué car tu devais faire attention à ce que tu faisais et disais. Quand tu parvins enfin à tisser des liens avec elle, tu te rendis compte que l'année était sur le point de se terminer. Triste histoire.

Vint finalement la quatrième - bon dieu ce que le temps pouvait passer vite - et tu te retrouvas encore une fois seul. Cette fois tu fis la rencontre d'Eva, plutôt petite pour son âge et incroyablement attachante. Tu la taquinais pas mal, même pendant les repas où tu retrouvais Oscar ainsi que l'une de ses camarades de classe, Raphaëlle. Tu avais entendu parler de ces deux demoiselles par l'intermédiaire de ton meilleur ami et elles te semblaient bien sympathiques. De temps à autre tu allais voir Maëlys dans sa classe et c'est ainsi que tu rencontras Gabriel, un jeune homme à l'apparence frêle avec qui le courant passa immédiatement. Si seulement vous pouviez tous être dans la même classe... ce serait terrible tout de même ! Rien qu'imaginer toutes les sorties ensemble après les cours car vous aviez le même emploi du temps, les ragots sur les profs et tout le reste... ça te tentait vraiment. Mais ce serait trop espérer, non ? Tu avais tout de même une petite lueur d'espoir, en te disant que si la vie n'avait pas souvent été généreuse avec toi elle pourrait bien l'être pour le début de ta troisième.

Quand vint l'entrée en dernière année de collège tu fus agréablement surpris. Ton souhait s'était exaucé, vous étiez tous ensemble ! Ce fut d'ailleurs la meilleure année de ta scolarité et elle passa encore plus vite que les précédentes. Vous parliez du brevet ensemble, de la galère que cela représentait pour vous à l'époque et vous aviez travaillé, sauf que toi tu avais décidé de ne faire aucun effort en maths parce que tu n'aimais pas ça. Tu t'étais contenté de la moyenne alors qu'avec un peu de bonne volonté tu aurais pu avoir largement plus. Pendant l'année Gabriel t'avait confié quelque chose; quelque chose qu'il voulait absolument que tu gardes secret : ses sentiments pour Raphaëlle. Du coup tu fis de même, lui parlant de ce que tu ressentais pour Eva et à quel point ça te mettait mal à l'aise parce que tu avais peur que ça ne fasse tanguer le groupe. Tu avais peur que ça ne change alors tu ne faisais rien pour te l'approprier, au contraire : tu essayais de tourner la page. Tu ne tentas pas pour autant de sortir avec d'autres filles parce que tu trouvais ça insultant pour elles, d'être traitées comme un moyen de faire disparaître cet amour ardent.

C'est en seconde que tout bascula dans votre petit groupe paisible. Plus les mois passaient plus tu le voyais pâlir ce cher Gabriel, et ça t'inquiétait pas mal, tout comme le reste du groupe. Tes craintes se confirmèrent en ce mois de janvier glacial, alors que vous vous étiez retrouvés au Starbucks du coin pour boire un chocolat chaud. Il vous parla de sa maladie, incurable : il était condamné et il le savait depuis longtemps. Tu te sentis trahi et tu eus l'impression qu'une part de toi s'était soudainement brisée. Tu l'aimais beaucoup ton ami, et tu ne voulais pas qu'il vous lâche si soudainement. Quand il déclara qu'il allait mourir dans l'année ton cœur se serra au point de presque t'empêcher de respirer. L'air autour de toi semblait s'être alourdi et tu avais bien envie d'hurler parce que ta malchance t'avait rattrapé. Il vous remercia ensuite pour tout ce que vous aviez fait pour lui et tu retins tes larmes, essayant de rester aussi positif que possible : il ne fallait pas gâcher ses derniers instants à vivre, tu le savais et pourtant tu ressentais le cruel besoin de te vider de tes émotions. Le temps est passé bien trop vite et il commençait à être de moins en moins présent, étant souvent à l'hôpital parfois pour plusieurs jours. Quand la nouvelle tomba pendant ton année de seconde, ce fut la chute totale pour le groupe entier. Les membres qui le composaient s'étant déjà éloignés un peu malgré tes efforts ainsi que ceux d'Oscar pour maintenir la bonne humeur, le mois d'Avril vint briser votre quotidien en emportant avec lui votre ami, lui ôtant la vie en le laissant baigner dans ses bons souvenirs.

L'enterrement fut terrible pour toi car tu tentais de garder la tête haute mais c'était difficile. Et lorsque Maëlys craqua ce fut encore plus difficile pour toi : tu ne pus t'empêcher de la serrer de toutes tes forces dans tes bras, essayant de la calmer et lui murmurant doucement à l'oreille pour éviter qu'elle ne fasse une crise de panique tant elle pleurait. Les larmes voulaient sortir mais tu les contenais tant que tu étais en leur présence. Bien vite ton haut noir se retrouva humidifié par les larmes de ton amie et tu ne savais plus quoi faire pour leur remonter à tous le moral. Craquer devant eux n'était pas la bonne solution alors tu t'éloignas aussi discrètement que possible pour tout laisser sortir. Le souhait de Gabriel, communiqué par ses parents, résonnait dans tes oreilles. Ne pas vouloir que le groupe se sépare à cause de lui... c'était un magnifique rêve, digne de ce cher Gaby. Toi non plus tu ne souhaitais pas que cela s'arrête ainsi alors tu tentas de redevenir joyeux aussi vite que possible, évitant de mentionner son nom autant que possible : il était devenu "lui". Votre année de seconde se termina en silence et si la majorité d'entre vous avait décidé d'aller en L, Oscar lui était parti en S.

La majeure partie de l'été ton meilleur ami la passa chez toi, ne pouvant plus supporter les orangs-outans qui lui servaient de famille. Et encore même des orangs-outans étaient bien plus développés intellectuellement. Quand ils se sont un peu calmés il est rentré chez lui mais tu sentais que tout n'allait pas bien, sauf que tu savais que c'était difficile pour lui de t'en parler : vous aviez tous vos secrets. Tu te mis à observer tous les membres de ton groupe et la distance qui s'était creusée te faisait cruellement mal. C'est pour cela que lorsque l'année de première année commença tu fis tout pour que cela s'arrange enfin, que tu puisses accomplir l'une des dernières volontés de Gabriel. Bien que les liens se soient à nouveau resserrés tu étais conscient qu'ils étaient bien plus fragiles qu'auparavant : tout le monde se concentrait sur une activité pour oublier, toi c'était le design de vêtements et les cascades. C'était toujours aussi dangereux mais ça te détendait de temps à autre, quand tu avais envie de pleurer. Puis tu as recommencé à faire de la merde avec ta Milady, parce que sinon ce n'est pas drôle et de toute façon tu ne pouvais pas trop te passer de sa présence.

Les résultats du bac de première ne t'étonnèrent guère : tu avais toujours géré en français et en sciences. Par contre TPE le sujet que ton groupe avait choisi tu l'avais tellement détesté que tu n'avais rien foutu donc tu avais eu une note pourrie... enfin bon, tu t'en foutais complètement, ça ne te déprima même pas. Tu avais plus important à faire, une seconde famille à préserver afin qu'elle ne finisse pas comme la première, ces parents que tu ne voyais presque plus du tout d'ailleurs.


Derrière l'écran

Pseudo : Kaede/Lapinoups
Âge : Dix-sept ans
Sexe : ♀ ou ♂, ça dépend des jours (mais plus souvent ♀)
Découverte du forum : On m'a entraînée ici
Personnage sur l'avatar : Cuddles de Happy Tree Friends
Autres : C'est très joli wow sinon je fais partie du squad des losers, plus particulièrement des gens qui procrastinent il faut que j'arrête de dessiner gdi. Je suis relativement lente pour écrire parce que je suis facilement distraite mais euh je vais essayer de répondre vite à mes rp et j'espère que Félix vous l'aimerez bien parce qu'il est chou quand même

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Nanna | Makishima


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
172/500  (172/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: I will prove you that even humans can fly... in their own way of course ••• Félix [100%] Ven 7 Aoû - 23:01
HA JE LE SAVAIS QUAND J'AI VU TON VAVA
C'EST CUDDLES LE LAPIN *^*
Happy Tree Friends!!!! ♥

Bienvenue sur Irréel =D
bon courage pour ta fiche, n'hésite pas si tu as des questions ^^
bisous ♥

_________________

 
Hilly Wood ▬ 19 ans
Célibataire et mieux ainsi ?
Indienne d'origine
Barmaid pour gagner ses études
Puddy Puddy!

   
 Rome ▬ 19 ans
une femme, un homme
Compliquée
mannequin pour les affiches royales
aime la lingerie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Cuddles - HTF | Hotarumaru - Tourabu


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
500/500  (500/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: I will prove you that even humans can fly... in their own way of course ••• Félix [100%] Ven 7 Aoû - 23:54
Ouiiiii Cuddles ♥♥♥
Merci pour ce magnifique accueil, et merci pour les encouragements ! Je vais essayer de la finir au plus vite haha-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Suzuno Fuusuke - Inazuma Eleven
Age : 24


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
46/500  (46/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: I will prove you that even humans can fly... in their own way of course ••• Félix [100%] Mer 12 Aoû - 1:32
KYAAAAAAAAAAHAlors là... je peux t'épouser ? *w* Ton personnage est genre trop trop chou je l'aime je l'adore j'ai envie de lui faire pleins pleins de papouilles et de ne plus jamais le quitter :'3
Bon, voici ton AE. J'espère qu'il te plaira et que tu seras vite passionnée par tout les mystères qu'il cache sous sa cape /o/

Meo ▬

age: 13 petites bougies
sexe: masculin mon capitaine !
orientation sexuelle: à cette âge là, tout peux changer.
situation financière: moyenne sergent !

signe particulier: C'est un enfant qui vit dans... le quartier des soldats ! Personne ne sait ce qu'il fait là, mais tout le monde l'accepte. D'ailleurs, il porte l'uniforme. Mais pas l'uniforme de la Reine. Ou bien celui des Rebelles. Non, un uniforme bien à lui, bien unique.

Traits de caractère: Meo c'est un gentil petit garçon. Toujours là pour aider, il est serviable et volontaire. Souriant, il est d'une joie de vivre débordante. Il est très curieux et si ce coté là peut le faire paraître mignon au premier abord, il en devient très vite impossible à supporter tant il pose de questions. Cependant, il n'est pas du genre à répondre lui même aux questions. Au contraire, quand on l'en lui en pose, que ce soit au niveau de sa vie privée comme au niveau d'un quelconque savoir ( comme lui demander son prénom, ou encore la recette du chevache à la crème ) son visage s'assombrit et il se renferme sur lui même, allant parfois jusqu'à ne pas répondre du tout. Très droit, il sait discerner le bien du mal et ne fait quasiment jamais de mauvais choix.

autres informations: Il s’entraîne souvent avec une épée en bois, seul. Ou du moins, il a l'air seul... Et il a l'étrange capacité de pouvoir parfaitement dresser les Troncks.

avatars possibles: Hotarumaru ( Touken Ranbu ) / Gokotai ( Touken Ranbu )

/!\ Si l'avatar choisit ne correspond pas à la description, le staff à le droit de demander au membre de le changer, s'inscrire à Irréel c'est savoir ce qui nous attend, à savoir un personnage quasi "imposé". Mais comme on est des gentils (*auto-lancé de fleurs*), si vous avez une quelconque réclamation par rapport à votre Alter-Ego vous pouvez la faire par MP au membre du staff qui vous a validé !


Maintenant que tout est dit, tu peux enfin vagabonder comme bon te semble dans les plaines verdoyantes d'Irréel. Mais avant tout, laisse moi te donner quelques petites indications. Je te conseilles d'aller recenser tes avatars avant ton départ, et pour être bien préparé de ne pas oublier de t'afficher avec ton Alter-Ego dans ta signature. Si tu veux on a préparé un petit codage par ici pour qu'on voit bien de qui il s'agit ! Ensuite tu pourras enfin partir pour l'aventure ! Les premières étapes conseillées sont simple, se faire des amis et ennemis par , créer ton obligatoire cahier de suivi pour Alter-Ego et si tu le souhaites, chercher un compagnon de route pour un instant dans les demandes RP. Pour ce qui est du reste, c'est à toi de tout découvrir !


UN PEU DE DÉCORATION
Ta chambre est dans le quartier de la garde royale. Etrange, quand on sait que normalement aucuns enfants n'a le droit d'y vivre ! Dans ta chambre de la garde donc, on y retrouve le trio classique. Un lit, une commode et un bureau. Mais ils sont tous vides ( exceptée la présence d'un matelas et de draps sur le lit ). Tu ne sembles avoir aucuns effets personnels à l’intérieur. Excepté une machine qui semble te "fournir" tes uniformes.

_________________

 

Maxime.
18 ans.
Fille.
Etudiante en double cursus art et staps.
Timide et sauvage.

   

Swatch.
11 ans.
Fille des quartiers riches.
Se trimbale toujours avec une poupée entre les mains.
Ressemble elle même à une poupée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Avatar : Cuddles - HTF | Hotarumaru - Tourabu


Quoi d'neuf ?
Coeurs :
500/500  (500/500)
Magasins:
Carnet de Bord:

MessageSujet: Re: I will prove you that even humans can fly... in their own way of course ••• Félix [100%] Mer 12 Aoû - 2:58
VAS-Y FAIS-TOI PLAISIR ! Épouse-moi aussi parce que cet AE est super fab franchement merci. qwq
Choisir entre le Shota King (Hotaru) et Gokotai ça a été très très dur pour moi parce que j'aime beaucoup ces deux bébés d'accord, et donc Hotarumaru a gagné. ♥
J'ai hâte de savoir ce qu'il nous réserve ce petit bout de chou ! *File lui faire un avatar*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: I will prove you that even humans can fly... in their own way of course ••• Félix [100%]
Revenir en haut Aller en bas

I will prove you that even humans can fly... in their own way of course ••• Félix [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ZEGER → The worst betrayal is from your faith in humans
» Humans (3/4 libres)
» KAIDAN ❖ the marks humans leave are too often scars.
» Real Humans [Série]
» "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Irréel :: Et votre personnage dans tout ça ? :: Le Grand Livre :: Histoires validées-